Dermatite atopique : Evitez de passer des savons à vos bébés trop souvent !

C’est une pathologie en pleine expansion, une rançon, sans doute, de notre mode de vie.
La dermatite atopique touche 10 à 15 % des enfants et va, dans la majorité des cas, finir par disparaître.
 
A un moment où, virus oblige, il faut redécouvrir les règles d’hygiène, comme le lavage des mains, une affection cutanée nous rappelle, paradoxalement, qu’être trop propre ce n’est pas obligatoirement idéal.
 
La dermatite atopique, qu’on appelle aussi « eczéma constitutionnel » est une affection qui touche les enfants dans les premiers mois de la vie. Ce sont des plaques ou de petites lésions telles des pièces de monnaie qui apparaissent sur le front, les joues et le menton.
 
Comme le petit enfant a du mal à se gratter, il va se frotter le visage sur les draps, s’agiter et mal dormir.
 
Ces lésions vont et viennent et, avec l’âge vont migrer vers les plis, coudes et genoux par exemple.
 
Cette affection est quatre fois plus fréquente aujourd’hui qu’il y a trente ans. Elle augmente avec l’élévation du niveau de vie des pays.
 
Une des causes actuellement bien identifiée est une modification de la couche cornée de l’épiderme, la partie la plus superficielle de notre peau.
Cette couche devient hyper-perméable aux diverses agressions microbiennes, acariens, mycoses et polluants. C’est la conjonction d’une sécheresse anormale et de la disparition du film hydro-graisseux qui revêt cette couche cornée qui est en cause.
 
Ainsi les substances qui devraient être arrêtées par la barrière cornée pénètrent l’épiderme et il s’en suit des réactions cellulaires. Des cellules de défenses, les cellules de Langherans viennent capter ces agresseurs et les présentent aux lymphocytes. La cascade des réactions allergiques se mettra en place lors de la deuxième visite des allergènes, avec des phénomènes comme la dilatation de vaisseaux capillaires à l’origine des rougeurs et des sécrétions de certaines immunoglobulines, les IgE.
 
 
Voir les schémas explicatifs sur le site de la société française de dermatologie
 
 
Cette dermatite atopique se traite grâce aux dermocorticoïdes, sous formes de pommades ou de crèmes.
 
Le mot « cortisone’ fait peur aux parents qui vont souvent mal utiliser ces traitements. Or, bien utilisés, sur des durées courtes mais avec un bon étalement sur les lésions, ces dermocorticoïdes sont le traitement de choix de ces poussées de dermatite atopique.  Et il n’y a aucun effet secondaire à craindre si ces produits sont bien utilisés.
 
Entre les poussées, il est important de mettre des crèmes émolliente sur la peau de l’enfant. Il en existe beaucoup, des chères et des pas chères. Mieux vaut choisir ces dernières, car, actuellement et en attendant la nouvelle génération de crèmes aux céramides, aucune crème n’a montré sa supériorité !
 
Enfin, inutile d’arracher la moquette, de vendre la literie, de mettre l’enfant au régime dès la première poussée. En dehors de cas bien particuliers, il faut vivre normalement, aussi bien pour l’enfant que pour les parents, en excluant toutefois le tabac de la maison.
 
La dermatite atopique peut subsister, peut aussi se transformer en asthme ou en rhinite allergique, le rhume des foins.
 
Mais dans 80 % des cas au moins, elle partira comme elle est venue.
 
 Un mot de la prévention : Ce qui est important c’est d’éviter de trop laver les nouveau-nés et les nourrissons. L’usage de divers produits de toilette de façon fréquente modifie la structure de la partie superficielle de la peau et fait disparaître la population habituelle et utile des bactéries qui vivent en bonne intelligence avec nous.
 
Un bébé n n’a pas besoin de sentir « bon » en permanence ! Et il faut être d’autant plus prudent qu’il y a des « atopiques » dans la famille. Un père et/ou une mère qui ont un asthme ou un rhume des foins, ou qui ont eu une dermatite atopique sont des facteurs qui majorent le risque pour l’enfant de développer une dermatite à son tour.
 
