Johnny Hallyday, suite et pas fin : un show médiatique qui procure un certain effroi.

Le lynchage médiatique infligé au chirurgien qui a opéré Johnny Hallyday pose quelques questions auxquelles on espère qu’une expertise pourra répondre. A l’approche de Noël, on peut rêver.
 
Il y a des monuments auxquels on ne touche pas et Johnny fait partie de ce patrimoine à sauvegarder à tout prix.
Le voir malade, dans un lit, à Los Angeles a déclenché l’ire, que dis-je, la fureur, de millions de fans.
Fureur contre le neurochirurgien qui l’a opéré Stéphane Delajoux.
 
Je ne connais pas ce chirurgien, je ne suis pas un de ses amis. Je ne suis donc pas son avocat, il en a, par ailleurs deux excellents !
 
Je ne suis pas procureur non plus, ni accusateur public pour la bonne raison que je ne connais pas l’ensemble du dossier, je l’ai déjà dit ici.
 
Ce qui m’étonne, cependant, dans cette affaire, c’est la façon dont ce médecin a été traité.
 
Le monde journalistique a, comme d’habitude, et de façon grégaire, tapé à bras raccourcis sur un personnage sulfureux, certes, mais qui, en l’espèce, n’est pas forcément en cause.
Mais qu’importe ! On lui fait payer un passé il est vrai peu glorieux, comme cette tentative d’escroquerie à l’assurance en 1994. Il a été condamné, incarcéré et cela n’en fait pas, pour autant, un chirurgien incompétent même si on peut penser qu’il a manqué à l’honneur et à la probité que le Code de déontologie médicale impose à chaque médecin.
 
Ce qui me trouble un peu, par exemple, c’est la très violente charge émanant d’un célèbre avocat qui parlait au nom du Conseil de l’Ordre.
 
L’Ordre des médecins a des niveaux différents : un échelon départemental auquel s’inscrit le médecin exerçant dans une commune de ce département, un échelon régional et un échelon national, le fameux conseil national de L’ordre des médecins, ou CNOM.
 
Ceux qui ont vu la charge de l’avocat contre Delajoux, le qualifiant de divers noms d’oiseaux et s’étonnant qu’il continuât à exercer ont pu, de bonne foi, croire que ce ténor du barreau parlait au nom de l’Ordre national, l’instance disciplinaire majeure.
 
Or, renseignements pris, ce n’est absolument pas le cas ! Cet avocat n’est nullement mandaté par le conseil national de l’Ordre des médecins qui, nous dit-on en « off », sait parfaitement s’exprimer seul et ne fait jamais « donner » ses avocats.
 
La diatribe contre Delajoux n’émane donc pas de tout en haut, mais de l’échelon départemental.
Ce qui est dérangeant dans cette affaire, c’est que l’avocat qui tire ainsi à boulets rouges contre lé chirurgien de Johnny a déjà eu l’occasion de croiser sa route.
 
Delajoux est, en effet, allé à Vilnius, en Lituanie, à la demande de la famille Trintignant pour tenter ce qu’on qualifia d’opération « de la dernière chance » sur Marie Trintignant.
 
Un voyage hautement controversé dans le monde médical car la jeune femme était déjà dans un coma dépassé. Le cirque médiatique qui entoura le voyage du chirurgien puis le rapatriement de l’actrice et son décès dans une clinique parisienne n’ont pas aidé ses confrères à apprécier la démarche du Dr Stéphane Delajoux.
 
Mais si j’évoque ce fait, c’est qu’il faut se rappeler que la mort de Marie Trintignant est secondaire aux coups que lui infligea son compagnon Bertrand Cantat. Un meurtre qui valut au chanteur de Noir Désir une condamnation à huit ans de prison.
 
Et qui était l’avocat de Cantat ? Le même qui s’en est pris récemment au Dr Delajoux. Une proximité qui n’a pas été beaucoup relevée dans la presse, me semble-t-il !
 
De la même façon, on a vu naître des vocations de procureur, comme celle du manager de Johnny, et de grands talents d’experts médicaux, comme ceux de Nikos Aliagas ou de Line Renaud.
 
Si, comme on le dit, le chanteur était en coma artificiel, donc sous assistance respiratoire, j’ai un peu de mal à comprendre vu la taille de l’appareillage comment cette délicieuse femme a pu le trouver « beau » sur son lit.
 
On a entendu un producteur parler de « massacre », selon ce qu’auraient dit les médecins, puis ce même producteur nous expliquer que n’étant pas médecin lui-même, il n’avait pas d’opinion mais répétait ce que les médecins auraient dit à la famille.
 
