Le surpoids pèse sur la vie sexuelle.

Etre en surpoids ou obèse ne favorise pas la vie sexuelle des hommes et des femmes. L’obésité est également un facteur de risque pour les grossesses non désirées, selon une étude française.
 
L’étude menée sur des personnes vivant en France en 2006 a concerné 5535 femmes et 4635 hommes. Dans la tranche d’âge 18-69 ans.
Les participants ont été classés en fonction de leur indice de masse corporelle Poids en kg/taille au carré)
Dans la catégorie ‘normale’ avec IMC comprise entre 18,5 et 25<, on trouvait 3651 femmes et 2625 hommes.
Il y avait 1010 femmes et 1488 hommes dans la catégorie ‘surpoids’ (IMC de 25 à 30<) et
411 femmes et 350 hommes entraient dans la catégorie ‘obèse’ avec une IMC supérieure à 30.
 
Pour les femmes obèses, la probabilité d’avoir eu un partenaire au cours des 12 derniers mois était beaucoup plus faible que pour les femmes de stature normale. Cette probabilité d’âme sœur était réduite de 29 %
Pour les hommes obèses, la fidélité était quasiment une obligation puisque leur probabilité d’avoir eu plus d’une partenaire au cours de l’année écoulée était inférieure de 69 % (cela ne s’invente pas !) à celle d’un homme de poids normal.
E4t ces hommes avaient, statistiquement un risque 2,6 fois plus élevé de rencontrer des troubles de l’érection.
 
En revanche, le poids ne générait apparemment aucun dysfonctionnement sexuel chez les femmes, quel que soit leur indice de masse corporelle.
 
En revanche, les femmes en surpoids avaient, dans cette étude, moins tendance à consulter pour contraception et un usage moindre des moyens contraceptifs également.
Ce qui explique, sans doute, que dans la population des femmes obèses âgées de moins de 30 ans, le risque de grossesse indésirée ait été 4,28 fois plus élevé que dans le reste de la population étudiée.
 
Des notions qu’il paraît important de porter à l’attention des professionnels de santé qui suivent ces femmes.
 
En ce qui me concerne, je suis naturellement fidèle mais je vais peut-être entamer un énième régime.
 
Pour ma santé, bien sûr, pas pour devenir volage.
 
 
Référence de l’étude :
 
Nathalie Bajos et al.
Sexuality and obesity, a gender perspective: results from French national random probability survey of sexual behaviours.
BMJ 2010;340:c2573 doi:10.1136/bmj.c2573
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le surpoids pèse sur la vie sexuelle.

  1. kimaroc dit :

    « En ce qui me concerne, je suis naturellement fidèle mais je vais peut-être entamer un énième régime. », mais non vous n’avez pas besoin de régime, vous êtes parfait comme ça… lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.