Medicaments et soleil : une actualité qui peut devenir brûlante.

Le mois de mars va voir surgir les couvertures de magazines pleins d’idées de régimes.
Mais l’arrivée des beaux jours doit aussi faire penser à autre chose : le risque d’accident lié à la prise de certains médicaments quand on s’expose au soleil.
 
Il y a des souvenirs de vacances ou de week-ends ensoleillés dont on se passerait bien. Des brûlures, des taches marron ou gris ardoise et autres cloques disgracieuses.
 
Ces marques sont la conséquence d’ne réaction toxique entre d’un côté les rayons solaires et de l’autre la présence dans l’organisme d’un médicament dit « photosensibilisant ».
 
Diverses familles de médicaments sont concernées et c’est pour cela qu’en cas, notamment, de traitements au long cours, il n’est pas inutile de s’informer auprès de son médecin ou de son pharmacien des risques éventuels encourus au cas où la bronzette fait partie de vos programmes des fins de semaines vernales ou estivales.
 
Pour certains produits, le risque est bien connu. C’est le cas, par exemple de l’amiodarone, molécule utilisée dans les troubles du rythme cardiaque.
Les médecins conseillent vivement aux personnes utilisant ce produit de se protéger du soleil au risque de se retrouver porteuses de tâches marron ou gris qui mettent des mois à disparaître.
 
D’autres médicaments des maladies cardiovasculaires sont aussi susceptibles de donner des réactions indésirables, comme certains diurétiques dits « thiazidiques ».
 
Autres pourvoyeurs potentiels de souvenirs indésirables, les antibiotiques, en particulier les sulfamides, pas trop utilisés actuellement sauf dans des infections urinaires et deux familles d’antibiotiques : les cyclines et les quinolones. Cette dernière famille est assez fréquemment prescrite pour les infections urinaires non compliquées chez les femmes .
 
Certains psychotropes, comme la chlorpromazine mais aussi des antiépileptiques comme la carbamazépine ont aussi été impliqués dans ces phénomènes.
 
La carbamazépine et certains de ses dérivés, comme l’oxcarbazépine sont, en outre, prescrites dans des douleurs de type neuropathiques et pas uniquement comme anticonvulsivants.
 
Enfin attention aux anti-inflammatoires non stéroïdiens comme on les nomme dans le jargon médical, c’est-à-dire tous les anti-inflammatoires qui ne sont pas des corticoïdes.
 
Ils sont nombreux à exister sous forme de gel ou de crème. Si vous avez une bombe de ketoprofène, par exemple, et si vous vous massez le tendon d’Achille avant un match de tennis, soyez certain de jouer par temps gris ou avec des chaussettes montantes. Et lavez-vous soigneusement les mains après application du gel.
 
Cette liste n’est pas exhaustive et il faut savoir bien lire les notices pour éviter certains désagréments.
 
La revue Prescrire, seule revue médicale totalement indépendante et fiancée uniquement par ses abonnés, publie dans son numéro de mars 2009 une liste des médicaments impliqués dans ces phénomènes.
 
Si votre médecin a la bonne idée de lire cette revue, il pourra vous en dire plus.
 
 
 
Référence :
 
Photodermatoses d’origine médicamenteuse
La revue Prescrire mars 2009 ; 29,305 :189-192
 
Site internet : www.prescrire.org
 
 Un certain nombre d’informations utiles sur peau et soleil sont disponibles sur le site dermato-info.fr

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Medicaments et soleil : une actualité qui peut devenir brûlante.

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A CATHERINE :

    Non, désolé.

  2. catherine dit :

    bonjour,
    au dernier journal TV, des infos sur des jouets contenants des produits toxiques ont été données.

    j’ai par ailleurs lu votre article sur les Bisphenol A sur ce blog.

    avez vous des sites ou articles à qui se référer pour faire le point face tout cela ?

    merci et salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.