Diabete de type 2 : les bienfaits d’un régime à la noix.

  
 
 
 
 
Les lentilles avaient permis, dans la Bible, d’échanger un droit d’ainesse. Dans certains régimes, elles ne permettent pas d’échanger son diabète mais d’en diminuer les effets, selon une étude canadienne. Et les noix diverses apportent aussi leurs bienfaits.
 
Les diabétiques de type 2 savent combien il est difficile de s’alimenter correctement en ayant en tête en permanence le risque de chahuter les apports en sucre et de voir tomber la sanction lors du dosage de la fameuse HbA1c, l’hémoglobine glyquée, celle qui traduit tous les trois mois les conditions d’observance du régime.
 
Une équipe canadienne a donc voulu mesurer sur 210 personnes diabétiques traitées par médicaments les effets de deux régimes. La valeur de départ de l’HbA1c était comprise entre 6,5 et 8 %.
L’un de ces régimes comportait des aliments à faible index glycémique, l’autre des aliments très riches en fibres.
 
L’index glycémique, c’est la capacité qu’a un aliment de provoquer l’apparition de glucose dans le sang ce qui entrainera une sécrétion réactionnelle d’insuline. Cet index va de 0 à 100. L’idéal, chez le diabétique est donc de donner des aliments à faible index.
 
Ainsi, pêle-mêle, la liste des aliments du premier groupe comportait des pâtes, du riz à peine bouilli, des haricots des pois, des lentilles, des noix et noisettes, même du beurre de cacahuète.
On y trouvait aussi des céréales du petit déjeuner à base de lin et de boulgour et du pain à la farine de lin, de quinoa ou de seigle.
 
 
Du côté du régime à haute teneur en céréales, c’était du riz brun, du plain complet, des pommes de terre avec la peau, des épinards, des carottes, de la mangue  des céréales au petit-déjeuner
 
 Ces deux régimes ont été ainsi poursuivis pendant six mois.
 
Au bout de l’étude, la valeur de l’hémoglobine glyquée a été diminuée de 0,18 % dans le groupe « céréales » et de 0,50 % dans le groupe « index glycémique faible ». Une diminution modeste mais statistiquement significative.
 
Le taux de HDL cholestérol, ce qu’on appelle communément le « bon »cholestérol a augmenté de 17 mg/l dans le groupe « index faible » alors qu’il diminuait de 2 mg/l dans le groupe « fibres ». Un résultat sans doute lié en partie à la consommation des noix sous formes diverses.
 
Au total donc, pas de miracle mais un léger mieux. Il faut cependant noter que certains de ces produits sont assez difficiles à trouver de ce côté de l’Atlantique, comme les céréales « Red River » utilisées dans le régime « index faible ».
 
Quant aux produits à base de quinoa, notamment les pains, leur prix est relativement élevé et dans ces temps difficiles, il n’est pas toujours évident de se procurer des produits un peu chers.
 
 
 
Référence de l’étude :
 
David J.A Jenkins et al. 
Effect of a Low–Glycemic Index or a High–Cereal Fiber Diet on Type 2 Diabetes. A Randomized Trial
JAMA. 2008;300(23):2742-2753
 
 
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.