De l’exercice pour couper la route du rhume.

Faire de l’exercice et se sentir en forme seraient les plus sûrs moyens pour couper la route du rhume si l’on en croit une étude américaine publiée aujourd’hui.
 
 
Chaque fois c’est la même chose vers la fin de l’automne et au cours de l’hiver. Trois à quatre fois par saison, on a la tête prise dans un étau, un petit train de fièvre, le nez qui coule.
Un rhume banal qui est causé par pas moins de 200 virus différents.
Si ces rhumes ne sont, en général, pas très graves, ils compliquent un peu l’existence. Et comme nous sommes totalement dépourvus en moyens de prévention et assez limités en termes de traitement, on se dit que tout moyen permettant de réduire le risque de contracter un rhume est le bienvenu !
 
Une partie de la réponse se trouve peut-être dans une étude publiée aujourd’hui dans la revue British Journal of Sports Medicine.
Des chercheurs de Caroline du Nord, aux Etats-Unis, ont suivi pendant douze semaines, en automne et en hiver, une cohorte de 1002 adultes âgés de 18 à 85 ans. Un groupe a été suivi de Janvier à Avril 2008, l’autre d’août à novembre de la même année.
Les femmes représentaient 60 % de l’échantillon.
 
On a demandé aux participants de mesurer la quantité d’exercices pratiqués chaque semaine et d’évaluer sur une échelle de dix points leur état de forme.
Et on s’aperçoit que se sentir en forme et faire quotidiennement de l’exercice permet de couper la route du rhume.
 
La fréquence des épisodes de rhume était quasiment divisée par deux chez les adeptes de l’exercice ( 46 %).Mais ce n’est pas tout.
 
Ainsi la durée d’un épisode de coryza était de 8,6 jours pour ceux qui faisaient de l’exercice moins d’une fois par semaine alors que cette durée tombait à 4,89 jours pour ceux qui travaillaient leur forme plus de 5 fois par semaine.
 
De même, en fonction de l’autoévaluation de l’état de forme, les épisodes de nez pris duraient de 4,41 jours chez les personnes qui ‘pétaient le feu’ à 8,18 jours chez les ‘mous du genou’.
 
Au total donc, des périodes de rhume plus courtes de 45 % environ chez les plus affutés. Et la sévérité des symptômes était réduite de près de 40 % également.
 
On sait que les exercices modérés ont un rôle bénéfique sur notre système de défense, en mobilisant diverses classes de globules blancs impliqués dans la lutte antivirale.
Les anticorps protecteurs sont aussi mobilisés par la pratique d’activités physique modérée.
 
Cette explication est peut-être l’une des raisons des différences constatées entre les groupes dans cette étude.
Une vieille plaisanterie dit que sans traitement un rhume dure huit jours et que traité il disparait en une semaine.
Mais si on a fait un peu d’exercice régulièrement, il disparaitra au bout de 5 jours, même non traité, en particulier chez les sujets les plus âgés, a priori donc les plus fragiles.
 
 
Référence de l’étude :
 
David C Nieman et al
Upper respiratory tract infection is reduced in physically fit and active adults
Br J Sports Med (2010). doi:10.1136/bjsm.2010.077875
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.