Diabète : les sportifs, le vélo et la pompe à insuline

Des coureurs cyclistes qui se font des injections légalement, ce sera sans doute possible l’an prochain. Mais cette équipe sera un peu particulière, puisqu’elle sera constituée de sportifs diabétiques de type 1, ceux dont l’organisme ne fabrique pas d’insuline.

Elle s’appelle Team Type 1, en français Equipe type 1. Ce nom fait référence à la forme de diabète appelé insulinodépendant.
Dans ce diabète, diagnostiqué souvent chez des enfants très jeunes, l’organisme ne fabrique plus d’insuline. Pour palier la carence des cellules du pancréas, les patients doivent donc avoir recours à des injections quotidiennes d’insuline.

Les coureurs de Team Type 1 sont américains et savent pédaler. Pour preuve ils ont remporté en juin une course-relais à travers les Etats-Unis, Race across America (www.raceacrossamerica.org). Pour aller de Californie jusque dans le New Jersey, soit 4885 kilomètres, l’équipe de 8 cyclistes a mis 5 jours 15 heures et 43 minutes et leur relais a supplanté sept autres équipes de cyclistes « classiques » si j’ose dire. Pour les amateurs ,la carte est en format jpg à la fin du billet.

Equipés de pompes à insuline, ces sportifs sont ainsi protégés des risques de chute brutale du taux de sucre dans le sang, ce qu’on appelle une hypoglycémie et qui entraîne malaises et coma.

Le leader de l’équipe, Phil Southerland, espère arriver à donner un statut professionnel à son équipe d’ici cinq ans avec un objectif : courir le Tour de France.

Ce serait bien sûr un moment important pour tous ceux qui souffrent de diabète de type 1.

Pourtant, il y a déjà eu des cyclistes diabétiques dans le peloton, comme Dominique Garde. Mais il y a eu aussi un grand footballeur anglais, avant-centre de l’équipe nationale, Gary Mabutt. Et l’entraîneur du grand Bjön Borg, Leenhardt Bergelin est également diabétique.

« Mais », me ferez-vous remarquer « l’insuline est sur la liste des substances dopantes dont l’usage est interdit aux sportifs ».
A titre de dopant, sûrement mais quand ce produit permet aux diabétiques de vivre, tout simplement, pas question de parler de dopage !

On est loin des histoires liées à l’usage du salbutamol, médicament qui permet aux asthmatiques de pouvoir dilater le calibre de leurs bronches en cas de gène. Cette molécule est tellement répandue dans le peloton qu’on a l’impression que tous les cyclistes ont développé un asthme d’effort !

Mais l’arrivée d’une telle équipe, même si, répétons-le, des sportifs de haut niveau diabétique existent déjà, aurait vraiment valeur de symbole et d’éducation.

D’abord pour les jeunes diabétiques qui parfois se découragent à l’idée de devoir s’injecter de l’insuline plusieurs fois par jour et qui, pour certains, ont la sensation de ne pas être comme leurs copains.

Education ensuite vers le grand public qui comprendra qu’être diabétique n’empêche pas de mener une vie normale et même exceptionnelle.

Le rôle de sportifs de haut niveau dans la perception d’une maladie par le public est en effet essentiel.
Lance Armstrong tant décrié de ce côté de l’Atlantique est une icône aux Etats-Unis. Il est un « survivant », un homme qui a vécu le cancer, et pas n’importe lequel. Cancer du testicule, métastases au poumon et au cerveau. On lui donnait une probabilité de survie de 20 % au pire moment du diagnostic.

Armstrong a gagné contre le cancer et gagné le Tour de France, sept fois. Les américains atteints de cancer et ceux qui en ont été guéris voient en lui un modèle de guerrier et non le dopé tricheur tel que nous le dépeignons.

Même la très puissante ASCO, l’association américaine d’oncologie clinique a récompensé Armstrong pour le message qu’il délivre.

D’une façon générale, la façon dont des personnalités s’impliquent dans la connaissance d’une maladie quand elles sont personnellement concernées permet d’aider le public à mieux comprendre les enjeux et les difficultés.

Quand Ronald Reagan a eu une coloscopie rechercher des polypes cancéreux, la demande spontanée pour cet examen a progressé de près de 30 % dans le public américain en un an.
De la même façon, la révélation de sa séropositivité au virus Vih par Magic Johnson la star des Lakers de Los Angeles a vu s’envoler l’usage des préservatifs dans les semaines qui ont suivi.

En France, peu de gens célèbres ou de sportifs sont enclins à dévoiler de tels problèmes. Même la disparition de figures emblématiques, je pense à la mort de Lino venture à la suite d’un infarctus. La mort d’un homme dans la force de l’age est un drame évitable dans un certain nombre de cas, à condition de savoir réagir vite, d’appeler à temps les secours et, bien en amont, d’avoir su appliquer des règles de prévention.
Lino Ventura est mort en pleine épidémie de sida.

Mourir d’un infarctus, comme soixante mille personnes avant 65 ans, semblait hélas banal et ne pas mériter de parler de ce fléau

RAAM.jpg

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Diabète : les sportifs, le vélo et la pompe à insuline

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A LOUISE :

    Et c’est quoi alors, le diabete ?

    Comment savez vous que vous n’en guerirez pas ?

  2. louise dit :

    ce n’est pas une maladie puisque je vais jamais en guerir

  3. En tant que vice-présidente de l’Union Sports et Diabète, je tiens à vous remercier pour ce billet très intéressant. Il montre au public que les personnes atteintes d’une maladie grave, peuvent avec beaucoup de volonté non seulement rivaliser avec les autres mais aussi gagner. Dans toutes les fédérations sportives, il y a des diabétiques au plus haut niveau qui méritent des encouragements particuliers. Au plaisir de vous lire prochainement puisque le 14 novembre est chaque année la journée mondiale du diabète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.