Cancer/ ESMO10 : Un ballonnet pour réparer les fractures liées aux métastases

Un ballon, du ciment et une vertèbre réparée. Cet inventaire hétéroclite correspond, en fait, à une nouvelle technique utilisée pour réparer les fractures chez des patients dont les vertèbres ont été fragilisées par des métastases osseuses ou des doses fortes et prolongées de corticoïdes.
 
C’est l’une des complications les plus redoutées des cancers comme le myélome, mais aussi les cancers du sein ou du poumon. Lorsque des métastases osseuses viennent s’implanter dans la vertèbre, ou quand cette dernière est fragilisée par de fortes doses de corticoïdes, il n’est pas rare que l’os se tasse, se fracture et finisse, parfois, par entrainer une compression de la moelle épinière avec un risque d’atteinte neurologique.
 
Ces fractures sont très douloureuses et retentissent sévèrement sur la qualité de vie des patients. Elles doivent donc être traitées rapidement et efficacement.
En dehors de la grande urgence que représente le risque de compression médullaire, la prise en charge de ces accidents est souvent médicale, avec repos, orthèses et traitement médicamenteux de la douleur.
 
Mais, depuis peu, on dispose d’une technique déjà bien rôdée dans d’autres indications et qui permet, au prix d’un geste fort peu agressif ou ‘invasif’ comme on dit en franglais, de réparer de façon satisfaisante la vertèbre lésée. On l’appelle ‘cyphoplastie’ ou kyphoplastie.
 
Le principe consiste à introduire, grâce à une incision d’un centimètre, un petit ballon dans la fracture vertébrale. Ce ballon, empli de fluide va augmenter légèrement le diamètre de la cavité, afin de restaurer la hauteur de corps vertébral/ Le ballon est ensuite dégonflé et retiré de la cavité. On va ensuite emplir cette cavité de ciment pour solidifier le corps vertébral.
 
Une équipe germano-américaine a ainsi traité un groupe de patients soufrant de moins de
 Fractures-tassements vertébraux. Soixante dix patients ont eu une cyphoplastie et ont reçu un traitement médical. Les deux groupes ont été suivis sur une année.
 
Deux critères majeurs étaient retenus : la douleur et l’appréciation par le patient de son degré d’invalidité. Pour ces deux critères le traitement par ballonnet s’est avéré supérieur au traitement des patients du groupe traité médicalement. D’ailleurs 38 des 64 patients de ce groupe ont secondairement bénéficié de l’intervention de cyphoplastie.
 
A un an, le bénéfice s’est maintenu en faveur du groupe traité par ballonnet.
 
Cette technique efficace a cependant quelques inconvénients, comme le risque de voir le ciment fuir et les vertèbres adjacentes à celle traitée se fracturer à leur tour.
Mais ces événements sont rares.
 
La technique peut être faite dans un bloc opératoire ou dans une salle de radiologie interventionnelle. Son coût élevé, entre 4000 et 6000 euros est à mettre en balance avec la moindre consommation de médicaments et de soins médicaux et une reprise plus rapide des activités.
 
 
Référence de l’étude :
 
L. Bastian et al .
FIRST RANDOMIZED TRIAL COMPARING BALLOON KYPHOPLASTY (BKP) TO NON-SURGICAL MANAGEMENT AMONG CANCER PATIENTS WITH VERTEBRAL COMPRESSION FRACTURES
Abstract: 1181O
Consultable sur le site de l’ESMO

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Cancer/ ESMO10 : Un ballonnet pour réparer les fractures liées aux métastases

  1. Suite à une chute je me suis fracturée 3 vertèbres (L1,3 et 4), le 22 juin 2012. Aux urgences du CHU de Blois la fracture n’a pas été détectée. C’est un scanner en octobre 2012 qui révèle la fracture. Une vertèbroplastie est effectuée au CHU de Tours. Malheureusement le ciment a coulé et je souffre de douleurs permanentes et intenses, je suis réellement au bout de mes forces et je ne sais plus que faire. Je suis toujours très attentive à vos exposés et conseils aidez moi je vous prie, isolement social total, obligation d’une aide permanente… J’étais très active et sans problème à par une intervention sur le colon en 2001 Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.