Johnny Hallyday : un coupable idéal ?

Les problèmes rencontrés actuellement par Johnny Hallyday ne sont pas forcément liés directement au geste chirurgical.
 
Selon une source proche du dossier, comme il est coutume de dire,et certains éléments que nous avons pu obtenir, les suites opératoires du chanteur ont été normales jusqu’à son départ.
Il a été vu la veille de son départ à la clinique où il a été opéré. La plaie opératoire était propre et il n’y avait pas, selon cette même source, de signe d’infection.
Johnny Hallyday était particulièrement « en forme » selon les témoins de sa visite en compagnie d’un acteur.
 
D’autre part, des examens biologiques faits quelques heures avant son départ pour Los Angeles n’ont montré aucun stigmate infectieux.
La numération formule sanguine et, en particulier, le taux de polynucléaires étaient normaux.
Le taux de CRP, protéine C-réactive, un excellent témoin d’inflammation et d’infection était également normal, plusieurs jours donc après le geste chirurgical.
 
La probabilité d’une infection cutanée à distance est parfaitement plausible malgré tout. Des difficultés de cicatrisation auraient déjà été rencontrées, dit on, cet été suite à l’intervention sur le cancer du colon.
 
La prise en charge de cette infection, simple au demeurant, aurait cependant nécessité pour des raisons autres, la mise du chanteur sous sédation, c’est-à-dire notamment des doses élevées de tranquillisants associée à une importante réhydratation.
Un protocole qui devrait évoquer sans doute une pathologie précise au Dr House qui sommeille en plusieurs d’entre nous
 
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Johnny Hallyday : un coupable idéal ?

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ROBERT CHASE :

    On sent qu’il ya du House en vous !

  2. Robert Chase dit :

    Un syndrome de sevrage, nécessitant une sédation avec de fortes doses de tranquillisants, par exemple…

  3. cyrille b. dit :

    je suis étonné que personne ne soulève le fait que johnny ai pris l’avion 4 jours après son intervention pour un vol qui dure dans les 14 heures …

  4. nadi dit :

    j’adore vos commentaires pleins d’humour, ceci dit, ce cas est bien la preuve que dans le domaine médical, rien n’est simple…Johnny, lui,n’est pas raisonnable.. çà se saurait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.