Cardiologie ACC 10 : Crise financière et crise cardiaque,la Bourse ou la vie.

Prendre la chute de la Bourse à cœur n’est sans doute pas la meilleure façon de ménager ses artères si l’on en croit une étude présentée lors de la conférence du Collège américain de cardiologie, l’ACC,  à Atlanta hier.

 
On sait que stress et maladies cardiovasculaires ne font pas bon ménage. Un coup de stress et des médiateurs chimiques sont libérés, des hormones coulent à flot, les plaquettes sanguines s’agglutinent et les parois des vaisseaux s’enflamment et réduisent leur calibre.
 
Mais quoi de mieux qu’une crise financière pour se pencher sur les crises cardiaques ? C’est ce qu’ont fait des chercheurs de la célèbre université de Duke, en caroline du nord aux Etats-Unis.
 
C’est le laboratoire de cathétérisation du centre médical de l’Université qui a colligé les données de janvier 2008 à juillet 2009. Dans la présentation faite aujourd’hui à Atlanta, les médecins de Duke se sont concentrés sur ces périodes récentes de grande volatilité des marchés financiers
 
Ils ont étudié tous les patients chez lesquels ils avaient monté une sonde dans le cœur dans les trois jours suivant un infarctus du myocarde.
 
Les médecins ont ensuite dressé une courbe de l’évolution de leur activité par période de trois mois. Cette courbe a été comparée aux cours d’ouverture du Nasdaq, le marché des valeurs technologiques cotées automatiquement à Wall Street, et dont l’indice est le petit frère du célèbre Dow Jones.
.
 
Durant cette période 2008-2009, sur 4223 cathétérismes cardiaques, 965 étaient motivés par un infarctus du myocarde.
En suivant l’évolution trimestrielle de leur activité, les spécialistes ont noté une tendance inverse entre la survenue des infarctus et l’évolution des marchés.
 
Plus les cours chutaient et plus ils voyaient d’infarctus, alors qu’une période boursière calme  et la reprise des cours à la hausse réduisait leur activité.
Soulignons que les patients n’étaient pas des traders mais des épargnants normaux qui voyaient sans doute leurs retraites fondre comme neige au soleil.
 
Il n’est nul besoin de s’étendre sur le système de protection sociale américain pour comprendre que les retraités sont des petits épargnants forcés et contraints dans un pays où la retraite par répartition n’existe pas.
 
Cette étude est une étude dite d’observation. Elle donne une idée de ce qui se passe mais elle n’a pas la rigueur des études épidémiologiques classiques.
Les auteurs de cette recherche ont donc décidé de pousser plus loin leurs recherches.
 
On ignore s’ils seront financés par des groupes pharmaceutiques ou des sociétés fabriquant du matériel médical.  Des sociétés qui, si les résultats se confirmaient, pourraient en arriver à cette situation paradoxale qui les verraient faire d’autant plus d’affaires que leurs cours s’effondreraient en Bourse.
 
En tous cas, les personnes fragiles devraient peut-être s’abstenir de jouer les « golden boys » au risque de se trouver à leur insu devant cette situation bien connue : « la Bourse ou la vie ? ».
 
 
Référence de l’étude
 
Mona Fiuzat et al.
Has the U.S. Stock Market Collapse Impacted Cardiovascular Event Rates?
ACC 10. 59th scientific sessions. Presentation number 1141-180
 
Voir le résumé en anglais.
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Cardiologie ACC 10 : Crise financière et crise cardiaque,la Bourse ou la vie.

  1. francoise6878 dit :

    Pas besoin d’être trader pour connaitre les risques du stress sur le comportement cardiaque ! Victime d’un contrôle fiscal, avec une ardoise impossible à gérer, un stress allant en s’amplifiant pour tenter de trouver une solution ou valider ma bonne foi reconnue, mon coeur a été sollicité jusqu’à me retrouver en réa cardiaque et un pronostic "coeur gros et mou". Même si on a trouvé les bons dosages de médicaments, aujourd’hui encore, lorsque surviennent des périodes de stress, tout de suite je suis à nouveau essoufflée. Tout ceci pour dire que, le stress joue directement sur les fonctions cardiaques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.