Cancer : le CUP, né de cancer inconnu.







Trouver un cancer et ne pas savoir d’où il vient, cela arrive rarement. Mais quand cela survient, la médecine n’est pas, pour autant, prise au dépourvu.

 

Les déclarations récentes de Laurent Fignon, faisant part de son cancer mais disant que ses médecins cherchaient la tumeur d’origine, ont mis un éclairage sur une situation assez rare mais compliquée en cancérologie.

Dans 2 à 4 % des cas, en effet, on est dans l’impossibilité de dire quelle est l’origine d’un cancer dont on découvre l’existence par le biais de métastases.C’est souvent un ou plusieurs ganglions qui vont alerter les spécialistes. On va biopsier ce ganglion, regarder à quoi ressemblent les cellules qu’il a filtrées.

 Ces cancers sont dits de « primitif inconnu » ou Carcinoma of unknown primary origin, résumé par l’acronyme CUP

 

Ces cellules métastatiques évoquent donc ce qu’on appelle un adénocarcinome ou, moins fréquemment un carcinome épidermoïde.

Les adénocarcinomes sont des cancers qui se développent à partir de l’estomac, du pancréas ou du sein, par exemple. Un carcinome épidermoïde peut se développer à partir du poumon ou du col de l’utérus, du vagin ou de l’anus.

La difficulté avec ces métastases, c’est que le cancer primitif est particulièrement difficile à mettre en évidence, même si on a mis une étiquette sur l’aspect des cellules.

Bien évidemment, les spécialistes s’acharnent à trouver le « primitif », la tumeur d’origine. Grace à l’imagerie, IRM, fibroscopie, scanner, échographie.

 

Des méthodes de dosage dit immunohistochimiques permettent aussi de caractériser  certaines cellules. On arrive ainsi à réduire le degré d’incertitude et a identifier de plus en plus souvent à mettre un nom sur la tumeur d’origine.

 

Mais un certain nombre de ces tumeurs ne livreront pas leur provenance. Pour autant, cela n’empêche pas de traiter les patients.

En fonction du type cellulaire, adénocarcinome ou carcinome épidermoïde, on utilise les produits de chimiothérapie et la radiothérapie qui ont montré leur efficacité dans des cancers de ces deux familles.

Ce qui est le plus étonnant c’est que ce traitement « probabiliste », donne de très bons résultats et permet souvent de contrôler, voire de juguler la maladie.

En attendant que la biologie moléculaire donne aux spécialistes les armes absolues pour enfin résoudre l’un des plus étranges mystères de la cancérologie.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Cancer : le CUP, né de cancer inconnu.

  1. RANA dit :

    Bj Merci à vous tout les conseill vous me donner.

    A votre vie un sel metasstase os peut greise?

  2. RANA dit :

    Mais combien temps aprés la primer gérisenc?

  3. RANATUNGA dit :

    Mon marie 72 an metasstasse os tete humeral san tumer connu.Declare mois de Aout 2015 actuellment 15 sence de chimio totes les exames Santi Scanner Irm est bien il bouch 90% son bras, tres tres bon apptit mais poid repren ralentier tres tres dinamique est que il va geries ?

  4. kouttta dit :

    Bonjoiur Monsieur,
    je vous ai deja contacte’ y’a trois mois de cela , a propos de ma mere qui a une metastase au niveau du cote droit plis de l’aine qui a traverse ‘ l’os se qui a oblige’ les chirurgiens a coupe’ la partie touche’ de la symphise pubienne le resultat du professeur COINDRE-(Bordeaux) a indique’ qu’il s’agit d’un carcinome peu diffrencie’ -elle a ete operer pour enlever la masse cancereuse puis ils ont refe’ l’operation parce qu’elle avait une lymphorre’ on lui a fait un capitonage le Professeur oncologue en algerie lui a dit de ne rien faire ni chimio-ni radio il lui a conseille’ une survailance trimestrielle ,mais dernierement elle a refet les marqueurs tumauraux qui sont eleves alors on a consulte’ le professeur GOLD WASSER que vous m’avez conseiller et il a conseille’ de faire la radiotherapie AVMI GANGLIONNAIRE TECHNIQUE RAPID ARC – au centre de raditherapie -Harttman le vallois perret -elle s’inquiete et stresse que pensez vous est ce que c’est la radiotherapie et necessaire dans son cas ,je vous remerci d’avance

  5. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A SATI :

    La classification SBR est un élément du pronostic. Elle tient compte, en particulier de l’aspect des cellules, de leur indice de division et de l’aspect du noyau des cellules.

    Ce n’est pas le seul élément sur lequel se basent les médecins, mais ce critère fait partie de tous les examens pour cancer du sein.

  6. sati dit :

    bonjour docteur,

    on en sait un peu plus sur le cancer de ma mère. en même temps que le curage axillaire, le chirurgien a pratiqué une tumerectomie sur ce que le laboratoire a identifié comme un cancer développé sur un sein sur-numéraire au niveau axillaire de grade SBR III. cela veut dire quoi exactement? est ce que ce cancer se développe et se métastase de la même manière ? aura t-elle le même traitement. l’immuno-histochimie est en cours. Merci pour vos informations

  7. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A SATI :

     

    je ne peux vous donner de conseils acr je ne connais pas le dossier de votre maman et que, par principe, je ne donne aucun avis médical sur ce blog. Au vu des examens que vous décrivez, je constate qu’elle est particulièrement bien suivie.

