Grippe A(H1N1) : une protection vaccinale individualisée plutôt que collective, faute de temps.




A mesure que l’épidémie s’approche, la question de la vaccination enfle et suscite interrogations légitimes et certaines campagnes dont on se demande à qui elles profitent.

 

Sans être grand clerc, on peut dire que les effets combinés de la rentre scolaire et de la reprise des activités professionnelles va entraîner une accélération des cas de grippe A(H1N1).

Cette accélération fait que le seuil épidémique sera vite atteint et que la stratégie vaccinale va se poser de façon très différente d’une situation où on disposerait des vaccins et où on aurait le temps de voir venir l’épidémie.

 

On va donc s’orienter vers une politique de vaccination ,destinées à des groupes précis, toujours sur la base du volontariat.

Le but est donc une protection individualisée des sujets à risque et non plus une tentative de protection collective.

 

On peut donc imaginer que dans les prochains jours, des décisions seront prises visant les enfants et les adolescents atteints de certaines pathologies chroniques, de même que les adultes fragilisés également par des pathologies  au long cours.

 

Pour ces adultes, on ne sait pas encore quelle sera la limite d’âge supérieure. Les virus H1N1 ont cette particularité d’être fort peu agressifs sur les personnes âgées et même sur des sujets nés avant 1957, cela semble du au fait que ces virus circulent depuis très longtemps dans notre environnement et qu’une partie d’entre nous soit déjà quelque peu immunisée naturellement.

 

Il y aura également des mesures concernant les catégories professionnelles indispensables à la marche du pays. A ce sujet, un sondage mené par un syndicat infirmier montre que 63 % de celles et ceux qui ont répondu disent ne pas vouloir se faire vacciner.

 

Mais quand on est au contact de personnes fragilisées, qu’on passe de maison en maison ou de chambre en chambre, peut-on, en toute conscience, se dire qu’après tout on ne se fera pas vacciner ?

Le représentant de ce syndicat disait dans le JT de 13 heures de France 2 aujourd’hui que « bien sûr, les infirmières travaillant dans un service de réanimation néo-natale le feront ». Mais celles qui travaillent en cancérologie, dans un service de pneumologie, en diabétologie ?

Et dans les maternités qui accueillent des femmes enceintes qui ont des grossesses difficiles ?

 

Depuis quelques semaines, on entend aussi beaucoup de choses sur le rôle de l’adjuvant, cette substance intégrée aux vaccins et qui a pour but de stimuler l’immunité.

 

Il y a eu, par le passé, des raisons de s’inquiéter de certains de ces adjuvants, notamment des dérivés mercuriels et certains sels d’aluminium.

 

Le risque nul n’existe pas en médecine.

 

Mais la probabilité estimée de développer une maladie neurologique de type syndrome de Guillain-Barré est estimée aujourd’hui à 1 pour un million.

Le risque de mourir de cette nouvelle grippe est cinq cent fouis plus élevé, notamment lorsqu’on considère les personnes les plus fragiles.

 

Il y a donc une balance des risques à considérer et des choix à faire en connaissant les deux données qui sont sur les plateaux de la balance.

 

Un dernier point enfin. Une des commentatrices de ce blog était fort mécontente que je n’adhère pas à des informations qu’elle avait obtenues pourtant, disait-elle, d’un médecin.

 

Je ne connais pas ce médecin et n’ai aucune raison de le mettre en cause.

 

Je voudrais simplement dire qu’un médecin, quel qu’il soit, n’est pas St Jean Chrysostome.

Le titre de médecin ne confère pas la vérité absolue.

 

Je voudrais rappeler, par exemple, qu’on estime qu’en France, environ 3000 médecins sont membres ou proches de mouvements sectaires. Faut-il rappeler que Luc Jourret, l’un des leaders de l’ordre du Temple solaire, de sinistre mémoire, était médecin ?

 

Donc, le label « dit par un médecin », n’a pas de valeur supplémentaire que la confiance que vous accordez à ce médecin et je m’inclus largement dans le lot !




A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à Grippe A(H1N1) : une protection vaccinale individualisée plutôt que collective, faute de temps.

