Cancer/ASCO 09 : un souffle d’espoir pour les formes sévères de cancer du poumon

Ajouter des jours aux semaines et des semaines aux mois. La lutte contre le cancer du poumon est un combat âpre et au long cours, mais les résultats présentées à l’ASCO montrent que les progrès, même minimes sont bons à prendre.
 
Quatre à six cycles de chimiothérapie et puis presque plus rien à proposer aux patients, les doses administrées ayant atteint la limite de la toxicité. Pendant longtemps, le cancer du poumon créait une situation très pénible pour les patients et pour ceux qui les soignent.
 
Puis sont arrivées les thérapies ciblées, avec le bevacizumab(BVZ), l’erlotinib (ETB) ou le gefitinib (GTB)
Le premier vient bloquer les messages des cellules cancéreuses envoyées aux vaisseaux sanguins pour demander une supplémentation en oxygène.
 
Les deux autres interfèrent avec un récepteur situé à la surface de cellules cancéreuses et qu’on appelle l’EGFR, un récepteur pour un facteur de croissance de cellules du type de celles rencontrées dans l’épiderme. Stimulé, ce récepteur entraine une prolifération des cellules cancéreuses.
 
 
Ces traitements ciblés sont utilisés dans ce qu’on nomme les maladies avancées, des cancers pulmonaires qui progressent malgré la chimiothérapie.
 
Une étude baptisée ATLAS a voulu mesurer l’effet produit par la combinaison du bevacizumab et de l’erlotinib par rapport au BVZ seul chez 1160 patients dont le cancer était localement avancé, avait récidivé ou métastasé.
 
Cette étude a monté que la combinaison des deux thérapies ciblées permettait de prolonger d’environ 29 % la durée de la période sans progression de la maladie par rapport au groupe traité seulement par BVZ.
 
Il faut bien sûr être réaliste et savoir que cette prolongation se compte en semaines, pas en mois. Mais cette étude concernait des patients avec un cancer très avancé et très agressif et pouvoir obtenir un tel résultat est une nouvelle qui est très importante.
 
Une autre étude présentée à Orlando ce samedi 30 mai concerne encore l’erlotinib.
Cet essai, baptisé SATURN a consisté à donner soit de l’ETB soit un placebo à des patients dont le cancer avait récidivé ou métastasé, mais qui ne progressait plus après une chimiothérapie utilisant deux drogues dont un sel de platine.
 
Là encore, l’ETB a permis d’allonger la période sans progression de la maladie par rapport au groupe recevant le placebo. de 41 % pour être précis.
 
Dans cette recherche de nouveaux traitements ciblés, il faut noter l’arrivée du vandetinib (VDB). Cette molécule cible à la fois le fecteur de croissance des vaisseaux sanguins, le VEGF et le récepteur du facteur de croissance epidermal, EGFR.
 
Dans une étude baptisée ZODIAC, on a donné à des patients dont la maladie progressait soit du vandetanib associé à du docetaxel, soit le docetaxel plus un placebo.
 
Après plus d’un an de suivi, le groupe recevant le VDB a eu une période sans progression augmentée de 21 % par rapport au groupe recevant le docetaxel et le placebo.
La encore, la différence est faible, un peu plus de trois semaines, 17 semaines et demie d’un côté, quatorze de l’autre. Cela peut paraître très faible, mais une fois encore il faut comprendre qu’il s’agissait de patients avec un cancer pulmonaire très avancé et que plus d’un malade sur deux a vu cette période sans progression dépasser les trois semaines de gain.
 
Il faut aussi rappeler que ces thérapies ciblées ont des effets secondaires parfois suffisamment sévères pour que les patients arrêtent le traitement : douleur et rougeurs des mains et des pieds, diarrhée, hypertension.
 
 
 
Enfin, dans ce catalogue des progrès dans le cancer du poumon, il faut citer l’apport du pemetrexed. Ce produit n’est pas une thérapie ciblée, il agit plutôt comme une chimiothérapie classique, en interférant au niveau de l’ADN des cellules cancéreuses.
Six cent soixante trois patients
 
La moitié des patients a reçu du pemetrexed et les soins de support optimaux. L’autre groupie a reçu un placebo et les soins de support appropriés. Ces patients n’avaient pas vu leur maladie avancer après l’administration d’une chimiothérapie classique.
 
Ce traitement de maintien a montré, une fois encore, l’intérêt de cette molécule.
La survie sans progression était de 13,4 mois dans le groupe recevant le pemetrexed contre 10,6 mois pour l’autre groupe. L’efficacité a concerné une forme particulière  de cancer, les adénocarcinomes
 
Le bénéfice maximal a concerné les patients atteint d’un adénocarcinome bronchique
 
 
Ces résultats montrent que le traitement des cancers du poumon va changer pour devenir une sorte de maladie chronique, comme le diabète ou l’hypertension.
Une maladie chronique souvent grave. aux effets secondaires souvent lourds.
 
Mais les progrès thérapeutiques montrent qu’il ne faut pas désespérer et que toutes les semaines de vie en plus sont à prendre sans modération.
 
 
 
Petite note de bas de page :Cancer
 
Les noms commerciaux des substances mentionnées sont :
 
Bevacizumab : AVASTIN®
Erlotinib : TARCEVA®
Pemetrexed : ALIMTA®
Vandetinib : ZACTIMA®®
Gefitinib : IRESSA®
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Cancer/ASCO 09 : un souffle d’espoir pour les formes sévères de cancer du poumon

  1. bendre michel dit :

    bjr, après avoir découvert votre rubrique "la cancer du poumon", je pense que cette forme de cancer sera de plus en plus d’actualité dans les années à venir, car les gros fumeur d’hier seront touché dans les années à venir ! Comme je le dis dans l’ouverture de mon Site Internet, le tabac à volé ma vie alors que je n’avais que 36 ans, puisque l’on me reconnaissait une invalidité de 2ème cat pour BPCO par asthme tabagique. Par l’arrêt du tabac j’ai frolé la mort de peu, je ne suis pas immaculé, cependant par la création de l’association don j’en suis le fondateur et président " pour le bien-être sans tabac des personnes en difficultés respiratoires", c’est par la création du Site internet de l’association que j’ai envie d’apporter des informations d’un vécu. Je vous demande Monsieur, tout votre attention pour m’aider à mettre en place dans le Site un sujet : cancer du poumon, et toutes formes de cancers par le tabac. vous remerciant de votre attention, je vous dis à très bientôt, sans doute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.