Enfin, il existe désormais dans divers hôpitaux français, notamment à Nantes Tours et Marseille, des « écoles de l’atopie », où on apprend aux parents et aux enfants à vivre normalement avec cette affection.
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Dermatite atopique : Evitez de passer des savons à vos bébés trop souvent !

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A LORENBARRE :

    Cettte conduite à tenir ne semble pas faire l’unanimité. La pertinence des tests lors d’une première poussée est, me semble t’il assez discutée.

  2. lorenbarre dit :

    Vous oubliez un chose: consultez un allergologue diplômé qui fera des tests car il s’agit le plus souvent de la première manifestation de la maladie allergique! Les évictions seront ciblées et justifiées.

  3. DoubaiMaman dit :

    Bonjour!

    Je voulais apporter mon témoignage sur le sujet, ayant mon 2me fils souffrant de dermatite.

    Je veux rassurer tous les parents qui vivent cela car je sais combien c?est un calvaire. Je veux leur apporter aussi de l?espoir.

    Nous vivons à Doubaï (ce qui paraît favorise les dermatites et autres eczemas) et mon mari souffre de rhume des foins. Mon frère également. A 3 mois, on a commencé à voir l?apparition de petits ronds rosés, gros comme une pièce d?1 euro sur les joues de Mahdi. Diagnostique: dermatite atopique, prescription de cortisone. J?ai refusé et ai demandé si il y avait autre chose que l?on pouvait faire. La pédiatre fut catégorique: non, y?a rien d?autre qui marche, sa fille a de l?eczema depuis 13 and et seul la cortisone la soulage… Je lui ai rétorqué que le problème de la cortisone était là: 13 ans plus tard, et toujours à s?en badigeoner de partout…

    Ayant été soignée petite par médecine traditionnelle mais aussi par homéopathie, j?ai décidé d?aller voir un homéopathe. Celui-ci a fait une très longue consultation avec nous et Mahdi, demandant des centaines de questions, parfois un peu saugrenues (dors-t-il sue le dos, le ventre? son humeur le matin, le soir, etc… ) si on ne connait pas l?homéopathie et ses principes. Ce questionnaire a permit de donner au docteur une image exact de monfils, de sa personalité et lui a permis de trouver quel médicament lui donner en fonction de sa personne. Ca peut paraître bizarre à certain, mais j?ai apprécié que l?on ai trouvé un remède adapté à mon fils, pas un truc sur une étagère de pharmacie qui marche pour tout et pour tous.

    Le docteur fut honnête: le traitement est long (la cortisone fait disparaitre les lésions en 2 jours, mais elles reviennt aussi sec après), c?est dur physiquement et moralement pour les parents, mais le terrain allergique de Mahdi va changer, son corps va trouver une réponse et la dermatite va partir, pour toujours, et sans effets secondaires. Il m?a dit que la cortisone c?est bien pour effet et soulagement immédiat, mais cela fait rentrer le mal, ça le masque. Il finit toujours par ressortir, soit encore sous forme de dermatite, ou plus tard d?asthme.

    J?ai vu le docteur au rythme environ de 2 fois par mois, à chaque fois avec une entretien poussé sur comment Mahdi a réagi au traitement, comment est-il maintenant , etc… A chaque fois que nécessaire il adaptait le traitement aux réponses physiques et psychiques de mon fils.

    Mahdi a presque 1 an. La dermatite qui couvrait son corps et ses joues a disparu. Il n?y a qu?une peau de bébé, douce et en bonne santé. Je continu de lui donner des bains émollients (jamais bien longtemps, l?eau pas trop chause et je ne frotte pas) mais c?est tout.

    On a eu des mois difficiles où il se grattait et s?arrachait au sang. Les ?bonnes gens? (dont la pédiatre) vous faisant comprendre que vous êtes des parents indignes de laisser votre fils souffrir ainsi. J?ai bien douté, mais lorsque je vois le résultat, avec un usage minimal de cortisone (je lui en ai mis 2 fois quand je ne tenais plus, pour nous reposer tous les deux) et définitif, je sais que ça valait le coup.

