Soja et testosterone : peut-être pas l’aiiment idéal pour les vrais mâles.

La testostérone c’est l’hormone mâle par excellence, celle qui fait les hommes, les vrais, les durs. Des mâles qui devraient peut-être lever le pied sur le soja si l’on en croit un travail scientifique récemment publié.
 
Les vertus du soja ne sont plus à compter. On prête à cette légumineuse moult effets bénéfiques allant de la protection cardiovasculaire au soulagement de certaines manifestations de la ménopause en passant par un rôle supposé bénéfique sur la prévention de l’ostéoporose.
Ces vertus sont liées à la présence de substances dites isoflavones, classées comme phytoestrogènes, c’est-à-dire des substances ayant des effets proches des hormones femelles et d’origine végétale.
 
Deux de ces isoflavones retiennent l’attention des chercheurs : la genisteine et la daidzeine. Cette dernière est d’ailleurs transformée après absorption en equol, composé capable de stimuler les récepteurs oestrogéniques de façon plus soutenue que la daidzeine.
 
Et les récepteurs oestrogéniques existent aussi chez l’homme. Nous sommes sensibles à l’effet des hormones femelles et pas seulement à la testostérone.
Petit aparté de sciences naturelles, ou de SVT comme il faut dire maintenant : toutes ces hormones ont un précurseur commun qui est le cholestérol.
 
Une équipe sino-américaine a voulu mesurer les effets des isoflavones sur des préparations de tissus testiculaires humains et de rat. Ils ont mesuré la façon dont un tissu spécialisé, les cellules de Leydig, se comportaient en présence de ces produits.
 
Ils ont constaté que la genisteine, beaucoup plus que l’equol, avait une action inhibitrice sur la production hormonale de ces cellules testiculaires. L’étape initiale, le passage de la prégnénolone à la progestérone, était sérieusement inhibée en présence de ces isoflavones du soja. Et l’enzyme impliquée dans la synthèse ultérieure des androgènes, les hormones mâles, était la plus concernée par la présence de la genisteine.
 
Plus intriguant encore, les concentrations expérimentales nécessaires à l’inhibition étaient très proches des concentrations retrouvées dans le sang des consommateurs masculins  réguliers de soja.
 
Ces résultats sont très préliminaires mais les auteurs de l’étude rappellent la place de plus en plus importante prise par les produits à base de soja dès les premiers âges de la vie. Or, un effet de disruption hormonale pourrait avoir des conséquences sur le développement des organes et du tractus génital par exemple chez l’enfant.
 
Mais il faut surtout éviter de tirer des conclusions hâtives d’un travail en laboratoire et ce sont les observations épidémiologiques qui pourront aider à y voir un peu plus clair. Mesurer les taux d’hormones mâles, par exemple, voir les effets sur la spermatogénèse et les éventuelles difficultés à concevoir des enfants.
 
On peut sans doute se rassurer en se disant que les hommes d’Asie sont de gros consommateurs de soja mais aussi de fervents pratiquants des arts martiaux. Des sports qui nécessitent une bonne dose de testostérone.
 
 
Référence de l’étude:
 
Guo-Xin Hu et al.
Effects of genistein and equol on human and rat testicular 3β-hydroxysteroid dehydrogenase and 17β-hydroxysteroid dehydrogenase 3 activities
Asian Journal of Andrology advance online publication, 10 May 2010; doi: 10.1038/aja.2010.18
 
 
 
 
SPECIAL COPINAGE :
 
En ces temps de week-ends prolongés, je vous propose d’aller jeter un oeil sur le très joli billet écrit par le Dr Jean-Marie Vailloud sur son blog, grangeblanche.com
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.