Pollution urbaine : le diesel est un vrai crève-coeur.

Payer le gazole cher, cela fait mal au coeur, dit-on. Mais rouler au gazole fait aussi mal au cœur et aux artères, des passants cette fois.

C’est l’Institut national de veille sanitaire (INVS) qui vient aujourd’hui ajouter une pierre à un édifice bien solide déjà. Le rôle de la pollution urbaine dans la survenue d’accidents cardiovasculaires entrainant une surmortalité a fait l’objet de nombreuses études, dont certaines ont été relatées ici en novembre 2007.

L’étude PSAS (programme de surveillance air et santé) étudie les liens à court terme entre la pollution atmosphérique urbaine et la mortalité dans neuf villes françaises : Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Paris, Rouen, Le Havre, Strasbourg et Toulouse).

Le document publié sur le site de l’INVS concerne la période 2000-2004 et une population totale d’environ onze millions d’habitants.

Cette étude montre le risque que fait courir la pollution par ce qu’on appelle les particules fines et grossières. Les fines ont une taille inférieure à 2,5 microns, soit 2,5 millièmes de millimètres, ou, encore, un trentième de la taille d’un cheveu.

Elles sont produites principalement par la pollution automobile. Les filtres utilisés actuellement ne peuvent pas les bloquer.
Ces particules sont tellement fines qu’elles descendent non seulement au plus profond des bronches et des poumons mais encore elles passent dans la circulation sanguine.

Leur présence dans les artères déclenche un phénomène inflammatoire qui va, à son tour, provoquer des cascades de réactions entrainant une obstruction progressive du calibre des artères et, finalement une interruption du flux circulatoire aboutissant à l’infarctus.

Il existe aussi des particules plus grosses dont la taille est inférieure à 10 microns et dont l’origine est plutôt industrielle.

Dans l’étude de l’INVS, lorsque le taux de ces deux types de particules augmente de 10microgrammes par mètre cube d’air (un millionième de kilogramme), on constate une surmortalité par cause cardiovasculaire de 2,2 % le jour et la veille du jour où est constaté le pic de pollution.
Un même phénomène, plus faible puisque de 0,9 % est constaté pour les pics d’ozone.

Mais il y a un élément qui a du mal à figurer dans les études, c’est le rôle délétère du dioxyde de soufre, le SO2. Ce polluant est une des rançons des moteurs diesel, qui représentent près de la moite du parc automobile français.
Dans diverses études dont celle publiée par une équipe conduite par Pierre Boutouyrie, pharmacologue à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris, c’est ce gaz qui provoquait les modifications artérielles les plus préjudiciables.

Or rien n’est prévu dans les systèmes de filtres pour bloquer les émissions de ce dioxyde de soufre et un silence pesant règne sur ce type de polluant, comme si désigner le rôle des véhicules roulant au gazole pouvait déranger certains.

L’industrie privilégiée par rapport à la santé ? Je ne veux pas y croire, on ne l’a jamais vu.

Je précise que la phrase qui précède est une boutade, on ne sait jamais

site de l’INVS : www.invs.sante.fr

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Pollution urbaine : le diesel est un vrai crève-coeur.

  1. Salmon dit :

    Bravo pour votre courage !
    J’ai envoyé ce mail à tous mes amis !
    « Pour diminuer notre endettement le gouvernement recherche quelles sont les niches fiscales qu’il pourrait être raisonnable de supprimer .
    Or , je n’ai jamais entendu évoquer l’allègement fiscal dont bénéficie de Diesel par rapport à l’essence.
    En alignant les taxes du Diesel sur celles de l’essence ( comme en Suisse ) on pourrait gagner au moins 2 milliards par an !
    Cela pourrait être expliqué aux consommateurs par la diffusion des rapports médicaux qui montrent la nocivité supérieure du Diesel
    ( voir site joint , par exemple )
    Evjdemment çà sera difficile après avoir dit l’inverse pendant des décennies et même récemment en accordant des primes « écolos » aux voitures Diesel sans filtre à particules !
    Mais de toutes façons il va falloir aborder l’avenir avec courage et détermination si l’on veut sortir de la récession. »

    http://blog.france2.fr/mon-blog-medical/?s=diesel

  2. jo dit :

    Des associations d’écolo qui ne servent à rien.
    Cela fait 3 ans que l’on pollue notre znieff, du fioul, des ordures, javel, poubelles etc. directement déversés dans les cours d’eau. Personne pas même la préfecture ne s’inquiète.
    J’ai contacté plein d’écolo même cap21 tous s’en foutent, les ornitho tournent la tête, alors que les oiseaux crèvent par la pollution. Les plantes protégées ‘Nivéoles’, sont cramées sur place, les fossés ont dans le fond la pollution de 4 ans de j’menfoutisme.
    Merci M Borloo pour notre parc. Vous êtes vraiment formidable en matière d’écologie.
    Un parc d’attractions entièrement gratuit
    C’est en Normandie, c’est à Cabourg.
    anarchiland.ifrance.com/
    Sur cette page un lien vers d’autres pages et blog.
    Signé : Un mec écœuré par tant d’hypocrisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.