    Il n?y a aucun effet secondaire à l?homéopathie. Ce n?est pas une médecine miracle, il y a des choses qu?elle ne peut traiter, mais ça vaut le coup de tenter de prendre un rendez-vous avec un bon homéopathe pour la dermatite.

    Bon courage

    Dominique

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A IPODED :

     

    Mais, heureusement pour les lecteurs de ce blog, vous pouvez tout rectifier et  ils peuvent bénéficier de votre science visiblement  totale sur la question.

  5. ipoded dit :

    Bonjour
    Je suis scandalisé par la légèreté avec laquelle vous traiter le dossier de la dermatite atopique, oubliant au passage des conseils précieux dans la gestion de cette maladie.
    Il existe trois type d’ezcema….de contact, alimentaire et plus contraignant, la dermatite atopique.

    1/ La dermatite atopique est génétique comme vous l’avez signalé Elle touche les enfants mais également l’adulte. Elle est inscrit dans le programme génétique, donc peu avoir des résurgences tout au long de la vie de l’enfant..ou de l’adulte. si le patient et en contact avec son allergène. Elle ne touche pas que la tête mais la totalité du corps.

    2/ les corticoïdes sont une solution mais elle crée une addiction.
    donc oui pour les corticoïdes…avec parcimonie

    3/Vous faites la promotion de crème émolliente pas chère. Voila des mamans qui vont acheter de la crème nivea qui ne résoudra en rien le problème de l’enfant. Il s’agit véritablement d’acheter des crèmes qui hydrate apaisse et relipidie la peau le tout sans parfum…

    4/On frise le défaut de conseil quand vous dites
    –  » ne lavez pas trop votre enfant…le bon conseil serait ne lavez pas trop votre enfant et lors du bain utilisez du savon sans savon…!!! Ce qui est en cause, c’est le SAVON qui est astringent et qui enlève le film lipidique; Donc lavez votre enfant OUI, avec du savon sans savon et non pas un savon surgras ou le pain d’alep.

    – « n’arrachez pas la moquette!!!!!!.la dermatite atopique est liée à des allergènes….quel généreux conseil pour des enfants qui seraient allergiques aux acariens de les laisser tout les jours en contact !!!!

    Il ne s’agit pas de faire des enfants bulles mais quelques conseils bien pré-sentit permet d’anticiper les réactions cutanées.

    Vous vous faites le porte parole d’une maladie dont il semble que vous ignorez les aboutissants et pour laquelle seul le médicament est une réponse…S’était là une belle opportunité de traiter sur le fond cette maladie.
    cdt

  6. marie dit :

    je me suis senti concernée par le sujet de ce jour mon petit fils de
    6mois présente les symptomes que vous avez décrits.la dermato
    que nous voyons déconseille le bain quotidien et nous conseille
    1bain par semaine avec du lait et une cuillère a café d’huile d’olive
    et ça marche.

  7. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A BINETE25 :

     

    Les atteintes du cuir chevelu sont peu fréquentes dans la dermatite atopique, mais elles existent.

    Seul, le médecin qui voit votre enfant peut vous donner un avis sur l’existence ou pas de deux types différents de lésions.

  8. Binete25 dit :

    Merci pour votre reportage. Ma petite fille de 14 mois soufre de dermatite atopique atypique depuis ses 6 mois. Elle a des plaques en forme de cratère ou d’atoll, énormes et qui la démangent beaucoup. Elle a d’autres plaques sur le corps et d’autres également sur le crâne qui font penser à des croutes de lait, mais qui démangent énormément.
    On me dit que cela peut venir des poussées dentaires.
    Que pensez-vous du lien qui existerait entre eczéma et poussées dentaires ? Y-a-t’il des études faites à ce sujet?
    Merci d’avance.

  9. JD Flaysakier : dit :

    REPONSE A AGNES :

     

    Je ne peux mettre votre adresse e-mail en ligne.

    Je propose à celles et ceux qui veulent vous répondre de le faire ici ou de m’envoyer leur réponse et je vous la ferai suivre .

