Avec l’ivermectine, les poux vont plus vite dans les choux.

Une étude française publiée dans le New England Journal of Medicine, le NEJM, va sans doute intéresser nombre de parents. Un médicament déjà commercialisé permet de mettre les poux à genoux sur la tête de leurs petits choux.

Un progrès, mais pas encore un bijou.

 
Les spécialistes français ont choisi de comparer l’efficacité de l’ivermectine à celle d’une solution à base de malathion dosée à 0,5 % dans les cas de pédiculose difficiles à traiter.
 
L’ivermectine est un médicament utilisé dans le traitement d’un certain nombre de maladies parasitaires exotiques, comme l’onchocercose ou cécité des rivières, la filariose, des helminthiases. Plus prosaïquement, on l’utilise aussi pour traiter la gale.
 
L’étude, conduite de mars à septembre 2004 a concerné 7 centres, en Grande –Bretagne, en Irlande, en Israël et en France.
 
Pour entrer dans l’étude il fallait avoir au moins deux ans et peser 15kg au minimum.
La présence de poux deux à six semaines après un traitement à base de lotion contenant un pyrèthre ou du malathion représentait un critère d’inclusion dans l’étude.
 
Aux jours 1 et 8, les patients recevaient soit de l’ivermectine à la dose de 400 microgrammes par kg, soit la lotion à base de malathion concentré à 5 %.
 
L’étude a concerné 812 patients répartis en 376 foyers. L’originalité c’est que ce sont des foyers et non pas des individus isolés qui ont été étudiés.
 
Le groupe ivermectine comprenait 398 personnes réparties en 185 foyers. Le groupe lotion au malathion était fort de 414 personnes représentant191 foyers.
 
Au 15ème jour, 378 des 397 patients sous ivermectine n’avaient plus de poux, soit 95,2 % du groupe.
Pour les patients sous lotion les chiffres étaient inférieurs : 352 sur 414 étaient débarrassés de leurs hôtes indésirables, soit 85 % des sujets.
 
Une différence très significative statistiquement.
 
Les effets secondaires sévères ont été très rares et le produit a particulièrement bien été toléré chez les jeunes enfants aux alentours de la période 4-5 ans.
 
L’ivermectine pourrait donc devenir un traitement de la pédiculose capillaire dans certaines situations, en particulier lors des formes résistant aux traitements traditionnels par lotion insecticide.
 
Il faut en effet éviter de galvauder ce produit afin de ne pas, à terme, risquer d’entrainer l’acquisition de résistances à l’ivermectine par les poux.
 
Il sera également intéressant de voir ce qui va se passer au plan administratif. Officiellement, la pédiculose n’est pas une maladie et les produits pour la traiter ne sont pas remboursés.
 
Or, l’ivermectine est un médicament avec une autorisation de mise sur le marché et une prise en charge à 65 %, même pour la gale.
Le produit coûte 20 euros environ pour une boite de 4 comprimés.
Le dosage actuel, 3 mg par comprimé, ne permettrait pas de conduire un traitement avec une seule boite pour un bon nombre d’enfants.
 
Au-delà de 15kg, il faudrait une deuxième boite de comprimés et 20 euros de plus !
 
On ne sait pas encore si l’ivermectine aura bientôt une extension de son AMM avec l’indication « pédiculose » mais on peut imaginer, sans très mauvais jeu de mots, que l’Assurance- maladie va chercher quelques poux dans la tête des fabricants du produit pour les amener à revoir leur prix et leur conditionnement.
 
Car, à ce prix, les poux pourraient coûter plus cher que des bijoux et mettre à genoux la Sécu qui n’a pas trop les moyens de s’offrir de nouveaux joujoux.
 
 
Référence de l’étude :
 
Olivier Chosidow et al.
 
Oral ivermectin versus malathion lotion for difficult to treat head lice.
N Engl J Med2010; 362: 896-905

Juste pour le plaisir, voici la liste des « x » au pluriel !

pou - caillou – genou – chou – hibou – joujou – bijou

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Avec l’ivermectine, les poux vont plus vite dans les choux.

  1. Beaume Solange dit :

    Bonjour, Après l’interdiction en France du DDT, puis tout récemment du Lindane, n’est-ce pas aussi un scandale de plus, l’utilisation de l’IVERMECTINE ? – molécule se trouvant dans les traitements et vermifuges de nos animaux et aussi des humains- après les désastres causés et révélés en Australie rendant les terres stériles à cause du fumier. Disparition des coléoptères, Etc. Voici ce que répond un expert de la Société Nationale d’Horticulture de France:Utilisation de fumier d’animaux vermifugés

    La matière active Ivermectine utilisée comme vermifuge présente une forte écotoxicité, en particulier vis à vis des insectes, Elle est assez rémanente dans les excréments des animaux traités (jusqu’à plusieurs mois). Par conséquent, l’apport d’un fumier contenant de tels excréments ne me parait pas judicieux dans le cadre d’un jardin familial où la concentration de matière active risque d’être élevée du fait de la faible surface d’épendage. Cette pratique pourrait donc être dangereuse pour l’environnement, en particulier pour la faune du sol.

    Ecoutez aussi des bribes d’une émission de septembre 2008, « safari dans la bouse » avec JP LUMARET et M GIRAUD sur France-Inter , en rediffusion dans « la tête au carré » du 22 décembre 2011

    Que pensez aussi du fumier traité industriellement et commercialisé ? Et les nappes phréatiques avec la pollution des résidus de ces traitements autant humain qu’animal ?Pourquoi rien n’est fait pour empêcher cette utilisation – sûrement universelle ? Merci de votre réponse qui sera accompagnée d’actions rapides et efficaces, et merci de votre présence. Cordialement Solange Beaume

  2. BEAUME SOLANGE dit :

    Bonjour, ce matin je vois que mon commentaire est effacé sur votre site, sans pour cela me contacter à mon adresse mail. Alors je présume que vous connaissiez déjà la toxicité de l’IVERMECTINE. Vous le saviez donc, mais vous n’avez rien dit ! C’est sûrement encore une histoire de gros sous, comme le médiator, comme les prothèses mammaires PIP, ETC.

    • Jean Daniel Flaysakier dit :

      Madame,
      Je ne passe pas ma vie devant mon écran et je modère les commentaires quand j(en ai le temps. Vos rematques sur les ‘gros sous’ sont parfaitement ridicules mais je vais les laisser afin que chacun puisse ne juger.

  3. Lola dit :

    Merci pour ces précieux renseignements.
    Décidément aucun garde-fou pour nos enfants. L’Ivermectine est un produit hautement toxique ! alors qu’on a interdit le DDT dans les années 70 pourquoi ne pas les asperger avec autre chose ? de l’Arsenic ça ira plus vite pour décimer la biodiversité et la population humaine avec ! Journalistes, faites votre boulot au lieu de soutenir des empoisonneurs légaux car financièrement super-intéressants pour les fabricants !
    Contre les poux: 50% vinaigre 50% huile végétale et plus de poux le 1/4 d’heure qui suit ! Si vous ne voulez pas de poux chez vous tuez vos enfants ils n’y aura plus de terrain privilégié.

  4. mamimo dit :

    La leçon anti-poux est aussi intéressante que la leçon de grammaire et vice-versa, seule différence on a une "sécurité" pour la grammaire ! merci

  5. Beldjoud Kamel dit :

    Vos analyses et commentaires sont d’importance en ce qui me concerne.
    Salutations amicales de Montréal.
    Le bien à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.