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A NORBERT :

    L’utilisation d’immunosuppresseurs est toujours un problème quand on veut, d’un autre côté solliciter l’immunité.

    je vous rappelle cependant que le vaccin utilisé chez nous sera un vaccin tué inactivé et donc sans risque de « réveil ».

    Pour le reste c’est entre vous et vos médecins que doit se prendre la décision.

  2. Norbert dit :

    Docteur bonjour,

    Je souffre de la maladie de Crohn et dois passer sous imurel cette semaine. Et comme vous le savez, ce médicament a pour fonction de vous baisser votre immunité, d’ou un risque plus important de contracter le virus de la grippe et en l’occurrence le H1 N1.
    Selon vous, dois-je me faire vacciner contre la grippe alors que mon médecin n’est pas « très chaud » compte tenu de la composition dudit vaccin ?

  3. Canicio Joëlle dit :

    Bonjour Monsieur,
    Comme bcp de téléspectateurs de France2, je vous regarde et vous écoute quasiment tous les jours. Il y à un peu plus de 2 ans, mon mari à appris qu’il était atteint d’un cancer de la thyroïde qui par bonheur à été à priori jugulé par l’ablation totale de ladite thyroïde. Il est bien sûr sous traitement et sous surveillance médicale régulière depuis. Je voudrais savoir si mon mari (52 ans) doit obligatoirement se faire vacciner ou s’il doit le faire ni plus ni moins qu’un autre. Merci beaucoup de me donner votre avis si vous en avez le temps. Cordialement

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A LAURA :

     

    ce sont les patients qui étaient porteurs d’une mutation génétique, pas le virus !

    cela pourrait laisser penser que certaines personnes sont plus à risque que d’autres, mais encore faut-il le démontrer.

  5. laura dit :

    Bonjour,

    Je viens de lire ce qui suit sur un site du Monde. En résumé : aux Etats Unis, sur deux personnes décédées de la grippe H1N1, on aurait trouvé une mutation du virus. Ceci est tout de même inquiétant.
    Je vous copie-colle une partie de l’article. Je souhaiterais avoir votre opinion la-dessus. Je vous en remercie par avance.

    « Didier Raoult : Une chose est sûre, il ne s’agit pas d’une « grippette ». Cette grippe est unique, elle suit un schéma particulier jamais vu jusqu’à présent. Je rentre tout juste d’un congrès international sur la grippe aux Etats-Unis. Les travaux présentés ont mis en évidence que deux Américains décédés de la grippe A étaient porteurs d’une mutation. Cette mutation n’explique peut-être pas tous les morts sans antécédents médicaux, mais il faut prendre cette éventualité en compte. »

  6. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A B.SSANCHEZ :

    Dans le cas de formes bénignes, il n’y a plus actuellement de dépistage systémaatique en dehors de certains cas particuliers.

    Mais il vaut mieux, dans ce cas, proposer à la personne porteuse du virus  de mettre un masque dit « chirurgical » pendant quelques jours, en le changeant toutes les 8 heures. Il faut aussi le garder chez soi.

  7. B.Sanchez dit :

    J’ai un neveu (14ans) qui a tous les signes d’une grippe A. Son médecin le soigne avec un antibiotique classique. D’après lui, il ne peut pas prescrire de tests de dépistage car il est pour l’instant un cas isolé dans sa famille ou au collège. Est ce normal ? Etes vous au courant de cela? Merci

  8. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ARMANDE :

    Merci de tout coeur

  9. armande dit :

    docteur je vous suis depuis de nombreuses années à la télé ! avec mon époux nous vous faisons entiérement confiance! nous vous remercions pour vos explications, trés claires , simples mais trés professionnelles !!! vous avez raison, avant de raconter n’importe quoi; affoler la population; vaut mieux s’informer auprés de spécialiste tel que vous !!
    encore merci

  10. La p'tite bête..... dit :

    Bonjour JDF,

    Au 13h ce jour vous avez fait allusion à un vaccin contre la gripe A sans adjuvents qui serait aussi efficace que celui qui en contient.
    Je crois savoir que le vaccin de la grippe saisonnière est sans adjuvents.
    Pourra-t-on choisir avec ou sans adjuvent si on décide de se faire vacciner ?
    Je vous pose la question parce que j’ai entendu dire que les adjuvents pouvaient être à l’origine de maladies auto-immunes et autres saloperies.

