Les bienfaits des séries comme « Urgences »

C’est reparti pour « Urgences », la série américaine qui fut, à son lancement un véritable événement. Son créateur n’est autre, en effet que Michael Chrichton, l’auteur de « Jurassic Park ». Chrichton est psychiatre de formation. Bien qu’ayant été formé à Boston, il a choisi de situer l’action de la série à Chicago, au Cook County Hospital.

Et ce n’est pas un hasard, car, à Chicago, cet hôpital est un des rares à accepter tout le monde, quels que soient ses revenus. Les autres hôpitaux de la ville sont privés. On vous soigne si vous pouvez apporter la preuve que vous avez les ressources suffisantes.
Sinon, on vous administre les soins de base, on stabilise votre état en as d’urgence et, hop !, dans une ambulance pour le Cook County !

Il y a quelques années, une étude avait montré que la mortalité dans cet hôpital était le triple de celle des autres établissements de la ville, puisqu’il recevait non seulement les patients qui lui étaient adressés mais aussi ceux rejetés des autres endroits !

Avec le temps, les séries médicales se sont multipliées. Il faut dire que la vraie dernière grande aventure c’est la maladie. On est allé dans l’espace, sur la lune, au fond des mers et dans tous les déserts.
L’hôpital reste quasiment la dernière « terra incognita ». C’est un lieu où se mêlent la vie, l’amour sous toutes ses formes, et la mort.

« Urgences », comme certaines séries jsur la justice, est une façon de sensibiliser le public américain aux anomalies et aux inégalités du systême, de façon intelligente, sans trop de « pathos » ni de côté grandiloquent.

Mais la force des séries américaines c’est qu’elles savent aussi introduire des messages de santé publique dans leurs scénarios. D’ailleurs certaines universités travaillent de concert avec les ateliers d’écriture des studios de télévision pour faire passer des messages. Ce fut le cas sur le dépistage du sida, sur la nécessité de ne pas boire quand on conduit, sur le rôle de certains médicaments. Dans un autre genre, dans les séries policières, jamais un flic ne démarre sa voiture sans être attaché.

Sur certaines chaines locales, après la diffusion d’un épisode, un programme court de quelques minutes reprend l’un des thèmes évoqués et développe une vraie éducation à la santé.

Les séries américaines tant décriées, n’ont donc pas que des défauts !

Petit retour en arrière avant de conclure sur un sujet abordé ici il y a quelques jours. Je vous parlais de cette « contestation » des génériques qui commençait à poindre. Il semble que le phénomène prenne une certaine ampleur et tourne carrément à la campagne de désinformation.
Des médecins indiquent sur leur ordonnance qu’ils refusent que le pharmacien substitue un générique au produit qu’ils ont prescrit. Le motif invoqué noir sur blanc est « parce que moins efficace ».

Cette affirmation est étrange venant de professionnels de la santé. La plupart des médicaments génériques sont fabriquées par les mêmes usines que les molécules originales et obéissent aux mêmes règles légales, notamment en matière de contrôle de la quantité de produits actifs.

Les autorités sanitaires que j’ai consultées ne signalent aucun problème récent de malfaçon ou de tricherie.

Il se passe certainement quelque chose qui relève de la rumeur et dont il serait intéressant de savoir qui a intérêt à la nourrir.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les bienfaits des séries comme « Urgences »

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : En ce qui concerne les ordonnances, je les ai vues personnellement. Mais je ne vais pas les afficher sur ce blog quand même ! Plusieurs pharmaciens m’ont confirmé ce genre de situation qui n’a rien à voir avec les réticences bien compréhensibles de clients souvent agés et perturbés par de nouveaux noms, nouveaux emballages ou nouvelles formes et couleurs de médicaments.

  2. samuel dit :

    c’est dommag qu vous ne fournissiez pas de preuve ou citiez une source (s’il y en a une) sur ce que vous dites a propos des generiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.