Grippe A(H1N1) : l’origine porcine du virus est confirmée. Le niveau 6 « pandémie » est annoncé .

 
 
Le virus de la grippe A(H1N1) est bien d’origine porcine et circule depuis de très longs mois dans la population humaine et depuis des années chez le porc selon une étude de Nature, publiée à l’instant par la revue Nature.
 
Cette étude confirme un autre travail scientifique publié le 22 mai dernier par la revue Science.
 
Il ressort des analyses génétiques et des modélisations que le virus actuel a une composition génétique faite de 8 éléments dont le plus ancien est un gène de 1918 et le plus récent date de 1998.
Bien que certains de ces fragments géniques soient d’origine humaine ou aviaire, l’assemblage de ces huit fragments s’est fait chez le porc.
 
Le virus actuel circule certainement depuis des années dans le milieu porcin. Il circule sans doute également depuis de longs mois dans l’espèce humaine.
 
Sa particularité est d’être assez peu virulent d’où, pour l’instant, un faible taux de mortalité.
Une mortalité qui touche les plus jeunes, au contraire de la grippe saisonnière.
 
D’ailleurs, le taux d’attaque est trois fois plus élevé chez les moins de 15 ans que chez les personnes de plus de 15 ans, ce qui explique la forte transmission en milieu scolaire.
 
Les composants géniques du virus évoqués plus haut expliquent cette situation. Les plus âgés dans la population ont déjà été confrontés à des virus ayant une partie du patrimoine génétique du virus actuel circulant et peuvent donc développer des anticorps, ce que ne peuvent faire les plus jeunes.
 
L’origine porcine du virus est aujourd’hui indiscutable et cela a une implication très importante.
Il va falloir, désormais, surveiller de part le monde les grands élevages porcins et les populations vivant alentour pour détecter rapidement toute modification de cette souche au pouvoir hautement transmissible.
 
Cela sera facile dans les pays développés, beaucoup moins dans certaines régions d’Asie où les élevages sont disséminés sur des territoires immenses, où le caractère industriel n’est pas affirmé mais où la promiscuité animaux-hommes est très importante.
Des pays où la transparence n’est pas obligatoirement partie prenante de la culture politique des autorités.
 
Le passage au niveau 6, celui de pandémie avérée, sera annoncé probablement à 18 heures aujourd’hui.
 
Cette mesure, qui ne changera quasiment rien pour nous, devra permettre, en revanche, de motiver les pays pour mettre en place les moyens de surveillance nécessaires à pouvoir réagir en c     as de renforcement ou d’aggravation du risque pandémique.
 
 
 
Référence des études :
 
Gavin J.D.Smith et al.
Origins and evolutionary genomics of the 2009 swine-origin H1N1 influenza A epidemic
Nature advance online publication 11 June 2009 | doi:10.1038/nature08182
 
 
 
 
 
Rebecca J. Garten et al.
Antigenic and Genetic Characteristics of Swine-Origin 2009 A(H1N1) Influenza
Viruses Circulating in Humans
Published online May 22 2009; 10.1126/science.1176225
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Grippe A(H1N1) : l’origine porcine du virus est confirmée. Le niveau 6 « pandémie » est annoncé .

  1. bvc3r dit :

    vous aviez raison !!!!

    Des scientifiques allemands ont déclaré jeudi qu?il existe une possibilité pour que les porcs contractent une autre forme de grippe de type A/H1N1 avant de la transmettre à nouveau à l?homme. Une transmission du virus H1N1 des personnes aux porcs pourrait provoquer une mutation du virus, impliquant une évolution imprévisible de la maladie.
    Ils ont remarqué un certain nombre de cas suspects de transmission du virus courant de la pandémie de type A/H1N1 chez les porcs par des personnes humaines. Thomas Vahlenkamp et ses collègues de l?institut Friedrich Loeffler, le centre national de recherches allemand pour la santé animale, ont expérimentalement infecté 5 porcs avec le nouveau virus de la grippe.
    4 jours plus tard, le virus s?était transmis à 3 autres porcs sains du même cheptel, et tous les porcs ont montré les signes cliniques de la maladie, ont rapporté les scientifiques dans le Journal of General Virology. « Avec un nombre d?infections humaines en augmentation, une migration de ce virus humain aux porcs devient très probable », indique Thomas Vahlenkamp.
    Si le virus s?est particulièrement bien transmis aux porcs, il n?a pas infecté 5 poulets consignés avec les animaux malades. L?Organisation Mondiale de la Santé a déclaré le mois dernier que la pandémie de grippe A/H1N1 est universelle en constatant la diffusion du nouveau virus, qui mélange des caractéristiques porcines, aviaires et humaines.
    « La prévention de la transmission de l?homme au porc devrait être hautement prioritaire afin d?éviter la participation des porcs à l?expansion de cette pandémie », prévient Thomas Vahlenkamp. La grippe porcine a tué plus de 400 personnes dans le monde et en infecte probablement des millions maintenant

