Grippe A(H1N1) : Certains dosages pédiatriques de Tamiflu bientôt en pharmacie d’officine.

Les modalités de délivrance de l’oseltamivir (Tamiflu) dans ses dosages pédiatriques devraient bientôt être modifiées. Une simplification qui sera la bienvenue.
 
Dans l’état actuel des choses, quand un médecin prescrit du Tamiflu pour un enfant et, encore plus, chez un nourrisson de moins de un an, il faut qu’il prévienne la famille qu’elle part dans un vrai parcours du combattant !
 
Car les dosages pédiatriques, suspension buvable et gélules à 30 et 45 milligrammes, ne sont pas disponibles dans les officines. Il faut aller dans les hôpitaux de référence pour s’en procurer.
 
Encore faut-il être passé par le service de pédiatrie qui va confirmer la prescription du médecin de famille et, ensuite espérer que la pharmacie hospitalière va pouvoir délivrer le produit promptement !
 
Une famille du Haut-Rhin a ainsi pu essuyer les plâtres au début septembre avec leur nourrisson, une fillette de 11 mois., comme le raconte fort bien le Dr Marcel Ruetsch, un de ces médecins de famille qui font l’image de cette discipline. 
 
Le père, la mère et un des trois filles, âgée de 9 ans, étaient atteints d’une grippe A(H1N1) confirmée virologiquement. Le médecin de famille a donc décidé, comme le prévoient les recommandations officielles, de prévenir le centre 15 pour que le nourrisson soit mis sous Tamiflu.
L’hôpital de référence se trouvait à 40 km de la résidence des parents. La maman étant trop fatiguée, c’est le papa, un masque chirurgical sur le visage et le bébé dans son siège-auto qui a pris la route.
Arrivé à l’hôpital, passage en pédiatrie puis ordonnance. On a alors fait attendre le père dans une pièce minuscule, sans lit pour la petite, avec un confort spartiate.
Le pharmacien étant d’astreinte il a fallu attendre qu’il arrive sur place.
 
Le papa a choisi de quitter la pièce et d’aller attendre dans sa voiture devant le service des urgences, pour que le bébé soit au moins bien installé.
 
Pendant ce temps, le pharmacien a déconditionné une gélule de Tamiflu 75 mg, le dosage adulte, et a préparé une solution buvable dont il a ajusté la dose au poids de l’enfant.
 
Cette opération est rendue nécessaire par le fait que le fabricant de la suspension buvable de Tamiflu, Roche, est en rupture de stock et, apparemment, le réassort semble trainer.
 
Petit détail non négligeable, le fait d’ouvrir une gélule et d’en récupérer le contenu pour le préparer de façon différente est une action qui est interdite par la loi aux pharmaciens d’officine et donc réservée aux pharmaciens hospitaliers.
 
Bilan pour le père malade et sa fillette : 80 km aller –retour  et deux heures d’attente pour avoir la préparation qui se fait en dix minutes !
 
Et ce papa avait une voiture et pouvait conduire. Mais si la mère avait été seule, alors qu’elle était couchée avec une fièvre carabinée et des courbatures douloureuses ?
 
Cette histoire montre la nécessité de changer quelque peu les modes de fonctionnement si on entre en phase pandémique plus sévère.
 
Enfants et adolescents représentent au moins la moitié des cas de grippe A(H1N1).
Les antiviraux ne sont pas des médicaments magiques ni miraculeux.
A titre individuel, on a peu de preuves de leur efficacité pour éviter des complications graves.
 
Mais ils ont un intérêt en termes de santé publique, puisqu’ils permettent d’ »acheter «  du temps, en ralentissant la vitesse de propagation de l’épidémie.
 
Mais cela à une condition : être donnés très tôt pour protéger l’entourage d’une personne atteinte, surtout les sujets fragiles et les enfants en bas âge, ou au tout début des symptômes.
 
Le fait de ne pas disposer de ces médicaments facilement, de devoir faire des kilomètres, d’attendre des heures dans des locaux où pourront se trouver d’autres personnes potentiellement malades, n’est pas la meilleure solution, ni, surtout, la plus efficace.
 
