Massage cardiaque : aussi efficace sans la bouche

Se trouver dans la rue face à une personne inanimée et rester planté comme deux ronds de flan,il n’y a rien de pire comme situation.Mais faire quelque chose, même pas très bien c’est mieux que ne rien faire.

Peu de gens sont formés en France aux gestes de premiers secours. Malgré les efforts louables de la Croix-Rouge française et de sa superbe ambassadrice, la sculpturale Adriana Karembeu, le bouche à bouche est encore plus de l’ordre du fantasme que de la réalité.

Pourtant nous risquons tous d’être, à un moment où à un autre, confrontés à la viion d’un proche ou d’un inconnu qui s’écroule inanimé. Et comme les défibrillateurs automatiques ne sont pas encore très fréquents chez nous, face à un arrêt cardiaque il faut intervenir avec les moyens du bord.

Intervenir d’abord si c’est bien un arrêt cardiaque. On doit s’assurer que la personne ne répond pas et que son pouls n’est pas palplable. S’assurer aussi qu’elle ne respire pas.

Ce qui rebute le plus les témoins c’est de devoir faire des insufflations pour un « bouche à bouche », car, dans certaines circonstances, il faut avoir le coeur bien accroché.

Mais la bonne nouvelle, c’est que pour des novices, le bouche à bouche n’est plus vraiment nécessaire. L’imùportant c’est le massage cardiaque.

Et là encore, si on n’a pas fait de stage, ce n’est pas grave. mal masser c’est mieux que de ne pas masser.Et masser sans insuffler de l’air semble donner les mêmes résultats qu’avec un bouche à bouche concomitant du massage cardiaque.

La recommandation est de placer les mains au milieu de la poitrine et de pousser fort et vite, en s’arrêtant le moins souvent possible.

Un geste qui peut se faire éventuellement d’une seule main pendant qu’on appelle le secours au 112 depuis un téléphone portable par exemple.

Pour ceux qui savent faire des insufflations, le rythme recommandé est de 30 pulsions sur la poitrine et deux insufflations, puis de nouveau trente massages.

Ces conseils préconisés par le Collège américain de cardiologie conjointement avec l’Asociation américaine de cardiologie devraient rassurer tout un chacun et surtout faire que personne ne reste passif face à quelqu’un qui reste inanimé.

Plus on fait une manoeuvre de secours, plus on augmente les chances de retour à la vie.

Et allez apprendre les gestes qui sauvent. Peut-être y rencontrez-vous votre Adriana ou votre Christian Karembeu !

LES RECOMMANDATIONS AMERICAINES ( texte en anglais)HandsonlyCPR.pdf

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.