  2. J’ai bien pris note de votre réponse, par expérience, ce qui nous inquiète c’est l’absence de contrôle réel,exemple : cadavres de porcelets trainés par les renards dans la nature, élevages non déclarés (donc non contrôlables…) forages au milieu du plan d’épandage dans la nappe phréatique non sanctionnés, absence de protection du réseau d’eau publique, dans notre cas la phrase d’André Chandernagor prends tout son poids " le lobby porcin comme le lobby corse n’existe que par la faiblesse de l’état.
    En dehors de la grippe, le MRSA nous riverains à distance non régelemnetaire, des installations inquiète encore plus voir les travaux du professeur Andremont

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ‘MERCI PROFESSEUR’ :

    Je tiens d’abord à vous signaler que je ne suis pas professeur ! Je ne suis pas non plus « consultant » mais journaliste à temps plein de la rédaction de France 2 !

    Il ne s’agit pas de surveiller tous les élevages de la planète, mais les énormes élevages industriels, comme c’était le cas au Mexique. Surveiller aussi les zones à risque en Asie, d’où partira sûrement la prochaine pandémie.

    Je n’ai pas la vérité infuse et je ne suis pas certain que mes propos du 20 heures soient de nature à troiubler le Préfet

     

  4. Professeur, un grand merci, nous avons trois porcheries indsutrielles sur caillebotis à 27 mètre 50 des tiers dans le hameau, je vous laisse imaginer la qualité de vie

    aussi suite à votre intervention, voici le communiqué de presse que nous envoyons aux médias et au Préfet
    Suite au journal de 20 de France 2 ou s’exprimait Jean-Daniel Flaysaquier, médecin consultant de la Chaine de télévision déclarant :

    « le virus est indiscutablement d’origine porcine », « on ne sait pas qui devra être vacciné en priorité, pas assez de vaccins, le choix relèvera d’un décision politique de santé publique …. » »Une surveillance indispensable devra être mise en place dans les milieux agricoles, surveiller très étroitement les élevages porcins et les gens qui travaillent et vivent aux alentours »
    « On a perdu de 6 mois à un an ….

    L’association Bien Vivre au C?ur des Trois Rivières demande aux pouvoirs publics, et notamment au Préfet du Département de Saône et Loire d’ordonner la suspension immédiate du fonctionnement des porcheries sur lisier situées à moins de 50 mètres de tiers et , dans un souci de prévention effective de la santé publique, les bactéries et germes pathogènes pouvant être diffusés dans un rayon minimum de trois cent mètres selon les connaissances actuelles.
    L’association sollicite également une information rapide sur les moyens et mesures engagés par les pouvoirs publics, afin de suivre l’émergence et le développement de la pandémie pour les populations exposées du village, sans attendre les premières contaminations avérées.

    D’expérience, le maintien de ces élevages sans cesse agrandis dans des conditions laxistes d’instruction, de réglementation et de contrôle, ne sont pas de nature à rassurer les populations sur l’indispensable maitrise des risques sanitaires et environnementaux liés au fonctionnement de ces élevages industriels.
    Pour preuve les dernières constatations effectuées par voie d?huissier?

    Avant que les citoyens excédés par cet état de fait, ne se manifestent, l’association demande instamment aux pouvoirs publics de prendre la mesure de la crise potentielle susceptible d’émerger à tout moment, et de bien vouloir prendre toute mesure nécessaire à la prévention de tout débordement possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.