    Juste un point d’information : un mélanome n’est pas obligatoirement retrouvé sur la peau. Il existe des localisations autres.

  8. sati dit :

    bonjour Docteur,

    je viens de tomber sur ce forum dans ma quête desesperée de comprendre ce qui arrive à ma maman. agée de 65 ans elle a découvert de manière fortuite deux ganglions sous le bras droit. Nous avons donc tout de suite suspecté le sein. la mamographie ainsi que l’écho mamaire se sont révélés tout à fait normals mais plusieurs autres adénopathies ont été retrouvées au niveau axillaire. les médecins avaient pensé à tous (tuberculose ganglionnaire, maladie de griffes de chats car elle venait d’etre griffée par mon chat, etc…) tous les examens de sang, échographie abdominale et pelvienne se sont révélés négatifs et normaux. une première cytoponction a été pratiquée et là le premier choc: metastases ganglionnaires: melanome malin. aucune lésion sur la peau n’a permis de confirmer ce diagnostic une deuxieme cytoponction échoguidée révèle des carcinomes indifférencié. l’examen au scanner abdominal, pelvien est normal sauf un kyste au niveau de l’ovaire gauche. les marqueurs CA 125 et CA 15-3 sont les seuls à être élevés. l’IRM mamaire est normal. et voilà donc on se retrouve devant un cancer dont le primitif deumeure inconnu. un curage des ganglions axillaires a été pratiqué et les analyses sont en cours. mais voilà quel est le pronostic de ce type de cas, tous ceci s’est déclaré en quelques semaines. c’est au début octobre que ces ganglions ont été découvert par ma mére qui est une femme particulièrement attentive à son corps et qui fait ses examens de dépistage régulièrement. son dernier examen gynécologique remonte à la fin de l’année 2008 et elle prévoyait de revoir son médecin fin de cette année comme elle le fait depuis plusieurs années. Nous sommes tous perdus, notre famille ne sait comment faire face à cette sitaution que nous affrontons pour la première fois et nous ne trouvons ni les bons conseils ni les bonnes paroles pour lui apporter le soutien et l’assistance psychologique dont elle a besoin. Merci à vous si vous pouvez nous donner quelques explications ou conseils.

  9. André dit :

    Bonsoir docteur,

    Il existe un cancer qui tue presque autant que le cancer du sein, le cancer de la prostate.
    Pour le cancer du sein et sa détection, il en est question tous les jours dans tous les médias. Pour le cancer de la prostate, il n’en est question que quelques fois par an.
    Comment se fait-il ?

    Cordialement.

  10. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ANONYME :

    En aucun cas je ne donne d’avis sur des cas personnels. ce blog est un site d’informations et ne répond pas aux demandes de consultations. Désolé.

    Il faut, en accord avec votre parent, vous rapprocher de ses médecins.

  11. Anonyme dit :

    Bonjour,

    Mon papa a passé un PET Scan qui est négatif. Il doit être traité par radiothérapie mais les médecins ne trouvent pas la tumeur primitive. Qu’en pensez vous ? Les chances de rémission ou guérisson sont elles bonnes ???

  12. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A JULIEN :

    J’ai du être assez maladroit dans ma façon d’écrire si j’en juge par diverses remarques allant toutes dans le même sens.

    ce que je veux dire c’est que même sans avoir la tumeur initiale, traiter un CUP permet dans un certain nombre de cas de contenir les lésions et même de négativer les examens comme le TEP scan. Cela signifie qu’on ne detecte plus d’activité maligne.

    Je n’ai pas dit ou pas voulu dire qu’on guérissait totalement, je parlais de rémission.Mais il y a des rémissions qui durent très longtemps.

     

    Pardon donc si j’ai été peu clair.

  13. JULIEN dit :

    Monsieur je laisse cette question car je suis surpris moi aussi par votre article.
    J’ai eu un cas dans ma famille de cancer métastase à l’os, qui était un cancer du poumon et dans le diagnostic de métastase que le primitif soit connu ou non je pensais que l’issue était fatale à plus ou moins long terme évidemment. N’est-ce pas le cas?
    Merci et bonne soirée

  14. Anonyme dit :

    En rémission depuis 3 ans de ce cancer, je souhaitais simplement témoigner et donner de l’espoir à ceux qui comme moi en 2005 ont vu le diagnostiquer tomber.
    Certes le chemin n’a pas été facile… j’ai eu la chance que le premier protocole testé soit le bon (CAPE) mais aussi de n’avoir jamais douté des compétences de l’équipe médicale qui me suivait, d’avoir un moral d’acier tout en étant consciente du pronostic qui n’était pas très favorable voir très pessimiste si on s’en tient aux documents que l’on trouve sur le net (j’avais aussi de mon coté fait un tas de recherche)…
    Quoi qu’il en soit, je suis toujours là aujourd’hui avec une rage de vivre encore plus forte.
    A votre disposition….
    Dernier conseil, si je peux me permettre …
    Ne jamais baissez les bras !!!!

