Surpoids de l’enfant : TV et PC au régime !

Moins de télé, moins d’ordinateur et, à l’arrivée, moins de kilogrammes. Tel est le résultat d’une étude menée à Buffalo aux Etats-Unis sur des jeunes enfants.

On sait depuis longtemps tout le mal qu’il faut penser de l’influence de la télévision et des sessions prolongées d’ordinateur sur la prise de poids des enfants. Entre la sédentarité résultant de ces heures passées assis, le grignotage suscité par les publicités et le dérèglement des heures de repas et des sensations olfactives et gustatives secondaires au grignotage, tout est presque réuni pour expliquer la prise de poids de jeunes enfants d’aujourd’hui.

Mais réduire les heures devant la TV ou le PC peut-il pour autant réduire la prise de poids et amener les enfants à se bouger plus ? La réponse est positive quoique mitigée si l’on en croit les travaux de l’équipe de Léonard Epstein, de l’Université de Buffalo dans l’état de New-York.

Cette étude est publiée ce mois-ci dans la revue Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine.

Les médecins ont suivi soixante-dix enfants âgés de 4 à 7 ans et dont l’indice de masse corporelle se situait dan le 75ème percentile de leur classe d’âge et de saxe.
En français cela veut dire qu’ils ont choisi les 25 % d’enfants les plus « gros » pour leur âge. L’indice de masse corporelle (IMC) se calcule en divisant le poids en kg par le carré de la taille.
Exemple : Un homme pesant 72 kg et mesurant 1,75m aura un IMC de : 72/ (1,75)² = 23,5

Revenons à nos chers bambins. Ils passaient en moyenne quatorze heures par semaine plantés devant leurs écrans.
Trente-six d’entre eux ont vécu une diminution progressive de leur temps d’accès à l télévision ou à l’ordinateur, 10 % de temps en moins chaque semaine jusqu’ à obtenir une réduction de 50 % de leur « consommation » de base.

Les trente quatre autres ont fait comme d’habitude.

Au bout de deux ans de suivi, les médecins ont constaté que les enfants dont les appareils étaient munis de système de contrôle avaient réduit leur consommation de TV de 17,5 heures par semaine alors que le groupe contrôle n’avait réduit sa consommation que de 5,2 heures.

En ce qui concerne l’activité physique, on n’a constaté aucune différence entre les deux groupes. Moins de télé ne voulait pas dire plus de sport.

Pourtant l’indice de masse corporelle des enfants dont l’accès aux écrans était restreint a diminué de façon non négligeable. Grâce au fait que les enfants ont réduit leurs apports énergétiques.

Ce sont les enfants des classes socioéconomiques les plus défavorisées qui ont bénéficié des effets les plus importants.

L’un des intérêts de cette étude c’est qu’elle repose sur un dispositif simple, un système à code peu onéreux, moins de 70 euros. Ce sont les parents qui fixent la limite en temps et ce sont les enfants qui gèrent ensuite le capital ainsi disponible.

Le petit bémol c’est que réduire le temps de télévision ou d’ordinateur n’a pas entrainé une augmentation de l’activité physique. Mais cela tient sans doute au fait qu’on est chez des enfants en bas âge qui ne vont évidemment pas aller jouer tous seuls à l’extérieur.

L’autre enseignement concerne le bénéfice pour les enfants de familles plutôt défavorisées. On sait aujourd’hui que l’obésité infantile touche de plus en plus les milieux socioéconomiques à faibles revenus. Il faut donc faire porter l’éducation sanitaire sur ces enfants. L’idéal serait qu’ils puissent avoir accès à des fruits et des légumes aussi facilement qu’aux paquets de chips, mais là nous entrons sur un terrain différent et n’oublions pas que nous sommes en pleine période électorale !

LIRE LE RESUME DE L’ETUDE (en anglais)

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Surpoids de l’enfant : TV et PC au régime !

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A MOTARCS :

     

    En l’occurrence, ce sont des épidémiologistes qui ont fait cette étude. Et l’épidémiologie est une fille de la statistique, pas de la médecine, fût-elle « allopathique » ou autre !

  2. motarcs dit :

    Bonjour,
    Sans remettre en cause vos analyses sur les causes et les résultats du cocktail TV+PC – inactivité physique, je trouve que, comme à son habitude, la médecine allopathique ne sait que constater les mécanismes d’un phénomène (ici l’obésité), sans rechercher les causes….. Il ne faudrait surtout pas empêcher les gens de consommer les produits TOXIQUES qu’on leur montre 24h/24 à la TV, il vaut mieux les envoyer se bouger un peu pour tenter de faire fondre leurs graisses toxiques.
    Il est regrettable que très peu de médecins soient aussi des nutritionnistes et diététiciens COMPETENTS (pas ceux de la télé !!!)
    pour faire comprendre aux gens que la PLUPART de leurs déséquilibres de santé prennent naissance dans leur assiette (autant la qualité de ce qu’ils mangent que la quantité et les associations).
    Mais si je ne m’abuse l’enseignement des besoins nutritionnels de l’homme est réduite à la portion congrue dans les études de faculté de médecine…. Ceci expliquant cela
    Cordialement

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE:

    A mon adresse e-mail : jean-daniel.flaysakiert@france2.fr

  4. Anonyme dit :

    Bonjour,
    bravo pour votre blog.
    J’aimerai vous faire parvenir un clip de 1 mn que des enfants ont réalisés et obtenu le premier de france l’année dernière à Nice sur le bien fait des fruits et légumes.
    Pourriez vous me dire comment je peux vous le faire parvenir.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.