CANCER ASCO 2008 : Pancréas, la chimiothérapie permet de doubler l’espérance de vie après chirurgie.

Le cancer du pancréas est souvent reconnu et diagnostiqué à un stade où on ne peut plus faire de geste chirurgical. C’est ce qui en fait un cancer redoutable. iMas l’une des nouvelles importantes du congrès américain de cancérologie c’est que lorsque l’opération est possible, des traitements améliorent considérablement le pronostic de la maladie.

C’est une étude menée par l’équipe du Dr Hanno Riess, de Berlin qui vient apporter un peu d’espoir dans un tableau souvent sombre.

Cette équipe a suivi pendant près de dix ans des patients qui avaient pu être vus suffisamment tôt pour bénéficier d’une opération chirurgicale au cours de laquelle la tumeur cancéreuse avait pu être entièrement enlevée.

Ce cas de figure représente 15 à 20 % des cancers du pancréas.

Une fois opérés, ces patients ont été répartis en deux groupes. L’un de ces groupes n’a reçu aucun traitement particulier, l’autre a reçu un traitement par chimiothérapie, avec le médicament de référence utilisé dans les cancers inopérables la gemcitabine.

Après cinq ans de suivi, on a constaté que le groupe traité par gemcitabine avait une espérance de vie près de deux fois et demie plus élevée que le groupe non traité (21% contre 9 %).

Ces chiffres, pris ainsi de manière brute, sont certes déprimants. Mais il faut bien se rappeler que ce sont des données statistiques concernant des populations et qu’elles ne sont en rien prédictives de ce qui se passe à l’échelle individuelle.

En revanche, voir un tel doublement est particulièrement impressionnant car on estime que ceux qui dépassent ce cap des cinq ans peuvent être considérés virtuellement comme étant guéris.

Ces résultats encouragent les médecins à entreprendre de nouvelles études avec des molécules issues des biotechnologies et qui ont déjà donné des résultats intéressants dans d’autres cancers réputés difficiles à traiter.

De telles avancées sont possibles grâce, évidemment, à ces études longues à mener. des études qui reposent sur l’extraordinaire engagement des patients qui acceptent d’être inclus dans des évaluations cliniques sans être certains d’en tirer un bénéfice obligatoirement.

A la fin de chaque présentation, les médecins n’oublient jamais de leur rendre un hommage hautement mérité.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.