Il semble donc opportun de permettre aux pharmaciens d’officine de disposer des dosages pédiatriques et de permettre à ceux qui le souhaitent de bénéficier d’une dérogation pour fabriquer la solution pédiatrique buvable.
 
Les  chiffres montrent que les médecins sont parfaitement raisonnables dans leurs prescriptions d’antiviraux et qu’il n’y a pas eu de dérives.
Les pharmaciens ont un maillage du territoire qui les rend proches de la plupart des habitants.
 
Il faut donc songer, au cas où la situation de la pandémie évolue, à réduire les circuits et à permettre à tous les acteurs de santé de proximité de jouer leur rôle pleinement et avec des contraintes allégées.
 
ce dvrait être bientôt décidé pour les formes en gélules, pas pour la forme en suspension buvable.
On se demande bien pourquoi.
 
 

NOTE D’ACTUALITE

Depuis le 9 octobre, les dosages de Tamiflu 30 mg et 45 mg sont disponibles en pharmacie d’officine.

Seule la forme pédiatrique en solution buvale reste délivrée dans les hôpitaux de référence pour les enfants de moins d’un an.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Grippe A(H1N1) : Certains dosages pédiatriques de Tamiflu bientôt en pharmacie d’officine.

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A DOM :

    Les diverses autorisations  de mise sur le marché sont en train d’être accordées./ Voyez avec votre médecin traitant ce qui est le mieux pour votre enfant.

  2. dom dit :

    mon enfant est dans un centre pour handicape on nous demande autorisation pour faire vaccination grippe h1n1 j esitte car vaccin pas encore sur que faire merci

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A MARIE-CLAIRE 1360 :

     

    Le Tamiflu n’est pas seulement utilisé en cas de grippe A(H1N1). Cet antiviral est actif sur les virus grippaux A d’autres types.

    Donc face à un syndrôme grippal avec une forme respiratoire sévère, on peut prescrire ce médicament sans avoir le résultat du test. L’urgence prime.

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A FRANCK :

    Le dosage pédiatrique préparé par les militaires est en cours d’enregistrement. Il n’a donc pas encore l’Autorisation de mise sur le marché.

  5. marie-claire61380 dit :

    est-il obligatoire de faire le test de la grippe A avant de donner du tamifflu, mon neveu avait une pneumonie qui avait été dianostiquer comme grippe et heureusement la pharmacie n’avait pas le médicament, il à été hospitalisé d’urgence?

  6. Frank dit :

    Dans une vidéo sur la pharmacie des armée – que l’on trouve sur grippe-a-h1n1.over-blog.c… – on constate que la France fabrique un générique du Tamiflu pouvant répondre au traitement des enfants. Il serait bon que ce médicament soit facilement disponible.

  7. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A LILIANE :

    En ce qui concerne le vaccin saisonnier, si vous êtes parmi les personnes considérées comme souffrant d’une affection à longue durée, ou ALD, vous aurez droit à une vaccination gratuite pour le vaccin saisonnier. Sinon, il faudra effectivement que vous déboursiez un peu plus de 6 euros.

    En ce qui concerne le deuxième point de votre question, l’ampleur de l’épidémie a fait qu’on ne compte plus les cas individuels mais seulement les cas groupés. Et le virus grippal qui circule actuellement est principalement le virus A(H1N1).

    Les tests sont faits dans certains cas, mais pas en routine. Les laboratoires n’ont d’ailleurs pas les moyens humains et financiers d’absorber les demandes. Certains laboratoires hospitaliers n’ont reçu aucun budget ni aucun poste supplémentaire alors qu’ils croulent sous les demandes.

    Ence qui concerne le Tamiflu, son intérêt est en termes de santé publique. Une utilisation à titre préventif serait, selon un certain nombre de spécialistes, un bon moyen de freiner la propagation de l’épidémie en attendant l’arrivée des vaccins.

    Mais ce n’est pas la position française et comme vous avez peut-être pu le voir dans le JT de 20 heures hier soir, les formes destinées aux enfants et aux nourrissons sont disponibles dans les seules pharmacies hospitalières des hôpitaux référents.