  15. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A WAMPAS :

    Pardon de ce retard. je suis actuellement en congés jusqu’au 5 août et je n’accède qu’irrégulièrement à Internet.

    Je ne peux en aucun cas vous donner une opinion sur le dossier de votre soeur. D’abord parce que je ne le connais pas. Ensuite parce que ce serait contraire à toutes les règles éthiques. Votre soeur n’a, en aucune façon, sollicité mon opinion et je ne vais donc pas tirer des conclusions sur son cas.

    Ne prenez pas mal mon attitude, dites-vous au contraire que je risquerais de faire des erreurs et que vous le vivriez particulièrement mal.

    Ses médecins savent ce qu’ils doivent faire et je pense que c’est auprès d’eux que vous pourrez avoir le plus d’informations. dans les limites bien sûr du secret médical auquel ils sont tenus vis à vis de la patiente.

    Merci de votre fidélité et bon courage

     

  16. wampas dit :

    Bonsoir j’ai laissé un commentaire hier soir sans que ce dernier ne soit publié peut-être me suis-je trompe en manipulant.
    Je reviens vers vous pour des précisions. Ma soeur a eu une cruralgie fin janvier. Elle supporter la douleur de long mois sans qu’aucun examens n’indiquent la source de son probleme.
    Jusqu’à une scintigraphie osseusses complete par une biopsie qui a confirme le diagnostic de cancer secondaires des os à primitif inconnu.
    Elle a commence la chimio et viens de terminer sa 2ème séance. cela fai 3 jours qu’elle dors et ne se nourris plus.
    Globalement depuis le début de sa cruralgie son état s’est enormement deterioré. Elle ne peut plus marcher à perdu bcp de poids.
    C précision vous permettent-elles d’affiner votre optimisme.

    Je pense evidemment et avant tout à la souenir aussi modestement que cela peut-être fais dans pareil situation.
    Merci de votre réponse

  17. WAMPAS dit :

    Bonsoir et merci de votre réponse. Je ne concentre pas mon esprit sur les lectures que j’ai pu faire mais évidemment sur ma s?ur pour tenter modestement de l’aider.
    J’apporte tout de même quelques précisions.
    Les ennuis de ma soeur ont débuté par une cruralgie. Pendant pres de 3 mois elle a enduré la douleur sans qu’aucune analyse ne puisse révélé son problème. Mi-juin une scintigraphie osseuses à décelé des métastases confirmé par une biopsie. Toutes les analyses suivantes n’ont pas permis de localisé le cancer primitifs. Les docteurs lui ont donc annoncé qu’elle souffrait d’un cancer secondaire des os à primitif inconnu. Depuis elle ne marche quasiment plus. Elle a fait sa 2ème chimio mercredi dernier te depuis 2 jours elle ne mange plus et dors en permanence.
    Donc voilà son état semble se dégrader.
    Ces éléments vous permettent-ils d’affiner votre analyse?
    Dites moi vraiment c’est important.

  18. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A WAMPAS :

    Je ne connais pas le dosseir de votre soeur et je suis donc incapable de vous répondreprécisément. Ce que je peux, en revanche, vous dire, c’est de ne pas vous fier à des informations relevées ça et là sur internet. Donner des durées de médiane de survie sans savoir quel est la nature de la tumeur ne relève pas de lapratique de la médecine mais du pronostic hippique.

    Je pense que votre soeur est suivie par des gens compétents qui lui administrerons le traitement adéquat.

    Il est impossible de vous dire ce qui se passera ensuite, mais , comme je lai écrit, les techniques s’affinent qui permettent d’étiqueter de plus en plus souvent les CUP.

    Alors aidez la dans son combat et ne vous polarisez pas sur des sites qui, par essence, ne répondent pas à des cas individuels mais à des situations générales.

  19. wampas dit :

    bonjour je tombe sur votre article, ma soeur a un cancer secondaire des os à primitif inconnu. Mes recherches sur le sujet sont nettement moins optimiste que les bon résultat voir la jugulation de la maladie que vous evoquez. Toute mes lectures rapport et autre recherches médicales indiquent l’impossibilite de soigner de tel cancer avec une médiane de survie de 9 mois. Pourquoi une telle différence avec vos conclusions?

  20. soun dit :

    Je suis contente de lire que le traitement probabiliste donne de bons résultats. Je vais être traitée début août de cette maladie diagnostiquée en début de semaine, après de nombreux tests. Je suis confiante pour mon moral, mais il est clair que je suis quand même ébranlée de le savoir. Merci pour cet article.

  21. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A JOAN :

    Je suis très heureux si ce blog peut vous apporter une information utile.

    Je crois que j’aurai bientôt le plaisir d’en discuter directement avec vous !

  22. Joan Lloveras Bartomeu dit :

    Très intéressant  » blog santé « .

    En attendant une suite instructive sur le cancer, merci M. Flaysakier.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.