Cannabis : pas d’allégresse mais de mauvaises graisses pour les gros consommateurs

Fumer beaucoup de joints n’a pas que des effets cérébraux. Une étude publiée aujourd’hui montre que le haschich à forte dose met le foie en pétard et fait courir un risque cardiovasculaire.

On imagine facilement que notre cerveau puisse contenir des récepteurs au cannabis, des structures chimiques placées à la surface des cellules nerveuses et qui sont sollicitées quand le principe actif du joint, le delta9-tetrahydrocannabinol ou Δ9-THC, vient les solliciter.

Mais il y a aussi d’autres organes de notre corps qui possèdent des récepteurs au cannabis, comme le cœur, le rein, la rate, l’intestin grêle, l’ovaire, le testicule et, pour finir, le foie.

Ce dernier point est particulièrement important parce que le foie est un centre de synthèse extraordinairement puissant dans notre organisme, le seul endroit où les cellules peuvent, de façon normale avoir deux noyaux et où la température peut monter à plus de 40 degrés.

Le foie joue un rôle essentiel dans le métabolisme des graisses, aussi bien leur synthèse que leur destruction.

L’une des protéines ainsi fabriquée par le foie est l’apoprotéineC-III ou ApoC-III. .
Cette protéine va jouer un rôle vis-à-vis d’une catégorie particulière de graisses du sang, les triglycérides(TG). Ces TG subissent une dégradation puis sont transportés vers le foie pour y être détruits par un système complexe.

L’ApoC-III freine ce mécanisme de destruction. Or, une équipe américaine conduite par le Dr. Jean Lud Cadet publie aujourd’hui dans Molecular Psychiatry une étude qui montre que , chez les gros consommateurs de haschich, la synthèse de cette apolipoprotéine est démultipliée.

Ce phénomène va entrainer une dégradation très diminuée des triglycérides. Cette persistence d’une quantité importante de TG fait courir un risque cardiovasculaire non négligeable.

De même, on a impliqué un excès de TG plasmatiques dans la survenue d’une affection particulièrement douloureuse et aux conséquences sévères, la pancréatite aiguë.

Les sujets de l’étude étaient de gros consommateurs puisqu’ils fumaient de 78 à 350 joints par semaine selon les cas.

Mais il ne faut pas pour autant considérer cette étude comme une curiosité ou une anecdote.
Elle montre, une fois encore, que l’usage important de cannabis a des effets néfastes sur la santé et pas seulement des effets psychiatriques. On a constaté des accidents vasculaires transitoires et de vraies attaques cérébrales chez des adultes jeunes, forts consommateurs de cannabis.

Cette étude qui montre une élévation d’un facteur de risque cardiovasculaire par la surexpression de l’ApoC-III mérite d’être connue au moins des médecins.

Il sera intéressant, en effet, lors de l’interrogatoire d’un patient ayant eu un accident de type infarctus ou syndrome de menace coronarien d’ajouter aux traditionnelles questions sur le nombre de cigarettes fumées, une question concernant la consommation de haschich.

Cela permettra peut-être de comprendre certains accidents cardiaques pour l’instant mal expliqués.
Mais la piste de certaines affections neurologiques sera aussi à explorer. On sait que dans la maladie d’Alzheimer, par exemple, on retrouve la présence en excès de certaines apolipoprotéines. Etudier le rôle de cette synthèse anormalement élevée d’ApoC-III liée à une forte consommation de cannabis va, sans aucun doute, faire partie de plusieurs projets de recherche dans les années à venir

.

Références de l’étude:

JL Cadet et al.

Heavy marijuana users show increased serum apolipoprotein C-III levels: evidence from proteomic
Analyses.

Molecular Psychiatry (2008), 1–12

Publiée en ligne le 13 mai 2008. doi:10.1038/mp.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Cannabis : pas d’allégresse mais de mauvaises graisses pour les gros consommateurs

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A TD :

     

    Une consommation modérée sur un mode récréatif ne peut pas se comparer à la prise de dix joints par jour.

    D’ailleurs une consommation importante peut être un signe associé à d’autres types de pathologie psychiatrique

  2. TD dit :

    Monsieur Flaysakier bonjour,

    Après avoir vu au JT un reportage sur le cannabis aujourd’hui, je me suis précipité sur votre blog et je viens de lire ce très bon article. Je voulais vous poser une question :
    l’article que vous publiez parle de consommateurs ayant une consommation assez forte « 78 à 350 joints » par semaine, c’est tout de même énorme 0_0…..
    J’ai des amis qui consomment du cannabis quand ils peuvent en avoir, et ils m’ont toujours dit que fumer un joint revenait à boire un café, ce qui voulait dire que c’était inoffensif.
    Est-ce que c’est vrai ?? Est-ce que les conséquences que vous avez mis sur cette article s’appliquent sur des consommateurs plus occasionnels, mais consommateurs quand même ??

    Merci pour votre réponse.

  3. JSD dit :

    Article très intéressant:
    je mets un lien de votre blog sur notre blog;
    jeunessesansdrogue.blogsp…

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.