Johnny Hallyday : la mission des experts va au delà de ce qui s’est passé lors de l’intervention.

La mission confiée aux experts commis par la justice pour examiner le cas Hallyday va couvrir un large domaine. Il n’est pas certain que ce qu’est ce que l’entourage souhaitait.
 
Les deux experts désignés par le juge sont le Pr Marc Tadié, neurochirurgien au CHU Bicêtre et le Dr Bertrand Gachot, un spécialiste en maladies infectieuses et qui exerce à l’Institut Gustave Roussy, à Villejuif. Il a publié récemment un ouvrage sur les infections nosocomiales.
 
On sait que la famille Hallyday et son entourage mettent en cause le Dr Stéphane Delajoux, le neurochirurgien qui a opéré le chanteur. Comme je l’ai dit il y a quelques jours, l’intervention n’a pas été une cure de hernie discale. Il s’est agi d’une cure de « canal lombaire étroit », c’est-à-dire un geste pour élargir le canal contenant la moelle épinière.
Le chirurgien a enlevé une partie de l’arc postérieur d’une vertèbre lombaire.
 
Comme on peut l’imaginer, la justice veut savoir ce qui s’est passé. Savoir pourquoi, par exemple, une infection est survenue et pourquoi elle a pris un tour aussi dramatique.
 
Car les choses pourraient être moins simples que ce qui a été dit par l’entourage du chanteur.
La justice souhaite, en effet, élargir la période d’investigation.
Ainsi, dans l’ordonnance fixant la mission des experts des experts, il est précisé qu’ils devront étudier tous les facteurs pouvant être intervenus dans la survenue de l’infection et avoir accès aux prescriptions médicales faites au chanteur avant et après l’intervention.
 
Les Hallyday doivent leur remettre immédiatement les documents médicaux et paramédicaux relatifs aux soins reçus aux Etats-Unis.
 
De même, ils devront pouvoir avoir accès à tous les actes médicaux, chirurgicaux et radiologiques remontant au 1er janvier 2008.
 
Cela inclut donc l’intervention subie en juillet dernier par Johnny Hallyday à l’hôpital Américain de Neuilly. Il s’agissait, selon la version officielle, de procéder à l’ablation d’un polype colique cancéreux.
Les experts pourront alors constater si telle est bien la réalité. Une pathologie plus importante ayant pu entraîner un geste plus lourd pourrait expliquer, par exemple, que les défenses immunitaires du chanteur soient altérées.
 
Le juge demande également aux experts, s’ils estiment cela pertinent, de se pencher sur les modes de vie et habitudes de Johnny Hallyday avant et après l’intervention.
 
En termes polis et pesés, cela recouvre l’hygiène de vie de la rock star. Plus précisément son problème avec l’alcool dont sa femme disait dans le magazine « Elle » du 11 décembre 2009 qu’il faisait partie des « démons » qu’elle n’avait pu l’aider à « dompter ».
 
Les experts ont jusqu’au mois de juillet pour rendre leur rapport dont on imagine qu’il sera attendu par les deux parties avec impatience, notamment du côté des Hallyday étant donné le montant des sommes en jeu à la suite des annulations de la tournée.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Johnny Hallyday : la mission des experts va au delà de ce qui s’est passé lors de l’intervention.

  1. patrick dit :

    Chère Hélène vous avez une drole de conception de l’achat de place de concert,Vous semblez vivre au pays de oui oui. Comme les gens ont payé, cette argent ne leur manque pas!!!!. Faites un chèque tous les mois à votre idole si ça vous chante (sans jeux de mot). Les gens n’ont pas fait un don au Johnnython que je sache, mais simplement acheté des places pour un spectacle. Vous faites partie de l’entourage du producteur pour tenir un tel discours suréaliste ?

