ACC09-Cardiologie. Prevention: Polycap la pilule qui est cap’ de se mettre en cinq

Un comprimé à tout faire et à bien faire. Le thème de science-fiction pourrait bien devenir réalité si l’on en croit une étude présentée au congrès de l’ACC sur une pilule à cinq composants censée prévenir les accidents cardiovasculaires.
 
C’est un sacré cocktail : trois médicaments antihypertenseurs, un médicament anti cholestérol et de l’aspirine, avec une touche supplémentaire d’acide folique. Vous allez découvrir Polycap® médicament issu de laboratoires indiens et expérimenté également dans ce pays dans cinquante centres sur 2053 personnes.
 
La polypilule contient un diurétique thiazidique, un bétabloquant (atenolol), un inhibiteur de l’enzyme de conversion (ramipril) une statine (simvastatine) et de l’aspirine.
 
Les trois produits antihypertenseurs sont formulés à demi-dose.
 
L’étude conduite par Selim Yusuf, de l’université de Hamilton, au Canada, avait pour but de tester la tolérance et l’efficacité de ce produit au cours d’un essai de douze semaines. Pendant trois mois, donc, 412 personnes âgées de 45 à 80 ans, sans maladie cardiovasculaire connue mais avec au moins un facteur de risque ont avalé ce cocktail pendant que huit autres groupes recevaient soit chacun des médicaments, soit une combinaison des 3 antihypertenseurs.
 
L’étude a montré que l’observance a été bonne et que les effets secondaires de la polypilule n’étaient pas supérieurs aux effets des médicaments pris individuellement.
 
Mais ce cocktail a montré aussi ses capacités : réduction de la pression artérielle systolique d’un peu plus de 7 mm de mercure, de la diastolique, du LDL-cholestérol et des triglycérides. Réduction enfin de la fréquence cardiaque.
 
Il ne s’agissait pas, en trois mois, de mesurer autre chose. Mais maintenant Selim Yusuf veut passer la vitesse supérieure de deux façons. Avec des dosages plus poussés, il veut donner son cocktail à des hommes de 50 ans et plus ayant déjà eu un accident cardiovasculaire, infarctus ou AVC.
 
Dans un deuxième temps, il veut inclure huit à dix mille personnes sans antécédents de maladie cardiovasculaire, cette fois, mais qui ont un ou deux facteurs de risques avérés, comme une obésité, un trouble du métabolisme des lipides, un diabète de type 2, une hypertension.
 
Le but de l’essai sera de démontrer que cette polypilule peut jouer un rôle dans la prévention primaire, c’est-à-dire prévenir la survenue d’accidents cardiovasculaires chez des personnes n’ayant jamais fait ce type d’accident par le passé.
 
L’hypothèse de Yusuf c’est que cette pilule pourrait réduire de 50 % la survenue de tels accidents dans cette population concernée par des facteurs de risque.
 
L’hypothèse est séduisante et le gros avantage c’est que le comprimé multiple repose sur des molécules dont le brevet est tombé dans le domaine public et qui peuvent donc être produites par des spécialistes des génériques.
 
Mais il n’y a rien de magique dans cette pilule et Yusuf rappelle que les deux premiers facteurs de risque à combattre sont le tabagisme et l’obésité. Un tel médicament devrait donc trouver sa place dans un programme général de lutte contre les maladies cardiovasculaires et non en lieu et place de ces mesures.
 
La question est de savoir combien de personnes pourraient ainsi être concernées. Diverses études ont montré qu’en milieu urbain, quel que soit l’endroit du monde, 90 % des citadins avaient au moins un facteur de risque cardiovasculaire.
 
Avec de tels chiffres on imagine facilement que les fabricants de génériques ont déjà commencé à se faire un film.
 
 
 
Référence de l’étude :
 
 
 
 The Indian Polycap Study (TIPS)
 
 Effects of a polypill (Polycap) on risk factors in middle-aged individuals without cardiovascular disease (TIPS): a phase II, double-blind, randomised trial
 
The Lancet
 Published OnlineMarch 30, 2009DOI:10.1016/S0140-6736(09)60611-5
 
Présentée le 30 mars 2009 lors de la 58ème session scientifique de l’ACC
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à ACC09-Cardiologie. Prevention: Polycap la pilule qui est cap’ de se mettre en cinq

  1. Supergelule dit :

    C’est peu dire que les fabricants de médicaments génériques lorgnent dès à présent que ce type de traitements…

  2. farid dit :

    ont l’espérent tous, un médicament qui pourrais nous évités de plus graves complications ; déjà pour moi , opéré d’un anvrisme artériel sur une artére cervical , avec de l’hypertension qui a faillis
    me faire un AVC et un infarctus du myocarde il y a cinq ans , c’est pour nous , les personnes de cette catégories là , que l’ont espérent
    beaucoup de cette découverte , alors on dis , tant qu’ils y auras des personnes avec ce don du savoir il y auras toujours de
    l’EPERANCE

  3. Anita dit :

    Cher Jean-Daniel,
    A quelle adresse puis-je vous envoyer une documentation portant sur des études validées scientifiquement (références à l’appui..) non seulement sur les maladies cardio-vasculaires mais sur bon nombre d’autres maladies ? Quand le Ministère de la Santé en France, contrairement à d’autres pays en Europe et à travers le Monde, prendra-t-il enfin ces études en considération pour la guérison mais aussi pour la prévention de toutes les maladies ?!
    Merci votre réponse

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A BERNARD :

     

    Tous les constituants de cette polypilule existent déjà. Parlez en donc avec votre médecin

  5. Bernard dit :

    Bonjour
    Je pense faire partie des populations à risques puique ma grand-mère maternelle a fait un AVC … et mon père également !!!
    Souhaitant éviter de faire un AVC à mon tour, et possédant malheureusement un taux de cholestérol assez élevé, j’aimerais savoir à quelle date ce médicament sera disponible sur la marché.
    J’aimerais savoir également si je peux faire partie de ces personnes volontaires pour "essayer" cette nouvelle molécule.
    Je vous remercie par avance de votre réponse.
    Bien sincèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.