Nobel de Médecine : La télomérase, une découverte qui permet de mieux comprendre le cancer et le vieillissement

Vieillissement, cancérisation, développement des cellules souches, le prix Nobel de Médecine 2009 ; le centième, récompense une découverte fondamentale, au sens plein du terme. La mise en évidence d’une enzyme, la télomérase, permet de mieux comprendre la genèse de phénomènes normaux et pathologiques au sein de nos cellules.
 
Elizabeth Blackburn, Carol Greider et Jack Szostak vont avoir sûrement le plus beau réveil de leur vie aujourd’hui.
Ces trois scientifiques américains viennent de recevoir ce matin, le centième prix Nobel de Médecine et de Physiologie, après avoir déjà avoir été récompensé il y a trois ans par le prix Lasker, l’antichambre du Nobel.
 
Ces trois chercheurs se sont intéressés au bout des chromosomes qui constituent le support de notre programme génétique, comme dans toutes les espèces vivantes d’ailleurs.
Leurs travaux originaux ont d’ailleurs été faits sur la levure !
 
Le bout du chromosome, appelé télomère est une structure bien particulière. C’est une sorte de « capuchon » dont la présence est nécessaire pour protéger l’intégrité du chromosome.
 
 
On s’est aperçu que lorsqu’une cellule se divise, les différentes cellules filles issues de cette division ont des chromosomes qui raccourcissent. Ce raccourcissement se fait aux dépens du télomère, jusqu’au moment où la cellule va mourir.
 
Cette forme de sénescence serait une façon pour la cellule de disparaître lorsque des anomalies de réplication de l’ADN, sa « recopie », sont apparues et n’ont pas pu être réparées.
Dns ce cas, une enzyme, la télomérase est inactivée et ne reconstruit pas le télomère.
 
On s’est aperçu, en revanche, qu’il existe une forte activité de cette enzyme télomérase dans les cellules cancéreuses, devenues immortelles et qui se divisent infiniment.
 
Cette importante activité enzymatique est retrouvée également dans le développement des cellules souches, un champ en pleine expansion dans le domaine de la recherche.
 
Enfin, plusieurs maladies se caractérisent par un dysfonctionnement de la télomérase, qui est, contrairement au cancer, insuffisamment produite.
Ce sont des maladies dans lesquelles le vieillissement est accéléré et une maladie génétique rare, la dyskératose congénitale.
 
Cette affection concerne une naissance sur un million environ. Egalement appelée syndrome de Zinsser-Engman-Cole, elle se caractérise par une pigmentation anormale de la peau, des ongles de forme anormale et des leucoplasies muqueuses, c’est-à-dire des plaques blanches, notamment dans la bouche.
 
Pour en revenir au cancer, des molécules visant à bloquer l’action de la télomérase sont déjà évaluées sous forme de vaccins ou de médicaments en médecine humaine. Les essais sont encore très préliminaires, phase 1 et 2
 
On peut consulter ICI certains de ces essais.
 
D’autres recherches concernant la télomérase et ses différentes formes sont menées dans les cancers du poumon et dans un type de tumeur cérébrale, le gliome.
 
C’est dire combien la recherche couronnée aujourd’hui à Stockholm est importante et pleine de promesses.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Nobel de Médecine : La télomérase, une découverte qui permet de mieux comprendre le cancer et le vieillissement

  1. Grillon dit :

    Les chercheurs ça me fascine !!!! c’est magnifique, je me sens si minuscule à côté de ces gens-là.

  2. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A CATHERINE29 :

     

    Avant de vous facher, écoutez ! J’ai parlé du dépistage de masse, pas de dépistage individuel !

    Le dépistage de masse c’est seulement 2 clichés de mammographie alors que chez les femmes en dessous de 50 ans il faut ajouter l’échographie et, parfois l’IRM.

    Cela peut se faire sur une base individuelle, pas lorsqu’on doit faire des milliers voire des millions d’examens.

  3. catherine29 dit :

    Voilà on célèbre avec raison et ou combien!!! la découverte merveilleuse des chercheurs et en m^me temps à 13h aujourd’hui (le 05/10) votre charmant présentateur précise avec joie que le programme de dépistage du cancer du sein en France est prescrit à partir de 50 ans, avant il ne serait pas fiable?!! on croit rêver quant à 48 ans lors d’une mammographie de routine (j’en ai faite 2 depuis mes 45 ans), on découvre un carcinome intra canallaire infiltrant de 15mn…de haut grade. Imaginez dans quel état j’aurai été dans 2 ans…Merci pour ce type d’info! c’est totalement inconscient, pour ne pas dire plus. Je ne veux pas mourir et je crois que parce que j’ai été dépistée tôt, j’ai des chances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.