GrippeA(H1N1) : le virus colonise les colos





Vingt-sept contaminations d’un coup en un seul lieu. S’il fallait douter que le virus de la grippe A(H1N1) est particulièrement contagieux, la démonstration est on ne peut plus claire.

 

On les entend et on les lit beaucoup moins, les beaux esprits, les gens « bien informés », les spécialistes des émissions « média ». Tous ceux qui, depuis que l’alerte a été lancée en mars dernier, n’avaient de cesse d’expliquer qu’une fois encore on allait affoler les foules pour rien et que l’épisode grippal allait s’arrêter sans plus de cérémonie l’été venu.

 

Alors qu’au JT de France 2; j’estime que nous avons fait une information la plus complète et la plus calme possible, nous avons eu droit à notre lot de récriminations, comme sur ce blog d’ailleurs.

 

Mais voilà, les virus sont plus têtus que les spécialistes tous terrains de l’analyse médiatique et ce virus A a décidé , puisque l’état de pandémie est déclaré, que les deux hémisphères seraient son royaume.

 

Toutes les études et toutes les évaluations montrent, en effet, qu’on est face à un virus hautement transmissible et, heureusement pour l’instant, fort peu virulent.

Et si la Directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, a décidé de placer le monde en niveau maximum d’alerte pandémique, ce n’est pas pour s’amuser. Cette femme a géré la crise de la grippe aviaire H5N1 et la crise du SRAS du temps où elle était à Hong-Kong. Elle sait ce qu’est une menace pandémique.

 

La production vaccinale a débuté depuis quelques jours. Ce qu’il faut, maintenant, c’est obtenir les premiers « lots cliniques ».

Ce sont les vaccins qui seront testés sur des adultes sains afin de mesurer la réponse immunologique de ces sujets et, surtout, de déterminer s’il faudra une ou deux doses pour obtenir un niveau de protection satisfaisant.

 

Rappelons qu’avec le vaccin contre le virus H5N1, ce sont deux doses qui ont été estimées nécessaires.

Cela influence donc grandement sur le nombre de personnes en mesure d’être vaccinées, puisqu’avec une même quantité de vaccins, on vaccinera autant de personnes qu’il y aura de seringues ou, au contraire, la moitié.

 

Autre inconnue, par rapport à l’attitude développée face à la grippe saisonnière : comment choisir les personnes prioritaires ?

Hormis les personnels de santé et ceux dont le rôle dans la vie quotidienne d’une cité est essentiel, on devra savoir qui protéger .

 

On voit que cette souche virale attaque surtout les plus jeunes, contrairement à la grippe saisonnière et qu’elle semble ne pas affecter les sujets nés avant 1957.

 

On s’orientera donc vers une stratégie sans doute assez différente de celle employée chaque année avec la vaccination saisonnière, à moins que le virus décide de changer de comportement dans les prochaines semaines.

 

Mais ce dont on peut déjà être sûr, c’est que ceux qui ont critiqué la mise en place des mesures au motif qu’on en faisait trop, trouveront le moyen de critiquer les mesures vaccinales qui seront prises au motif qu’on n’en fera pas assez !




A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à GrippeA(H1N1) : le virus colonise les colos

  1. Anonyme dit :

    ma file de 15 ans est positive a la grippe a il sont en colos a guethary dans le sud ouest ils sont 23 en quarantaine je tenais a donner l’info merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.