Alzheimer: la recherche se branche sur le céleri

Protéger son cerveau en mangeant certains légumes ou en buvant des infusions n’est peut-être pas une utopie. D’ailleurs, les souris en ont déjà bénéficié.

La lutéoline est-elle promise à un grand avenir ? Peut-être si l’on en croit une étude publiée dans la revue « Proceedings of the National Academy of Sciences » aujourd’hui (www.pnas.org) .

La lutéoline appartient à une famille d’antioxydants, les flavonoïdes, Et ces flavonoïdes appartiennent à la famille des polyphénols, dont font également partie les tanins du vin.

Le rôle essentiel de ces flavonoïdes est de contrecarrer l’oxydation des graisses et leur stockage dans des globules blancs nettoyeurs spécialisés. Cela évite que la cascade de réactions chimiques qui conduit à la formation de plaque d’athérome se mette en place, un phénomène à la fois inflammatoire et immunologique.

Des chercheurs de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign, aux Etats-Unis, ont donné dans de l’eau de boisson de la lutéoline à des souris.

Ils ont ensuite injecté à ces rongeurs une molécule d’origine microbienne capable de provoquer une réaction immunologique et inflammatoire. En libérant une substance appelée interleukine 6 ou IL-6.

Chez les animaux ainsi supplémentés, les chercheurs ont constaté que le taux d’IL-6 dans le plasma sanguin avait diminué par rapport à des animaux non traités.

Mais encore plus intéressant, ils ont constaté une diminution de cette substance dans une zone très importante du cerveau, l’hippocampe.

Cette zone joue un rôle très important dans les phénomènes d’acquisition de la mémoire et dans la coordination des comportements.

Bien sûr, ces travaux sont préliminaires et concernent des souris. Mais elles vont dans le sens d’autres travaux qui montrent que la conjonction de ces phénomènes inflammatoires et immunologiques est impliquée dans des dysfonctionnements cérébraux retrouvés dans des pathologies comme la maladie d’Alzheimer par exemple.
En attendant, rien n’empêche de consommer des légumes comme le céleri, le poivron vert, d’épicer les mets avec de l’origan frais de préférence, ou de boire des infusions de camomille ou de sauge.

Une branche de céleri pour la lutéoline avec un peu de fromage Stilton et une petite goutte de porto, pour les tanins. A consommer avec modération mais avec également beaucoup de plaisir tant l’harmonie est réussie. On diminue son taux d’IL-6 et on augmente son taux d’endorphines.

« Que du bonheur ! », comme disent les candidats des émissions de téléréalité. Pas vraiment le meilleur exemple, cependant, d’un fonctionnement intact du cerveau .

Lire l’étude (Résumé seulement pour les non-abonnés à la revue PNAS)

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Alzheimer: la recherche se branche sur le céleri

  1. Bonjour,
    c’est pour vour faire part du cas de ma maman qui esr atteinte de cette maladie…
    Il y a une dizaine d’année maman a reçu traitement (à titre expérimental pour une durée de deux ou trois ans)Or il se trouve que durant son traitement maman était trés bien,elle pouvait vivre chez elle;chaque jour quelqu’un passait pour voir si tout aller bien!
    Au bout de deux ou trois ans,le traitement a été supprimé….et ma maman a perdu la tête,à peine quelques semaines plus tard!!!
    Nous avons dû la placer dans une maison de retraite!
    Et là!(en tout cas pour les 4/5dernières années ;maman était toujous enfermée dans sa chambre.
    Plusieurs fois nous l’avons retrouvée la tête couverte de bleus!!!
    Et le personnel ne savait nous dire quoi que ce soit…..
    J’ai donc envoyé un mot à France Alzheimer avec les photos de ma mère!
    Huit jours plus tard ,une place était libérée dans une institution spécialisée;mais je sens que je gêne….nous sommes de trop,le directeur n’est pas content….
    J’ai également l’impression que ,au niveau de l’organisation ,il y aurait beaucoup à dire…!
    J’aimerais tant que les choses changent!

  2. Anonyme dit :

    LES MESSAGES ANONYMES ET LES MESSAGES PUBLICITAIRES NE SONT PAS ACCEPTES SUR CE BLOG

  3. très intéressant cet article. enfin le porto pour des malades alzheimer, faut quand même y aller doucement 🙂

  4. Celine dit :

    Tres interressant !!!
    Vous en apprendrez egalement beaucoup en vistant le site alzheimer-conseil.fr
     

  5. Anonyme dit :

    Si la recherche avance, tant mieux. Mais qu’en est il de l’accompagnement des malades ? Existe t’il des structures d’accueil dignes d’accompagner ceux qui en souffrent, et qui n’en reviennent pas ? Nous avons eu la chance de placer mon père dans un centre de soins spécialisés en Bretagne avant qu’il ne décède. C’était le seul moyen d’aider maman qui s’occupait de lui sans cesse et ne supportait plus de le voir dépérir ainsi et comme une délivrance pour nous tous qu’il ait pu mourir doucement, même si à certains moments, je pense encore à lui.

  6. alzheimer dit :

    c est très intéressent
    alors mangeons du céleri!!!!
    en attendant venez visiter le site http://www.alzheimer-conseil.fr
    c est un organisme gratuit d aide et d orientation de la personne d atteinte d alzheimer ou de toute maladie apparentes!
    a bientôt

  7. maximea dit :

    merci de consulter notre site sur notre unite alzheimer et sa philosophie d’intervention, aidez nous a nous faire connaitre pour la dignite de nos malades
    http://www.unite-alzheimer-oblivio.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.