Quand on connaît le genre d’établissement dans lequel est notre Jojo national, une sorte d’hôpital de luxe, coffre-fort, où chaque mot est compté par peur du procès, je vois mal des médecins aller confier ainsi leurs états d’âme au premier venu.
 
Massacre chirurgical, puis grave infection, le diagnostic a aussi évolué u cours des jours, au fur et à mesure que l’annulation de la tournée devenait évidente.
 
Il va donc falloir attendre maintenant que des experts médico-judicaires soit commis par le juge. On peut espérer qu’il choisira les meilleurs de sa liste et qu’ils s’attacheront à travailler en toute objectivité.
Leur tâche ne sera pas simple. La clinique Monceau est classée parmi les toutes premières en matière de lutte contre les infections nosocomiales et le chirurgien est dûment diplômé pour cette chirurgie. Il a, certes, été condamné par le passé pour des actes médicaux mais rares sont les chirurgiens, surtout lorsqu’on fait de la chirurgie du dos, qui finissent leur carrière sans avoir eu à être confrontés à des plaintes de patients.
 
Je le dis et le répète, je n’ai aucune raison de défendre le chirurgien.
Mais je n’ai aucune raison, non plus, de l’enterrer si rapidement.
 
Je me dis simplement que, connaissant son client, il aurait dû exiger que ce dernier s’engage à ne pas bouger et à entreprendre certains ajustements « alimentaires » afin d’éviter des conséquences potentiellement sévères liées à un choc postopératoire.
 
Mais je ne suis pas « chirurgien des stars » et je ne n’aurais sans doute pas su dire non à Johnny, en souvenir des boums où j’espérais conclure sur « Retiens la nuit ».
 
En vain !
 

PETITE NOTE DE BAS DE PAGE :

L’un des premiers assureurs médicaux a expliqué à une de mes consoeurs de France 2 qu’en moyenne un chirurgien ou un neurochirurgien était « mis en cause  » une fois tous les deux ans. La chirurgie de la colonne vertébrale est une grande pourvoyeuse d’actions contre les praticiens.

Quand ces affaires arrivent devant la justice, le médecin est condamné dans 68 % des cas.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Johnny Hallyday, suite et pas fin : un show médiatique qui procure un certain effroi.

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A DANIEL SCHALK ET A SES AMIS !

    Je précise à nouveau pour celles et ceux qui laissent un commentaire que leur texte n’appairait pas automatiquement.

    Il m’est d’abord adressé et je décide ou non de le publier.

    La politique concernant les commentaires est précisée dans la rubrique « INFOS BLOG » dans l’article « commentaires : les règles du jeu ».

     

    Comme je ne vis pas 24h/24 devant mon écran, certains commentaires peuvent être mis en ligne après un certain délai et je prie leurs auteurs de m’en excuser.

     

    Merci de vos contributions et, encore une fois, pas de message anonyme, sinon c’est supprimé directement.

    Pas de consultation médicale non plus, c’est interdit par la charte HONCode.

     

    A bientôt de vous lire.

  2. Daniel Schalk dit :

    J’ai deja eu 4 amis qui me disent avoir mis des commentaires hors rien n’apparait faites vous un tri dommage car je trouve moi aussi que J.D. FLAYSAKIER à donne une bonne analyse du probléme et comme mes amis nous pensont que son Producteur qui lui soutire son fric deouis longtemps est le plus mal placé dans l’histoire.
    J’ecris sans doute pour rien puisque rie de nos commentaires n’est affichés. Ils ont dit que cela etait de la censure DOMMAGE car l’article nous semblent bon.

  3. Triquell dit :

    Une analyse intelligente et raisonnée.Dommage que la mesure et la réflexion ne soient pas l’apanage de nos médias et de certains soi-disant journalistes et autres cracheurs de feu.
    Merci

  4. SCANDALE??? dit :

    Cet article est pour moi la dure réalité du domaine de on ne sait pas on accuse deja et comme l’enjeu des concerts annulés est sans doute important le Manager emploi tout les moyens pour ne pas supporter les pertes.
    C’est scandaleux.
    Aura t on la veritè un jour.
    Merci de votre article sans langue de bois.

  5. DADO 41 dit :

    Bien vu on va maintenant de la maladie au fric, dedit des concerts et
    sans doute manque à gagner pour les Ets CAMUS et Cie…
    On veut faire payer par qu’elqu’un mais quoi ou est l’erreur?
    Que sait il passé? De quoi l’acteur à souffert ???
    Arreter le battage mediatique sans savoir.
    Merci Monsieur le Docteur de Tours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.