  2. Hélène dit :

    Je trouve cette histoire bien triste… si les fans ont déjà payé, cet argent ne leur manquera plus, et s’ils aiment vraiment Johny, ne peuvent-ils pas lui offrir le non-remboursement de leur billet pour éviter que les perturbations juridiques s’ajoutent à ses problèmes de santé ? après, ils ne perdront qu’un concert, ça ne va pas changer leur vie… et je pense que si Johny avait eu la forme pour les faire, il les aurait fait, on peut lui faire confiance. Certes ça ferait le bonheur des assurances qui ont misé sur lui comme on le fait pour de la marchandise, mais ça ne devrait pas être nécessaire : si un chanteur et si populaire, ne peut-il pas compter sur l’indulgence de ses fans dans de telles situations ? Les assurances pourraient alors reverser une partie des sommes qu’elles ont perçues jusque là.

  3. patrick dit :

    C’est vrai cher Doc, comme Michele, j’apprécie particulièrement vos analyses toujours sans méchanceté et d’une grande liberté me semble t’il (je ne suis pas de la partie donc…) . En l’occurence comme je le disais déjà, si celà pouvais rabattre un peu l’arrogance de l’entourage proche, voir même très proche de Johnny Hallyday ce serai pas mal. Trop facile le coup du Vilain Dr Delajoux, escroc , voyou et j’en passe. Johnny n’avait’il plus son libre arbitre pour se rapprocher de se soi-disant aujourd’hui charlatan!! Je ne connais pas ce Docteur et il n’a pas besoin de moi pour se défendre, mais tout de même, qui à le plus à se couvrir de ridicule et à voir sa vie intime et ses habitudes de vie déballées au grand jour dans cette affaire….. Beaucoup de personnes ont la réponse semble t’il, sauf l’entourage proche de la Rock Star quoi que…….

  4. Michele dit :

    Bonjour Docteur,

    Je vous ai vu et écouté hier soir au JT de France 2 et j’ai bien apprécié vos propos. Vous connaissez bien les compagnies d’assurances, moi je les découvre depuis la mort de mon frère en février dernier et vous avez raison, lorsqu’il s’agit d’indemniser elles vont rechercher très loin. Tout n’est pas blanc d’un côté et noir de l’autre. Moi aussi j’aime bien Johnny mais depuis son séjour à l’hôpital américain en juillet j’avais comme l’impression que tout le monde mentait par omission. La vie privée d’accord, mais lorsque 160 000 fans achètent leur billet à un prix exorbitant ils ont droit de savoir s’ils auront une chance de voir Johnny sur scène car leur compte bancaire mine de rien a déjà été débité. Et puis la justice elle doit entendre les deux parties, le logique débat contradictoire. Le pauvre Johnny il s’est fait tellement "manipuler" dans sa vie même s’il n’en a fait qu’à sa tête, mais quand on est gémeaux comme lui et qu’on a envie d’être libre, il faut savoir dire stop à un moment et ne plus s’encombrer avec le boulot. Allez Johnny un petit effort, de l’argent il en faut mais quand on en gagne trop on finit par perdre le goût des choses et parfois des gens.

    Cher Docteur cela fait longtemps que je vous vois à la télé et j’apprécie vos analyses fines des situations et votre franchise. Ne changez rien.

    Je vous souhaite de très bonnes fêtes. Respectueusement.

    Michele

  5. kkouette dit :

    s’il y avait erreur flagrante du docteur delajoux, le rapport des médecins américains soit disant non traduits fautede temps (mort de rire) et le rapport des médecins françaisdes assurances devraient suffire non ?????

    ça sent la magouille avec un delajoux bouc emissaire idéal

  6. patrick dit :

    Cher Docteur Flaysakier, je n’ai pourtant rien contre Johnny Hallyday, mais d’arreter de se moquer du monde devenait indispensable. Le Clan Hallyday se comporte bien mal (pour rester correct ) dans cette affaire, votre intervention est sacrement salutaire et rétablie déja une partie de la réalité. Comme vous, je ne suis pas sur que le Clan hallyday s’attendait à cela contrairement à leur fanfaronnade permanente. Je fais entièrement confiance aux experts nommés. Merci Doc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.