     

    jean-daniel.flaysakier@francetv.fr

     

  10. Assmat 85 dit :

    Mon fils de 8 ans aujourd’hui a eu une dermatite atopique, il avait trois semaines. Sa peau coupait toute seule dans les plis ( derrière l’oreille, derrière le genoux …)
    Je ne voulais pas utiliser de crèmes a base cortisone, la soi-disant seule réponse au problème ! prescrites par le pédiatre !!
    Sur les conseils de mon pharmacien, nous sommes allés voir un homéopathe, En dix jours les lésions étaient quasiment toutes parties ! Nous avons continué le traitement jusqu’a ses 2 ans.
    Il n’a aucunes marques mais continue a utilser un savon surgras.

  11. kévin dit :

    tout simplement merci parce que la dermato que l’on a été voir pour mon bébé m’a simplement dit exczema..alors que vu votre sujet on peut maintenant mettre un nom à cette maladie….mon bébé est sous traitement au bain de Cyteal et au permanganate de potassium…et on va passer dans quelques jours aux pommades dont vous avez parlé..en esperant que ça guerisse…

  12. Agnès dit :

    bonjour
    sujet intéressent car mon bébé de 4 mois est concerné….mais quelqu’un pourrait me dire avec quoi le laver…….et on doit lui faire prendre un bain tous les jours ou tous les deux jours…….. notre dermato était plus pressé de nous faire payer que de nous donner des conseils…..aidez-moi nous sommes démuni et seul……
    je vous laisse mon adresse mail pour me donner votre avis et vos conseils……merci d’avance

  13. Julie dit :

    Les immunosuppresseurs ne font effectivement pas l’unanimité. La recherche a au moins le mérite d’exister pour une maladie qui a longtemps été mise de côté. En tout état de cause, cela représente quand même un espoir pour ceux atteints de DA, les corticoides aidant certes à retrouver une peau "plus proche de la normalité" en période de poussée, mais ne guérissant absolument pas la maladie. Ils ne permettent d’ailleurs pas non plus d’espacer les poussées.
    A vrai dire j’apprécie votre rubique santé et la façon dont vous traitez les sujets (grippe A par exemple), mais pas l’émission d’aujourd’hui. Je vous félicite toutefois d’avoir abordé ce sujet très rarement traité!

  14. JD Flaysakier : dit :

    REPONSE A JULIE :

     

    Pardonnez moi mais dans la plupart des cas cette afection se guérit seule et l’utilisation des immunosuppresseurs est très loin de faire l’unanimité.

    Mais rien ne vous interdit d ne pas apprécier ce que je dis.

  15. Julie dit :

    Bonjour,
    Je viens d’écouter votre intervention au JT de 13h aujourd’hui et suis outrée de la manière dont vous avez traité le sujet. A vous écouter cela se limite à des rougeurs qui démangent et l’utilisation de dermocorticoides associés à des crèmes émolientes (les moins chères) suffiraient à résoudre les problèmes. Que de bêtises! A croire que vous relayez le discours de beaucoup de médecins français qui ne comprenent encore que peu de choses à cette maladie et qui l’associent à tort à un simple eczéma (contrairement à certains médecins américains ou russes). C’est une maladie faisant l’objet de plusieurs recherches actuellement, des pistes comme la prise d’immunosuppresseurs seraient à l’étude. C’est donc tout à fait sérieux.
    Dans mon cas, c’est un parcours de 15 ans semé d’embuches (parcours pour moi comme pour mes parents) pour finalement être aujourd’hui capables de « prévenir » la maladie. Le service de médecine interne du CHU de Nancy est un des seuls à être aussi avancé en la matière.
    Comme vous l’avez dit la D.A est très handicapante. Seulement, dans bien des cas les dermocorticoides ne suffisent pas, et l’utilisation de corticoides est prônée par de nombreux dermatos (faute d’alternatives à leur connaissance) Or ces corticoides ne sont pas sans conséquences.
    En conclusion, a l’avenir tâchez de ne pas sous-estimer à ce point certains sujets car cela en devient de la désinformation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.