USA : la crise tue la peine de mort

La crise économique a des effets collatéraux assez inattendus. Ainsi certains états américains vont-ils renoncer à la peine de mort qui leur coûte trop cher !

 

Pour un médecin, donner la mort n’est pas un geste « naturel ». C’est ce qui explique , sous nos climats, le difficile débat autour de la fin de vie. C’est ce qui explique aussi les longues discussions, tribunes et éditoriaux qui ont empli la presse médicale américaine depuis des années concernant la place des médecins dans l’exécution de certains condamnés.

 

Parmi la trentaine d’états nord-américains ayant recours à la peine capitale, tous n’utilisent pas le principe de l’injection mortelle. Cette injection de trois produits, a été, dans certains états, faite par des médecins.

 

Mais l’AMA, l’association médicale américaine a déclaré contraire à l’éthique pour un médecin de superviser une exécution capitale, de poser les perfusions, d’injecter les produits et même de les commander. Cela n’empêche pas, d’ailleurs, 20 % des médecins américains de se déclarer prêts à le faire.

 

Cela va , cependant, devenir de plus en plus difficile pour eux de trouver un pénitencier où exercer leurs talents . Plusieurs états sont , en effet, en train d’abandonner la peine capitale. Ce n’est pas un sursaut d’humanité qui les y pousse, pas plus que les centaines de personnes exécutées à tort.

 

C’est la crise qui devient l’alliée des abolitionnistes. Dans le système judiciaire américain, requérir la peine capitale coûte cher et l’obtenir coûte encore plus cher. Entre les dispositions du procès et la surveillance très étroite des condamnés des « couloirs de la mort », on estime à trois millions de dollars le prix d’un condamné à mort, du procès jusqu’à son exécution.

 

La perpétuité « ne coûte » que deux millions de dollars aux contribuables américains.

 

Dans un pays qui partage avec la Chine ,l’Iran et l’Arabie Saoudite la tête du classement des mises à mort, on comprend que l’argument économique en ces temps difficiles puisse jouer.

 

Mais les deux états les plus prolixes en exécutions, le Texas et l’Oklahoma, n’ont pas, pour l’instant, manifesté de quelconques velléités de refréner leurs ardeurs .

 

Si le pétrole chute encore plus bas, peut-être alors verra-t-on les Texans changer d’état d’esprit.

 

Décidément, les effets de cette crise sont assez surprenants.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à USA : la crise tue la peine de mort

  1. Bonjour.
    La peine de mort est : inefficace, illégale, injuste, cruelle, barbare et dégradante, violente, sans appel, réductrice, arbitraire, illusoire et politique.

    Je vous invite à visionner la vidéo de présentation du 4ème Congrès mondial contre la peine de mort, 1ère partie : http://www.youtube.com/watch?v=B...
    La 2ème partie : http://www.youtube.com/watch?v=_...

    Pour accéder à la page de l’association Ensemble Contre la Peine de Mort : http://www.youtube.com/user/ECPM...

    L’association Ensemble Contre la Peine de Mort qui lutte pour l’abolition universelle de la peine de mort, organise tous les 4 ans un Congrès mondial contre la peine de mort.
    Le 4ème Congrès Mondial de cette année a réuni plus de 1500 participants du monde entier à Genève, en Suisse.
    3 jours intenses du 24 au 26 février 2010 pour débattre et fédérer autour de la lutte pour l’abolition universelle de la peine de mort.

    Ensemble Contre la Peine de Mort
    http://www.abolition.fr

  2. Charles H Valot dit :

    Bravo Docteur,

    Cela peut nous renvoyer à M Benjamin RUSH, médecin, ami de Benjamin FRANKLIN, père de la démocratie américaine et ardent opposant à la peine de mort.

    Je lance la notion de "Ring Rush" événement flash qui consiste à se rendre sur un pont et à y faire sonner une cloche.

    J’essaye que les Conseils Régionaux s’y associent entre le 21 mars et le 24 (exécution programmée de Kvinner au Texas). Pour Paris le bon pont est celui d’Iena entre Tour Eiffel et Place des Libertés et des Droits de l’Homme (et diverses voies aux noms évocateurs, USA, B FRANKLIN…).

    Pour ma part et depuis le 21 mars 2001, la Neverforget Liberty Bell ou NLB3, oeuvre d’art sur le modèle de la célèbre Liberty Bell de Philadelphie est pressentie pour devenir le symbole de l’abolition universelle de la peine de mort. Son ébauche NLB0 se trouvait dans le New-Jersey quand cet Etat a en 2006 établi un moratoire avant d’abolir.

    NLB0 se trouve actuellement au Musée de la Seconde Guerre Mondiale (c’est aussi l’ébauche de NLB2 ou Normandy Liberty Bell en hommage aux Libérateurs Alliés de 1944) à la Nouvelle-Orléans.

    Peut-être pourrions nous pousser à un "Ring Rush" sur le pont Benjamin Franklin reliant Philadelphie à Camden, la Pennsylvanie au New-Jersey.

    Je remercie France2 d’avoir diffusé ce reportage hier soir sur Kvinner, mais comme nous ne pouvons nous substituer aux avocats américains, on voit l’intérêt d’un RR sur le pont emblématique BF (surtout sur fond de crise économique) et les français outre-atlantique peuvent y participer pleinement (avec de petites cloches Liberty Bell ?).

    Charles H Valot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.