  8. Escudié Liliane dit :

    Monsieur bonjour,

    Je voulais vous faire part de quelques questions qui me préoccupent. La première, étant asthmatique (sous Singulair et ventoline) je me suis entendue dire par la sécurité sociale que les conditions d’attribution du vaccin pour la grippe saisonière étaient plus contraignantes cette année et que contrairement aux autres années je n’y avais plus droit!
    Deuxième point, je travaille dans un très grand lycée de Lyon, (1800 personnes) et je constate que malgré les cas « suspectés » de grippe A rien ne peut être fait. Ceci pour plusieurs raisons. Les parents ne savent pas si leur enfant a la grippe A ou saisonière. Beaucoup de médecin disent qu’il suffit de prendre du paracétamol et de rester chez soi. Le plus grave c’est que les cas ne sont pas comptabilisés pour une simple raison qui est de taille et jamais mentionnée dans les médias, le prix du dépistage de la grippe A, au moins 250 Euros non remboursés par la sécurité sociale. Pour un pays prêt à faire face nous sommes vraiment prêt…à grugés les gens!
    Dans le principe: vous supposez avoir la grippe A, vous appelez votre médecin, lequel vous préscrit Paracétamol et arrêt de travail!
    On s’étonnera que certaines personnes meurent pour avoir pris du Tamiflu au bout de tois jours seulement.
    Finalement il faut être décédé pour être dépisté et comptabilisé dans les « pertes » exceptionnelles dûes à la grippe A.
    En Angleterre le Tamiflu est donné dès suspicion d’un cas en France, il est réservé au gens qui ont les moyens de se faire dépister ou à ceux dont c’est le dernier recour faute de prévention…ou par économie.

    J’ai verrifié mes dires auprès de mon propre médecin hier soir: « MMe si vous avez des symptômes vous prendrez du paracétamol (Docteur je suis allergique au paracétamol) et bien de l’aspirine ou de l’ibuprofène peu importe et je vous ferrais un arrêt de sept jours!
    Je tiens à préciser que plusieurs de mes collègues ont eu le même discours de leur médecin.
    Donc le choix qui s’offre à nous pour être soigné est d’appeler le 15, ou un medecin prêt à prescrire du Tamiflu et n’être remboursé que partiellement par la sécurité sociale faute de médecin référent.

    Je comprends pourquoi malheureusement pour certains, l’arrêt peut-être définitif!
    Pour en revenir à l’établissement dans lequel je travaille, les cas ne peuvent être comptabilisés et l’établissement fermé puisque que personnes ne peut déclarer de cas avérés…faute de dépistage bien sûr!
    Merci Mme Bachelot qui a tout prévu, sauf que peu de gens auraient les moyens de se payer le dépistage et que les médecins ne donneraient pas le Tamiflu!
    Si Tamiflu = traitement contre la grippe A, vous serrez d’accord avec moi, il est indispensable de la dépister…sinon à quoi sert tout ce cirque?
    Je vous remercie d’avoir lu jusqu’au bout ce commentaire qui ne fustige pas pour autant les médecins, mais plutôt les consignes qui devraient être appliquées et ne le sont pas.
    Une chose me ferrait cependant plaisir…entendre dans la bouche d’un média le prix d’un dépistage et le fait, par conséquence de sa non application faute de remboursement.

    Je m’adresse à vous sachant que France2 est une des rares chaînes qui a gardé son libre arbitre et ose encore dénoncer ce qui lui parait pour le moins incongru!

    Avec mes sincères remerciements.

  9. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A TOUBIB :

    Et vous , vous omettez de lire ce que j’éceis !

    je pense avoir mis noir sur blanc que la preuve d’efficacité face aux complications n’existait pas.Les antiviraux sont des médicaments à portée collective, pas individuelle.

  10. Toubib dit :

    Et vous ommettez de dire que ce Tamiflu (commercialisé depuis 2001) n’a jamais eu de preuves d’efficacité sur la morbi mortalité (lire le rapport de l’HAS sur le Tamiflu) et qu’effectivement faire tout ce bouzin pour rendre son enfant éventuellement moins contagieux est vraiment un gros gachis et perte de temps.

    Je n’irai pas plus loin sur ce sujet Tamiflu,pour pas faire de la publicité,et j’étais heureux de ne plus entendre parler alors que dans mes souvenirs le gouvernement voulait en juin le donner larga manu à tout les syndromes grippaux…il n’y a que les imbéciles pour pas changer d’avis.
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.