Grippe A(H1N1) : Un virus très actif, très discret et parfois très méchant.

Un virus très actif, plutôt discret et toujours très dangereux pour certains. Nos connaissances sur le virus de la grippe A-H1N1) s’affinent. 
 
Ce sont deux mille femmes enceintes venues subir une prise de sang pour les sérodiagnostics de toxoplasmose et de rubéole qui ont aidé à obtenir une première photographie de la prévalence de l’infection grippale en France.
 
Avec leur consentement, un échantillon sanguin a été adressé au laboratoire des virus émergents de la faculté de médecine de Marseille afin de rechercher la présence de marqueurs sanguins du virus A(H1N1) chez ces femmes.
 
On a ainsi constaté que 10,6 % d’entre elles présentaient des anticorps contre le virus, aucune n’ayant, bien sûr, été vaccinée.
 
Par une extrapolation statistique, les auteurs de l’étude publiée en ligne sur PLoS Current  estiment que lors de la première semaine de décembre 2009, dans la population des femmes et des hommes entre 20 et 39 ans, le nombre de nouveaux cas de grippe A a été de 1,72 million.
 
Or, à cette même époque, et si on se reporte aux données du réseau Sentinelles, les médecins ont vu en consultation 336000 grippes symptomatiques, c’est-à-dire des personnes ayant une fièvre supérieure à 39 °C, des signes respiratoires et des douleurs musculaires. 
Les tableaux symptomatiques représentaient un peu moins de 20 %, 19,6 % exactement, et la majorité des cas était soit asymptomatique soit pauci symptomatique. 
 
Bien entendu, il s’agit d’extrapolations et ces chiffres ne sont pas coulés dans le bronze.
Ils ont été, en outre, obtenus au milieu du pic épidémique.
 
Ils viennent cependant confirmer deux notions :
 
La première c’est que, même en période de grippe saisonnière, il y a entre 30 et 40 % de cas de grippe qui peuvent passer inaperçus ou être suffisamment anodins pour ne pas justifier d’une consultation. 
 
La seconde c’est que cette grippe pandémique revêt sans doute des formes asymptomatiques dans au moins la moitié des cas, voire jusqu’à 80 % dans certaines tranches de la population.
 
Mais il ne faut pas non plus oublier que le nombre de formes graves constatées depuis le début de l’épidémie, près de mille patients en unités de soins intensifs, est beaucoup plus élevé avec la grippe A(H1N1) qu’avec la grippe saisonnière et que les victimes sont des personnes jeunes qui, dans un quart des cas, n’avaient aucun facteur de risque.
 
Cette étude dont les auteurs soulignent qu’elle ne doit pas donner lieu à des conclusions trop hâtives, devra être poursuivie et répétée jusqu’à la fin de l’épisode grippal afin d’en apprendre encore plus.
 
Evaluer précisément le nombre de cas pauci ou asymptomatiques. Voir si ces personnes sont protégées contre la grippe et voir quelle peut avoir été leur contagiosité vis-à-vis des autres.
L’addition des personnes ayant eu une grippe symptomatique, de celles qui ont été vaccinées et des cas asymptomatiques pourrait atteindre actuellement  en France entre 11 et 15 millions .
 
Mais toutes n’ont pas forcément le même niveau d’immunisation.
 
L’obtention de ces données pourra permettre de dessiner les futurs plans de vaccination afin de définir les priorités et pour pouvoir protéger en priorité les groupes les plus exposés aux graves complications que peut générer ce virus.
 
Référence de la publication:
 
Antoine Flahault et al. 
Symptomatic infections less frequent with H1N1pdm than with seasonal strains
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Grippe A(H1N1) : Un virus très actif, très discret et parfois très méchant.

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A DAD041 :

    Pour les adultes c’est une dose de vaccin.

  2. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A LAURENT :

    Une deuxième vague est toujours possible. Nous en sommes à la seizième semaine au dessus du seuil épidémique. Mais il est difficile de dire ce qui va  se passer.

    Hormis une mutation importante, il n’y a aucune raison de penser que la vaccination sera à nouveau nécessaire pour les perosonnes vaccinées cet hiver.

  3. DADO41 dit :

    Bonjour Docteur et merci de nous informer regulierement et pour moi de maniere objective. Pouvez Vous SVP nous faire ou nous dire ou trouver simplement si on se vaccine contre le virus de la grippe A combien faut il d’injection car en fonction des ages et des informations ont est perdus trop de contradiction.
    Merci et Meilleurs Voeux et bonne santé pour 2010….

  4. Laurent dit :

    Monsieur,

    L’ épidémie de grippe A semble reculer en France comme dans d’ autres pays.Une recrudescence est-elle envisageable dans les semaines ou mois à venir.Si oui, le virus pourrait-il alors être plus pathogène?Est-il possible qu ‘ il faille un nouveau vaccin chaque année comme c’ est le cas pour la grippe saisonnière?Merci.Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.