Nuage volcanique : les voies aériennes humaines aussi sont concernées.

Contrairement à celui de Tchernobyl, le nuage islandais ne devrait pas s’arrêter officiellement à nos frontières !
Mais on ne sait pas encore si cela aura des conséquences sanitaires.
 
Pour l’instant, ce que l’on sait c’est que ce sont de grosses particules qui sont en suspension plusieurs kilomètres au-dessus de nos têtes. Des particules de silice de tailles variables, de l’ordre de quelques microns, c’est-à-dire des millièmes de millimètres.
 
Au-delà de 10 microns, ce qu’on appelle des PM10, ces particules sont arrêtées par les tissus des fosses nasales et de descendent pas dans les bronches.
 
Mais en retombant, les particules vont se fractionner et c’est là que les systémes de surveillance sanitaire vont devoir jouer à plein.
 
Si ces particules sont, en effet, d’une taille inférieure à 2,5 microns, elles peuvent alors diffuser largement dans notre arbre respiratoire et atteindre les bronches les plus fines, les bronchioles.
 
Le risque de développer des atteintes respiratoires est alors non négligeable chez des sujets fragiles, les jeunes enfants, les asthmatiques, les personnes atteintes de broncho-pneumopathie obstructive chronique ou BPCO.
 
Dans ce cas, on se retrouvera face à ces PM2.5 dans le même contexte que dans une pollution industrielle avec les mêmes recommandations : éviter les efforts intenses en plein air et limiter au maximum les déplacements des personnes fragiles et des enfants.
 
 
 
PRUDENCE, PRUDENCE
 
 

Attentio,à ne pas mettre sur le dos du nuage ce qui n’a pas de rapport avec lui.Les pollens attaquent et , notamment, au desuus d’une ligne Bordeaux-grenoble on trouve une grande prolifératuion de pollens de bouleau.

Il y a aussi les cyprès au sud et les charmes également.

A l’ouest du nouveau, avec l’arrivée des pollens de graminées.

Donc les nez qui coulent, les yeux rouges et les crises d’asthmes actuelles ou à venir ce week-end ne sont pas encore le fait du nuage islandais.

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Nuage volcanique : les voies aériennes humaines aussi sont concernées.

  1. Le nuage de Tchernobyl ne s’est officiellement jamais arrêté à la frontière. C’est un mythe inventé par le journal Libération.

    Lire à ce sujet l’excellent ouvrage du journaliste scientifique Pierre Kohler "L’imposture verte" publié chez Albin Michel en 2002, et notamment son chapitre 15 "Tchernobyl, herbe amère".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.