CANCER ASCO 2008 : L’EPO pourrait « doper » les cellules cancéreuses

Suivre une chimiothérapie est tout sauf une sinécure. Une fatigue intense, une anémie poussent souvent patients et médecins à recourir à l’érythropoïétine, la fameuse EPO. Mais l’EPO n’est pas un produit anodin, loin s’en faut.

Cela fait déjà un certain temps que des doutes pèsent sur les conséquences d’une utilisation trop intensive et pas toujours nécessaire de l’EPO chez des patients souffrant de cancer.
Des craintes nourries par des résultats d’essais cliniques au cours desquels des patients ont répondu de façon moins efficace à des traitements lorsqu’ils recevaient une certaine quantité d’EPO.

L’hypothèse soulevée par les chercheurs est qu’en plus de stimuler la fabrication de globules rouges, l’EPO peut être un facteur favorisant la croissance de cellules tumorales.

Pour essayer de vérifier cette hypothèse, les spécialistes de l’université de Washington à Seattle ont récupéré des fragments de tumeurs prélevées sur des patients dans le passé pour diagnostiquer leur cancer.

Ils ont alors recherché la trace d’une modification de la façon dont les gènes répondaient selon qu’on avait utilisé ou non de l’érythropoïétine.

Ils ont constaté qu’un certain nombre de mécanismes impliqués dans la prolifération des cellules tumorales étaient en quelque sorte « dopés » par les injections d’EPO.

Fait à une petite échelle en raison des techniques extrêmement sophistiquées à mettre en œuvre, ce travail doit être confirmé par des études plus vastes.

Mais d’ores et déjà il montre qu’il faut manier l’EPO avec parcimonie et ne pas vouloir à tout prix atteindre des taux d’hémoglobine élevés.

De même, lorsque cette hémoglobine baisse, il est conseillé de patienter et de ne pas se jeter sur les seringues.

Il faut donc que s’établisse un dialogue entre les patients et les équipes soignantes, que la notion de grande fatigue soit abordée d’emblée et qu’on cherche comment la gérer au mieux au moindre risque.

Ne pas non plus avoir l’œil rivé en permanence sur les chiffres de la prise de sang. On peut vivre avec dix grammes d’hémoglobine, certes pas aussi confortablement qu’avec quatorze grammes, mais cela ne justifie pas de répéter les injections. Mieux vaut parfois savoir recourir aux transfusions sanguines qui évitent de stimuler à outrance certaines cellules peut-être en cours de transformation

Il serait intéressant de voir ce qui va se passer dans les années à venir pour le monde du sport professionnel, pas seulement les cyclistes, qui ont usé et abusé des injections d’EPO.

Ils pourraient bien, hélas, apporter la preuve de ces recherches expérimentales.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à CANCER ASCO 2008 : L’EPO pourrait « doper » les cellules cancéreuses

  1. dorez dit :

    C est écrit noir sur blanc sur la notice d utilisation de l Epo en caractère gras.Personnellement j ai refusé ce traitement au profit des transfusions faisant face la pression médicale.

  2. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : J’ai répondu directement sur l’adresse e-mail de Lucy

  3. lucy dit :

    bonsoir, j’arrive sur votre site car mon frère (44 ans) est atteint d’un cancer de la moelle osseuse. Apres 1 semaine en hopital pour mettre au point un traitement, il m’a expliqué qu’entre autres il a de la morphine pour sa douleur aux vertebres et de l’epo pour faire remonter son taux de globules rouges. Votre article m’effraie. dois-je lui en parler? merci

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : Je suis tout à fait d’accord avec vous et la qualité de vie est un argument majeur. mais il me semble important de ne pas négliger ces informations qui peuvent avoir une importance potentielle. Bon courage.

  5. Anonyme dit :

    C’est très bien de mettre en garde. Mais savez-vous ce qu’est de vivre à 10mg d’Hg quand on n’a pas de tension comme c’est mon cas. Je préfère vivre moins longtemps mais vivre en pouvant monter des escaliers, vivre et travailler à vivre longtemps comme un légume!! C’est un choix. Avoir 12-13g d’Hg je vous assure que c’est le rêve.. Michèle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.