    Merci pour votre réponse.

    Bien cordialement

    LPB …..qui monte qui monte.

  11. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A RENE :

     

    Je comprends votre remarque.

    Mais j’ai dit qu’entre un risque hypothétique de 1 sur i million de SGB et un risque de mortalité 500 fois plus élevé lié à la grippe, le choix, en ce qui me concerne, était fait.

    Je n’ai pas dit vouloir l’un ou l’autre.

    Je vous signale qu’une femme médecin anglaise qui a eu un SGB, dit, cette semaine dans la revue British medical Journal qu’elle envisage de se faire vacciner makgré tout.,

  12. René dit :

    J’ai eu un Guillain Barré pour lequel j’ai été hospitalisé un an en réa. Treize ans après j’en porte encore des séquelles.
    Celui qui dit qu’il préfère courrir le risque d’un SGB plutôt que la grippe A n’a certainement jamais été confronté directement au Guillain Barré, maladie qui n’est que brièvement étudié dans le cursus des étudiants en médecine.
    Moi je ne souhaite plus être confronté avec cette maladie, mais je prendrai toutes le précautions pour éviter le H1N1.

  13. JD Flaysakier : dit :

    REPONSE A IDE :

     

    Le haut conseil de santé publique va, demain, recommander une vaccination prioritaire pour les adolescents dont vous évoquez le cas dans le commentaire.

    C’est ce que je viens de dire dans le JT de  20 heures, ce soir.

    Vous pouvez, si vous le souhaitez, regarder le JT sur le site http://www.france2.fr dans la rubrique JT en video.

    J’apprécie énormément vos commentaires. Cette vision du terrain et des problèmes rencontrées par des professionnelles de santé comme vous sont autant de leçons à méditer pour les décideurs !

  14. IDE dit :

    Bonjour.Infirmiére scolaire dans un lycée professionnel, je suis déjà intervenue sur votre blog que je consulte régulierement comme support d’informations (au milieu de toutes les infos contradictoires que l’on peut lire ou entendre dans les médias, les inepties lues sur les commentaires!!!). En effet contrairement à ce que veulent bien nous déclarer les responsables politiques, les choses ne sont pas aussi simples sur le terrain: Mme Bachelot, par exemple, semble complétement ignorer que toutes les écoles,colléges, lycées ne bénèficient pas de l’intervention d’un médecin scolaire et d’une infirmiére!!! Et la situation est en train d’empirer pour cette année: économie oblige, des postes de médecins vacataires sont supprimés.Trés éloquent de notre timide politique de prévention dans notre pays, alors qu’on est capable de faire tout ce battage autour de cette nouvelle grippe! Pour en revenir à la grippe: est-il possible à l’heure actuelle de savoir la conduite à tenir devant un adolescent porteur d’une pathologie cardiaque( CMNO) qui se fait habituellement vacciner contre la grippe saisonniaire et qui demande à être protégé contre la H1N1? La question se pose de même pour les ados asthmatiques, greffés ou diabétiques I.D Même si la premiére réponse à avoir est de renvoyer l’élève ou le parent inquiet vers le médecin traitant, que peut-on dire dans un premier temps au jeune qui est à l’internat avec nous? Que faut-il savoir du schéma vaccinal face à ces 2 types de virus?

  15. Anonyme dit :

    Dans ce même journal de ce midi, après un commentaire assez
    judicieux sur la grippe H1N1, il y a eu un reportage sur le manque
    de médecin.
    Indigent, nul.
    On a oublié de signaler la féminisation du corps médical, mais aussi
    le fait que notre société propose aux jeunes médecins des tas d’emplois salariés (9 h-midi, 2h-16 h + vacances etc…) où ils gagneront autant que MG de base.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.