Nouvelle campagne anti-tabac de DNF: le vrai scandale est ailleurs, nom d’une pipe !

Ah la belle affaire ! Une campagne destinée à sensibiliser les jeunes aux dangers du tabac déclenche l’ire des censeurs et des âmes bien-pensantes. Des indignations tout à fait sélectives.
 
A mon retour de la conférence sur le sida de San Francisco, je découvre la nouvelle campagne de l’association DNF (Droits des non-fumeurs).
Pour ceux qui l’ignorent encore, on y voit des adolescents en position de soumission et dont on a l’impression qu’ils sont en train de faire une gâterie bucco-génitale, une fellation pour les gens corrects, ou une pipe pour le reste d’entre nous. Sauf que la pipe c’est une cigarette.
 
Disons-le tout de suite, ce n’est pas exactement du meilleur goût et le message n’est pas obligatoirement évident au prime abord.
Mais ce qui est incroyable c’est la vague de protestations et de velléités d’aller devant la justice que la campagne de DNF suscite.
 
Quand il s’agit de « Familles de France », on ne s’étonne pas. Quand c’est Nadine Morano qui invoque l’outrage aux bonnes mœurs, on ne s’étonne pas plus avant également. Mais cette campagne est attaquée même par des associations censées poursuivre le même but que DNF.
 
Je ne suis ni fumeur (sans regret) et je ne suis plus adolescent (là, énormément de regrets). Je suis donc très mal placé pour dire si c’est une bonne ou une mauvaise campagne.
Mais vu le tir de barrage, elle ne doit pas être si mauvaise que cela.
 
Ce qui m’afflige c’est de voir les parangons de vertu s’échauffer l’esprit là-dessus et ne pas être, en revanche, choqués de la perversité, de la manipulation, des basses manœuvres des cigarettiers pour aller sans cesse pécher dans le vivier des adolescents pour trouver de nouveaux « accros »
 
Il faut dire que ces gens ne font pas de campagne apparente de mauvais goût. Regardez les Grands prix de Formule 1 : qu’y a-t-il de plus sain que de voir ces jeunes femmes, souvent très jeunes même, vêtues, ou plutôt court-vêtues, aux couleurs des marchands de tabac et qui arpentent les paddocks et les chaudes pistes des circuits de Formule 1. Elles doivent d’ailleurs rentrer vite chez leurs parents, le soir, le devoir accompli. Quelle image saine, n’est-ce pas que ces belles « plantes » entourant des hommes, des vrais, de ceux qui « en ont » pour ce lancer à plus de 350 km/h dans ces monoplaces. Des voitures aux couleurs, là encore, des manufacturiers de tabac et que les télévisions du monde entier montrent en gros plan.
 
Et il n’y a pas si longtemps on pouvait rêver d’aventures au grand air grâce au « Camel trophy » ou au « Raid Gauloises » non ? La jungle, le désert, l’aventure, l’adrénaline. Tout cela vendu à des jeunes dans les journaux et aux entractes des films.
 
Des films dans lesquels, plus la cible est un public jeune, plus il y aura de scènes avec un ou des acteurs en train de fumer.
 
Je reviens près de 20 ans en arrière. A l’époque Claude Evin est le ministre de la santé du gouvernement Rocard. Le ministre de l’Economie s’appelle Michel Charasse.
La SEITA, la compagnie nationale qui a, à l’époque, le monopole du tabac en France veut lancer une nouvelle cigarette, la Chevignon.
Chevignon est alors un fabricant de vêtements pour les jeunes, sweat-shirts et blousons notamment.
 
 
Sauf Claude Evin et les membres de son cabinet, comme Jérôme Cahuzac, chirurgien. (Il est actuellement député du Lot-et-Garonne).
 
Il va s’en suivre une bagarre très intense entre le cabinet de Claude Evin et celui de Michel Charasse, Bercy ne voyant que les taxes tombant de la vente des cigarettes. Le problème de santé publique n’était pas la priorité de ce ministère, pas plus qu’il n’était celui du ministère de la Culture qui voyait d’un mauvais œil qu’on interdise à une fondation pour le cinéma de porter le nom de Philip Morris.
 
Finalement Claude Evin et Jérôme Cahuzac auront gain de cause, mais pas sans mal et, semble-t-il pas sans essuyer quelques représailles.
 
Aucune association ne fera entendre sa voix, pas « Familles de France » en particulier. On essayait simplement d’associer fringues à la mode et tabac en visant des jeunes, mais cela ne choquait pas.
Moins, en tous cas qu’une cigarette à hauteur de braguette.
 
L’industrie du tabac a besoin de renouveler son stock de fumeurs. Elle a bien réussi avec les femmes. Preuve en est, le cancer du poumon est en pleine ascension chez les femmes alors qu’il commence à diminuer chez l’homme.
 
Cette industrie n’a aucune éthique, aucune règle. Les documents publiés depuis des années aux Etats-Unis, notamment, montrent que les fabricants ont triché sur les données de dangerosité qu’ils connaissaient. Ils ont triché sur la composition des cigarettes et les effets addictifs que ces compositions entrainaient.
 
Ils disposent de budgets de pub qui sont des centaines de fois ceux des associations de lutte contre le tabagisme.
 
Ces choses là me choquent et me semblent être un outrage à la morale et à l’intelligence.
Mais le code pénal n’a rien prévu là-dessus.
 
Plutôt que de s’en prendre à DNF, je pense que Nadine Morano devrait se battre pour que les crédits des structures de prévention du tabagisme chez les jeunes soient à un niveau permettant de poursuivre des actions utiles.
 
Et il serait temps que les professions de santé, très représentées au Parlement, s’impliquent aussi dans cette lutte, tout comme les institutions médicales officielles d’ailleurs.
 
Mais il est apparemment plus simple de s’en prendre à une campagne venue d’une association qu’aux actions des manufacturiers.
 
Hurler sur une représentation de la fellation et ne piper mot sur ce qui est le vrai scandale.
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nouvelle campagne anti-tabac de DNF: le vrai scandale est ailleurs, nom d’une pipe !

  1. Blanc dit :

    Bonjour,
    je veux arrêter de fumer (65 ans / 50 ans de tabagie)
    J’essaie .. tout ! rien n’y fait ! Je n’y arrive pas !
    N’y a-t-il pas des produits qui pourrait dégouter du tabac quand on fume !
    Merci …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.