Des cabinets médicaux à l’intérieur des supermarchés : premiers bilans aux Etats-Unis.

Il faut toujours regarder avec attention ce qui se passe aux Etats-Unis en matière de santé, cela nous permet souvent d’apprécier ce qui se passe chez nous, même si le système va mal. Mais il y a aussi des tendances d’évolution des pratiques qui pourront peut-être un jour nous concerner. Comme des cabinets de consultation dans les moyennes et grandes surfaces.

Le 17 août 2007 sur ce blog, vous avez pu lire et aussi voir ce que sont les « retail clinics », ces cabinets de consultations que les chaînes de magasins américains développent à toute vitesse.

Il y a en plus de mille aujourd’hui installés principalement dans les chaines de drugstores, des magasins comparables à nos superettes, très peu portées cependant sur l’alimentaire et qui, différence notable avec la France, hébergent une pharmacie au fond du magasin.

Dans un pays où près de quarante millions de personnes n’ont aucune couverture sociale et dans lequel la prise en charge des frais médicaux dépend souvent de l’assurance contractée par l’employeur, des formules nouvelles et à prix « discount » sont étudiées de près.

C’est ce que fait la revue Health Affairs dans sa dernière livraison. Plusieurs articles s’intéressent à l’émergence de ces cabinets, au type de patients qui les fréquentent, aux coûts comparés entre ces cabinets, les cabinets médicaux classiques et les services d’urgence.

On apprend ainsi qu’en moyenne la consultation, médicaments compris, coûte 51 dollars moins cher, soit 35 euros environ dans ces cabinets que chez le généraliste et surtout 279 dollars de moins, soit 200 euros que dans un service d’urgence d’hôpital.

Bien sûr, le système n’est pas idéal. Ainsi, le médecin n’est pas toujours présent dans le cabinet et la tendance à orienter vers la pharmacie du lieu est parfois un peu excessive.

La revue permet d’accéder gratuitement à un des articles sur ces « retail clinics », qui dresse un bilan des premières expériences et brosse un scénario des développements prévisibles.

Le reste des articles est malheureusement uniquement accessible sur abonnement.

Hormis pour les doctrinaires et les manichéens qui n’ont, par définition, pas besoin de s’informer, la lecture de ces différentes analyses est très intéressante.

Elle montre que les motifs de consultation concernent des pathologies comme les bronchites, pharyngites, sinusites, otites externes, infections urinaires, mais aussi des vaccinations.

Le taux de satisfaction des patients atteint 90 % et le taux d’observance des traitements est de plus de 95 %, parfaitement comparable aux structures classiques.

La progression annuelle de fréquentation oscille entre 3 et 6 % selon les localisations.

Les auteurs des différentes études estiment même que ces cabinets pourraient permettre de soulager la charge de travail des cabinets de généralistes et des services d’urgence pour des pathologies relativement bénignes dont la prise en charge ne nécessite pas d’infrastructures complexes, ni de grand plateau technique.

D’ici 2011, on estime que ces « retail clinics » accueilleront 15 à 20 % de l’activité de consultations en soins de base,

Le modèle américain commence déjà à de faire des émules en Grande-Bretagne. Arrivera-t-il jusque dans un magasin proche de chez vous ?

Je pense, personnellement, que si notre système de soins continue à évoluer ainsi, avec une tendance à financièrement de plus en plus impliquer les patients, il n’est pas impossible de voir de telles offres se développer chez nous.

Références de la revue :

Health Affairs september-october 2008, volume 27, number 5.

Articles :

Retail Clinics, Primary Care Physicians, And Emergency Departments: A Comparison Of Patients’ Visits

Use And Costs Of Care In Retail Clinics Versus Traditional Care Sites

The Emergence Of Retail-Based Clinics In The United States: Early Observations

A Checkup for Retail Medicine Article accessible gratuitement

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Des cabinets médicaux à l’intérieur des supermarchés : premiers bilans aux Etats-Unis.

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : Heureusement que mon lecteur d’outre-Rhin a un regard bien affûté , ce qui est une belle qualité pour ce médecin en devenir ! Bien sûr c’était 90 %. mais j’ai des doigts trop gros pour le clavier et je tape deux touches au lieu d’une. Et comme mavue décline, je néglige certaines erreurs. Mais la jeune garde veille. Danke !

  2. Ai je bien lu? 901 % de taux de satisfaction? Mazette.

    En tout cas, toujours de tres bons articles 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.