Diabète : des cyclistes professionnels diabétiques dans le peloton

Le 24 août dernier j’ai consacré un billet à des sportifs diabétiques, des cyclistes américains .
Depuis décembre 2007, ces cyclistes ont franchi le pas.

Ils ont désormais une équipe cycliste professionnelle engagée dans le circuit continental, en quelque sorte la deuxième division du cyclisme, celle qui suit le Pro tour.

Voici l’équipe :
les noms en gras sont des coureurs diabétiques de type 1, c’est à dire ayant besoin de s’injecter quotidiennement de l’insuline.Leur age et leur nationalité sont notés également.

ABRAHAM, Emile; 34; Trinidad & Tobago

ALDAPE CHAVEZ, Moises; 27; Mexique

ANTHONY, Jesse; 23; USA

BROOKS, Ben; 29; Australie

CALABRIA, Fabio; 21; Australie

CHADWICK, Glen; 32; Nouvelle -Zelande

ELDRIDGE, Joe; 26; USA

HARGRAVE, Tim; 23; Nouvelle -Zelande

HOLT, Dan; 27; USA

JONES, Chris; 29; USA

KOBZARENKO, Valeriy; 31; Ukraine

MACGREGOR, Ian; 25; USA

MILNE, Shawn; 27; USA

SOUTHERLAND, Phil; 26; USA

WILSON, Matt; 31; Australie

Une équipe amateur entièrement formée de diabétiques est également née dans cette même organisation.

L’insuline fait partie des produits interdits d’utilisation pour les sportifs et figure sur la liste du Comité olympique international, et de l’Union cycliste internationale.

Mais, comme un certain nombre de substances interdites, l’insuline peut être utilisée chez des sportifs en compétition sous certaines conditions. Il faut, en particulier, qu’un médecin spécialiste atteste de la véracité du diabéte et du besoin d’injection d’insuline.
Le dossier médical sera transmis à l’Agence mondiale antidopage qui donne ou non le feu vert. En cas de litige c’est le Tribunal arbitral du sport qui tranche.

Sur le site de l’Agence mondiale antidopage, un document résume d’ailleurs toutes les conditions d’usage des substances officiellement interdites.

Il sera intéressant de voir ces cyclistes évoluer dans le peloton. Un bel exemple pour les jeunes diabétiques qui souvent passent par des moments de déprime en refusant de se traiter. Ils verront ainsi que le diabété permet de vivre même en sportif de haut niveau.

le billet du 24/08/07 :

http://blog.france2.fr/mon-blog-medical/index.php/2007/08/24/58074-diabete-des-coureurs-pour-lexemple#tb

Le document sur les conditions d’utilisation de substances prohibées (en anglais uniquement)

http://www.wada-ama.org/rtecontent/document/medicalinformationtue2007.pdf

L’insuline est traitée de la page 15 à la page 18

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Diabète : des cyclistes professionnels diabétiques dans le peloton

  1. cyclebete dit :

    Bonjour,

    pour votre information il existe une magnifique épreuve d’endurance dont le but est de collecter des fonds au profit de la JDRF (Juvenile Diabete Research Foundation). Son nom : Cyclebete (voir le lien). Malheureusement seuls le Canada, les USA et l’Australie sont concernés pour l’instant. Les choses pourraient changer dans un proche avenir avec une possible organisation en Europe.
    Si celà vous tente et vous interresse, merci de me contacter par mail.

  2. bernard dit :

    Très heureux d’entendre parler de cette équipe particulière.
    Je pratique également le cyclisme mais comme cyclotouriste et particulièrement les longues distances.
    J’ai ainsi effectué plusieurs sorties de plus de 200 km, une de 410 km en 24 heures et un Paris Brest Paris soit plus de 1200 km en moins de 85 heures.
    Je suis donc très sensible à ces exemples en particuliers pour les jeunes qui découvrent le diabète et qui pensent que le sport leur est interdit.
    Je suis pour ma part disponible pour leur expliquer que non. Avec un peu de rigueur et en étant attentif à son corps, "A diabétique rien d’impossible" et pas forcément de haut niveau où il y a un suivi médical très présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.