Johnny : une expertise qui pourrait allumer le feu.

C’est le grand jour. Johnny Hallyday est examiné aujourd’hui par les deux médecins experts commis par le juge.
 
C’est le jour également où l’hebdomadaire » L’Express » publie une partie du dossier médical américain.
Cette publication m’a obligé à porter des bas de contention tant mes chevilles ont gonflé !
Tout ce que j’ai dit il y a quelques mois est, en effet, corroboré dans cet article. Notamment le fait que le « coma artificiel » était en fait une sédation classiquement utilisée pour calmer les patients lors des manifestations aiguës des sevrages alcooliques.
 
Ce n’est donc pas l’intervention parisienne qui est en cause, mais l’état général du patient et son hygiène de vie.
 
Pour ce qui est de l’infection nosocomiale, c’est la clinique qui serait mise en cause, pas le chirurgien.
Problème, cet établissement est considéré comme l’un des plus exemplaires en matière de lutte contre les infections nosocomiales ! Et Johnny a déjà eu des complications infectieuses l’été 2009 à l’Hôpital Américain de Neuilly.
L’infectiologue va avoir du travail.
 
Enfin, je rappelle ce que j’avais écrit dans un billet précédent. Imaginons que les experts concluent à un alea thérapeutique, c’est-à-dire à un accident sans faute médicale.
Dans ce cas, le chanteur peut soumettre son dossier à l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, l’ONIAM.
 
Et, à partir d’un certain taux d’invalidité, il peut espérer toucher une indemnisation de la part de la solidarité nationale.
 
Ainsi l’argent des contribuables français indemnisera un citoyen français qui paye ses impôts à l’étranger !
 
On risquerait d’en entendre parler !
 
 
 
Voici les qutre articles que j’ai consacrés au sujet en décembre 2009
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Johnny : une expertise qui pourrait allumer le feu.

  1. Blogueur Influent dit :

    Êtes-vous en train de sous-entendre que Johnny va coûter une fortune à la justice, à la sécu et à une assurance professionnelle dans un pays où il refuse de cotiser, et que sa maladie est imputable à son éthylisme ? Eh bien qu’importe. Je dis : let Johnny live ! Plutôt l’acharnement thérapeutique et la complaisance à réparer l’hygiène de vie du patient, tout plutôt qu’un deuil national qui provoquerait un mois de Johnny à la radio et des commentaires ridicules de la part du gouvernement, de l’opposition et d’Alain Finkielkraut. Dieu, je n’ai jamais cru en toi mais si tu existes, prête longue vie à Johnny, je ne supporterais pas de lui survivre.

  2. Ginna dit :

    Juste pour remercier ce bon docteur qui sait nous instruire sans nous culpabiliser et le tout avec Beaucoup d’humour. J’aime aussi la musique de Johnny, mais soyons francs pour une fois………..
    Que ceux qui ne comprennent pas qu’avec le rire on fait passer bien plus de choses qu’avec un ton doctoral,ils ont vraiment besoin de se décoincer.
    Monsieur Flaysakier, gardez votre gentillesse et vos kilos.
    Merci à vous

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A MADO 14 :

    les images en fauteuil ne sont pas celles du départ mais celles de l’arrivée à Los Angeles après un vol fort long ! Je n’étais pas à bord donc j’ignore ce qui s’est passé.

    Maios le fait est que le lendemain notre Johnny était debout et plaisantrait avec un basketteur belge qui joue aux USA.

    Je pense que les avocats du médecin français connaissent ces images.

  4. mado14 dit :

    Je vois que vous parlez beaucoup de la santé de Johnny, qui je pense fait bien son numéro en partant dans un fauteuil roulant aux Etats-Unis et quand il est arrivé à bon port il était bien plus en forme que moi!

  5. citoyen lambda dit :

    Bravo Jean-Daniel pour votre traitement de l’information, ce jour au 13h d’Antenne 2 : professionnalisme, et humour, ce qui pimente le sujet traité !

  6. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A FREDERIQUE :

    Je  vous précise que l’ordonnance du juge a été écrite par lui tout seul et pas sous ma dictée

    Que faut-il dire ? les mêmes choses que M. Camus ?

     

  7. Frederique dit :

    Monsieur,

    Vous faites toujours preuve d’une grande probité. Pourtant, en vous entendant depuis plusieurs mois faire des allusions appuyées au mode de vie de Johnny Halliday, en citant des magazines comme « Elle », ou en évoquant les choix fiscaux du chanteur, je trouve que vous vous écartez de votre rôle et de l’objectivité qui vous caractérisait jusqu’à alors.

    Cela me choque un peu, je l’avoue.

    Avez-vous quelque chose de personnel contre cet artiste ?

    Cordialement.

    Frederique Moulin

  8. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A TOFF :

     

    Bon, si j’ai bien compris, vous ne m’appréciez pas ! Moi, perso, j’ai me beaucoup Johnny chanteur.

    J’aime moins son entourage quand on se met à raconter des mensonges et qu’on essaie de faire croire à des choses pour jouer avec les assurances.

    Enfin vous avez raison, je mange trop.

     

    Mais le poids on peut en perdre.

     

    La vulgarité c’est beaucoup plus difficile. mais courage, on ne sait jamais !

  9. Toff dit :

    Je viens d’entendre parler le Dr Flaysakier, qui, nous l’avons bien compris n’aime pas du tout Johnny Hallyday. C’est son droit. Je prie de tout coeur qu’il croise le chemin du « grand » Johnny afin qu’il lui foute son poing dans sa grande gueule ! Johnny picole depuis des lustres, c’est pas nouveau, encore moins un scoop….Par contre, avant de donner des conseils il devrait se mettre à bouffer un peu moins le docteur….à moins que ce soit l’alcool….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.