Sclerose en plaques : la vitamine D aurait un rôle dans la genèse de la maladie.

La vitamine D pourrait être impliquée dans l’apparition d’une sclérose en plaques chez des personnes porteuses d’une variation sur un gène. Une hypothèse intéressante mais dont les débouchés pratiques ne sont pas encore évidents.
 
Moins de scléroses en plaques en Afrique qu’en Europe, un gradient décroissant entre le nord et le sud de l’Europe, voilà des éléments qui ont fait penser aux épidémiologistes que la nature de l’ensoleillement pouvait avoir un rôle dans la genèse de la maladie.
 
Et l’action du soleil sur la peau c’est, en particulier, d’entrainer à partir du cholestérol, la synthèse de vitamine D, dont la forme active sera obtenue après passage par le rein et le foie.
Et cette vitamine D agit non seulement sur les os et l’incorporation du calcium, mais on sait également désormais qu’elle a une action sur le système immunitaire et le système nerveux.
 
L’équipe anglo-canadienne qui publie aujourd’hui son étude dans la revue en ligne PLoS Genetics, s’est donc intéressée à un gène situé sur le chromosome 6.
 
Ce gène HLA-DRB1 est le siège de nombreuses variations, près de 400. L’une de ces variations, ce qu’on appelle l’allèle HLA-DRB 1501. La présence de cet allèle multiplie par trois le risque de survenue de sclérose en plaques.
 
Or, la vitamine D interagit avec ce gène. Une carence en vitamine D dans l’enfance ou l’adolescence va entrainer une surexpression de ce gène et, partant, accroître la susceptibilité à l’apparition d’une sclérose en plaques.
 
Résumer la SEP au rôle de la vitamine D ou de la nature de l’ensoleillement serait trop réducteur. Cette maladie complexe connait sans doute des causes multiples, certaines environnementales, d’autres génétiques, d’autres encore sans doute infectieuses.
 
Mais cette influence de la vitamine D est une piste que les spécialistes jugent intéressante. C’est ce que m’a confirmé ce matin le professeur Olivier Lyon-Caen, du CHU Pitié-Salpêtrière, à paris.
 
Mais attention, il ne faudrait pas mal interpréter cette étude et que des personnes atteintes de cette maladie se jettent sur la vitamine D en en attendant des miracles.
 
La vitamine D est une substance extrêmement difficile à manier et le surdosage peut entrainer des lésions rénales irréversibles.
 
 
 
Référence de l’étude :
 
Sreeram V. Ramagopalan et al.
 
Expression of the Multiple Sclerosis-Associated MHC Class II Allele HLA-DRB1*1501 Is Regulated by Vitamin D.
PLoS Genet 5(2): e1000369. doi:10.1371/journal.pgen.1000369
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Sclerose en plaques : la vitamine D aurait un rôle dans la genèse de la maladie.

  1. Informations très précieuses merci

  2. Blog très instructif.
    Bravo Monsieur Flaysakier.

    EM

     

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A STEPHANE :

    Vous pouvez vous permettre.

    Je n’ai pas voulu entrer dans les détails des mécanismes nephrotoxiques indirects car ce blog n’est pas un blog médical.

    Je pense, cependant, que la vitamine D ne doit s’utiliser que sur strict avis medical quand on en arrive à des doses pharmacologiques.

  4. Stephane dit :

    Si je peux me permettre, la vitamine D n’est pas néphrotoxique en elle même. Elle peut en cas de surdosage entrainer une hypercalciurie et une hypercalcémie. L’hypercalciurie chronique est responsable d’une augmentation du risque de lithiases rénales et parfois, surtout dans le cas du syndrome des buveurs de lait d’une nephrite tubulo-interstitielle avec précipitations de phosphate de calcium (kystes.blog.lemonde.fr/20…
    La prise de vit D doit s’accompagner d’une évaluation régulière de la calcémie et de la calciurie. Il s’agit sinon d’une vitamine relativement sure et facile à utiliser, la carence en vitamine D est par ailleurs assez fréquente.
    Il faut que la prescription soit faite par un médecin et sous une surveillance régulière

  5. Danielle dit :

    Bonne continuation pour ce blog !

    bonne nuit !
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.